Opinions - 19.07.2012

Un islam postmoderne dans la Tunisie du Coup du peuple

La Tunisie qu'on dit à la croisée des chemins est face à sa destinée. L'Histoire y fait la pause, le peuple y découvre son essence. Tout se passe comme si, au miroir de la destinée, le Tunisien se mire, s'admire ou se déteste, mais ne sait se contenter de ce qu'il voit, cherchant à savoir ce qui peut bien se passer derrière, sa prescience lui faisant deviner qu'il s'agit d'un miroir sans tain. Aussi, comme en sociologie compréhensive où l'on est attentif à l’herbe qui pousse, même si c’est à bas bruit, le défi d'un tel moment historique est de réussir à écouter le murmure de la sagesse populaire, saisir les augures accompagnant l'instant éternel et éphémère de l'épiphanie du génie d'une terre riche de l'âme de son peuple, une intelligence originale car renouvelée, jamais assoupie, une part véridique de sa nitescence d'éternité !


1/ La crise actuelle est l'avènement d'un paradigme nouveau

Certes, sans cesse on le ressasse, le pays serait en crise ! Mais la vraie crise est dans les têtes, n'existant qu'à travers des catégories et des concepts auxquels notre pensée donne réalité et consistance. Qu'est-ce la crise, sinon la projection de nos peurs et nos angoisses suite à nos conditionnements idéologiques, nos paradigmes mentaux ?

Étymologiquement, la crise (crisis) est le jugement. C'est le regard critique porté sur de grandes valeurs qui s'écroulent, bousculées par de nouvelles qui émergent. Se focaliser sur la crise, c'est se situer en amont d'un processus en cours, inévitable et irrépressible, en faire donc un constat incomplet.

Rendre moins compte de la société encore officielle, mais en train de disparaître, que de la nouvelle qui la chahute, bien que toujours officieuse, nécessite de ne pas se situer par rapport aux valeurs périmées, mais du côté des nouvelles, la future vérité. En sociologie, M. Maffesoli, l'icône actuelle de la science sociale ci-dessus spécifiée, a pu ainsi soutenir que l'anomique d'aujourd'hui est le canonique de demain.

En Tunisie, aujourd'hui, une recomposition est à l’œuvre dans tous les plis de la société; gestation douloureuse, elle augure d'une belle naissance. Une ancienne vie y continue, mais structurée autour de nouvelles valeurs, l'ensemble l'étant encore en pointillé. Il s'agit d'une situation qui évolue entre la fin d'un cycle et le début d'un autre; c'est la fin des valeurs anciennes et le passage à de nouvelles valeurs. C'est sa crise qui n'est rien d'autre qu'un changement de paradigmes, avec saturation des anciens et avènement de paradigmes de rechange.

Depuis Michel Foucault, on utilise la notion d'épistémè pour désigner les grands paradigmes d'une époque et qui représentent la façon d'être et la connaissance que l'on a de soi puisque, ce rapport constant entre le fait de dire et le fait d'être. Ainsi, parlant d'islam, et suivant la manière dont on l'a raconté jusqu'ici et la conception qu'on en a eue durant les siècles passés, l'épistémè dominante a été une certaine théologie. Or, cette conception théologique est aussi arrivée à saturation, en Tunisie pour le moins.

Pareille rupture n'est pas propre à la Tunisie, cependant, puisque la crise est mondiale. En Occident, elle est le jugement critique fait aux trois derniers siècles écoulés de la modernité technologique. En Orient, c'est la remise en cause des six derniers siècles de l'histoire arabe musulmane depuis la chute de Grenade, chant du cygne de l'islam des Lumières.

La remise en cause généralisée de la manière d’être et de penser à la faveur de la postmodernité n'est donc pas propre à l'Occident qui fait le procès de sa modernité technologique; l'Orient est aussi concerné dans sa façon habituelle de voir et de vivre l'islam.

Or, cela a commencé par se localiser en Tunisie qui est la première à chercher à renouer, à la faveur de son « Coup du peuple », sa révolution originale, avec ce que j'appelle la « rétromodernité » de l'islam, soit sa modernité d'avant la modernité occidentale, une modernité par anticipation qui a autorisé sa riche culture et sa civilisation brillante.

On est donc à ce moment crucial où une épistémè est en train de s'achever pour que naisse autre chose : c'est la fin d'un monde, la fin d'un cycle et la naissance d'un autre. C'est la saturation de l'épistémè de la théologie traditionaliste en Tunisie et l'annonce de l’émergence d’une nouvelle épistémè.

2/ Retour de la spiritualité et loi des frères

Toutes les valeurs d'antan, y compris celles qui étaient fécondes, innovantes à un moment, rationnelles ou semblant l'être, toute la manière de comprendre le monde et de se comprendre est par conséquent devenue inféconde, inacceptable. C'est l'imaginaire qui ne colle plus à la réalité ou encore celle-ci qui ne traduit plus cet imaginaire. Pour parler en termes biologiques, usant de l'expression de Thomas Kuhn utilisée pour l'Histoire des sciences, il y a comme un changement de matrice, celle ayant donné la vie étant devenue inféconde, nécessitant une autre qui soit féconde, plus appropriée à la vie d'aujourd'hui.

Relativement à la religion et plus généralement à la spiritualité dans le monde, notamment en leur manifestation musulmane, on réalise, qu'au-delà des apparences trompeuses, le nouveau paradigme est assis sur cette vision originale du monde issue de la révolution connue par la pensée humaine  au siècle dernier ayant généré une représentation humaine nouvelle de la réalité, la prodigieuse évolution des sciences, leurs applications technologiques et informatiques notamment, n'ayant pas manqué d'avoir d'indéniables implications métaphysiques.

Ainsi, l’univers scientifique ayant abandonné sa prétention à la certitude de tout expliquer, admettant ses limites, reconnaissant que le fond des choses lui échappe, que le « Réel en soi » est voilé, laisse place à la dimension de l’observateur, le sujet humble qui est aussi le croyant, comprenant l'orant musulman, qui reprend alors et à loisir l'interrogation humaine qui n'a jamais cessé sur la place de l’homme dans l’univers.

Aujourd'hui, une des marques de l'ère postmoderne que nous vivons est que la science et la spiritualité ne s'ignorent plus, se retrouvant à dialoguer au lieu de s’exclure comme avant, élargissant ensemble le champ de la connaissance. C'est qu'à la faveur des acquis incontestables des neurosciences, les interrogations humanistes reviennent en force. Ce qui avait été éloquemment exprimé par ce qu'on qualifiait naguère d'extases mystiques, comme le rapport entre le cerveau et la conscience, savoir si la matière est tout et si la conscience est le pur produit du cerveau ou si elle le modèle, revient sous la forme de questions lancinantes aujourd'hui scientifiquement examinées sous des vocables divers comme l’intelligence artificielle, l’homme bionique, l’homme augmenté, le posthumanisme; toutes ces questions sonnant définitivement le glas de l'homme unidimensionnel et annonçant pour d'aucuns l'homme spiritualisé.

En Tunisie, cet homme spiritualisé est voulu, à la faveur de la crise actuelle, comme devant être l'homme islamisé. De fait, en notre société actuelle, la loi des frères est en train de remplacer celle du père, que ce père soit Dieu ou l'État tutélaire. En effet, à la faveur de la postmodernité, on est passé d'un ordre surplombant, transcendant, à un ordre horizontal, immanent. Et l'institué, qu'il soit l'État ou Dieu, est remis en cause par l'instituant, qu'est le peuple.

Cette fraternité, on le voit d'ailleurs déjà dans nos rues, est joyeuse, effervescente, émotive, créative et créatrice. Aussi, si cette fraternité sociétale s'annonce musulmane en notre pays, et elle l'est pour sûr, c'est sans avoir rien de commun avec celle des frères d'Orient; car il s'agit d'une fraternité ouverte à l'étranger, tolérante et hospitalière, y compris pour qui est différent du moment qu'il se présente en frère et non en ennemi.

3/ L'ère des foules et le coup du peuple en Tunisie

C'est qu'une des autres caractéristiques de la postmodernité est d'être régie, après la figure emblématique de Prométhée, par celle de Dionysos. Nous vivons dans une ère dionysiaque dont une sociologie orgiaque permet de comprendre les ressorts.  Et on annonce même pour demain l'avènement de l'homo eroticus.

Or, n'a-t-il pas déjà existé en terre d'islam? Le carpe diem occidental si bien connu n'a-t-il pas déjà été célébré en islam, ayant même été aussi un carpe noctem, propice tout à la fois à la piété qu'à la grivoiserie en un mixte postmoderne à l'avance, ou plus exactement rétromoderne ? Il suffit pour cela, pour les badins, de relire les fameuses Mille et une nuits et, pour les pieux, de rappeler la valeur de la nuit dans les actes de foi.  

Aussi, je dirais que bien plus qu'en direction d'une spiritualité pure, le balancier de l'histoire, après avoir oscillé du côté rationaliste, prend davantage la direction sensualiste.

D'ailleurs, et c'est ce qui nous importe ici, pareille sensualité est bien prégnante en Tunisie dans l'ère des foules  que nous vivons. Or, cette ère des foules est aussi, à la base, une ère des tribus, comme le démontre la résurgence de ce qu'on croyait relever du passé en termes de chauvinisme tribal. Il s'agit, en l'occurrence, d'un complexus de tribus,  réelles comme virtuelles et, dans ce dernier cas, vivant à travers Internet une véritable alchimie du partage, un mariage d'amour.

Or, comme pour ceux qui ne regardent cette ère des foules qu'à la surface, la prenant pour pagaille et crise, ceux qui y voient un retour en force d'une religiosité classique se trompent. Pour qui lit dans la centralité souterraine des socialités postmodernes, il s'agit tout autant d'un ordre nouveau, bien meilleur que l'ancien, se mettant en place autour de valeurs nouvelles, que d'une spiritualité originale, un divin plutôt social que purement cultuel.

En Tunisie, le divin n’est plus à chercher dans l'empyrée traditionnel, lointain et inaccessible, mais bien dans la vie de tous les jours, l'actuel et le quotidien du Tunisien. L’imaginaire dans lequel baigne la socialité islamique se vit au jour le jour, dans la banalité ordinaire, qui est tout sauf banale, car « hors-dinaire » !

Car tout comme avec la saturation des grandes valeurs ayant marqué la modernité occidentale, les valeurs intégristes censées être musulmanes ne marchent plus. Une manière d'être et de penser touche à sa fin par rapport à l'islam qui reste une valeur cardinale en Tunisie, les jeunes générations aspirant à bien vivre avec les autres, ici et maintenant, pour peu que les autres, Occidentaux et Occidentalisés, ne les rejettent pas !

Aussi, en Tunisie, la loi des frères sociologique ne saurait être celle des frères musulmans d'antan ne serait-ce que du fait qu'il y eut, au début, le fameux «Coup du peuple » tunisien. C'est qu'il s'agit d'une révolution sui generis, qualifiée de 2.0, enracinée dans le peuple et pilotée par des jeunes en symbiose avec le monde, notamment virtuel. C'est le peuple, surtout ses jeunes, qui ont renversé la dictature, ouvrant la voie aux politiques, dont aujourd'hui ceux du parti islamique.

Et c'est ce coup révolutionnaire du peuple qui incarnera durablement en Tunisie l'ère des foules, l'épiphanisant en quelque sorte en un ordre amoureux, un « ordo amoris islamicus», le même que les soufis ont chanté et chantent encore. 

4/ L'islam au vrai est un islam postmoderne

Comme le rappelait Sorin Kierkegaard, « les concepts, comme les individus, ont leurs histoires et sont tout aussi incapables de résister aux ravages du temps que ne le sont les individus ». Or, il est de nos jours des mots creux et des expressions qui continuent à obnubiler les esprits sans que cela recouvre désormais un quelconque sens, juste un mythe pour tromper. C'est le cas de ce dont on parle volontiers comme devant être un islam du milieu dans une conception centriste et modérée

Pareil concept ne recouvre que du vide et relève de l'ordre de l'ineptie, étant même l'argument ad hominem (contre l'homme) par excellence pour ses tenants qui en usent afin de démontrer leur ouverture en matière religieuse et qui ne font alors que manifester leur fermeture idéologique.

Qu'est-ce à dire, en l'occurrence, sinon qu'il s'agit d'une conception supposée idéale, située entre deux extrêmes ? Car si l'on s'accorde sur le fait que l'une des extrémités est l'extrémisme intégriste, la face noire de l'islam, que serait l'autre face opposée sinon une face lumineuse, donc un islam parfaitement tolérant et ouvert ?

Assurément, l'islam dit modéré n'est qu'une lecture réductrice de la richesse inouïe de notre qui fut une modernité avant la lettre et qui est toujours susceptible d'être en avance sur son temps. De fait, le pas que ne veut pas sauter le parti islamiste en Tunisie est celui que commande sa propre logique, amenant vers un islam réellement tolérant, véritablement modéré, sans fioritures logomachiques politiciennes ni arrière-pensées idéologiques, et qui serait foncièrement conforme à l'esprit originel d'un islam révolutionnaire, valable en tout temps et tout lieu, et qui est un islam postmoderne. 

Mais que serait concrètement cet islam postmoderne? En deux mots, il sera rationaliste et universel. Il sera cette éthique esthétique, à l'opposé d'un cartésianisme réductionniste tout autant qu'un intégrisme du même acabit. Et tel esthétisme éthique ne renie ni l'un ni l'autre, le premier en intégrant dans la rationalité l'irrationalité par le biais d'une pensée contradictorielle, i. e. où les contraires ne s'opposent pas mais sont complémentaires ; et le second en y substituant un intégrisme pur qu'est le soufisme, bien plus fidèle à l'esprit vrai de la religion qu'à un texte dont la vérité ne tient pas nécessairement à une apparence pouvant, du fait de l'avanie du temps, contredire son âme. 

Et pour en donner une illustration emblématique, nous rappellerons, par exemple, que la notion de péché n'est pas musulmane, qu'elle est de tradition judéo-chrétienne. Aussi n'a-t-elle pas place dans l'islam postmoderne où ce n'est pas le péché qui compte, qui est une fixation sur la faute, mais l'action pour la réparer, donc la rémission. En effet, l'islam insiste moins sur la faute que sur la piété, car il est bien plus qu'une simple religion, étant par excellence une théodicée.

Mais l'islam postmoderne est surtout cette religion qui rompt avec la pensée occidentale en ce qu'il rétablit la vraie tradition abrahamique par la synergie qu'il établit entre des éléments que la perspective occidentale avait dichotomisés.

Farhat Othman

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
Ba ba ba ba! - 20-07-2012 18:56

Une belle analyse avec une allure literaire. J´aime le mot postmoderne. Mais je ne trouve pas le tunisien dans cette analyse postmoderne.

demonastir - 28-07-2012 00:14

Résumé trivial de votre article savant : La Tunisie islamiste est d'autant plus moderne qu'elle est anti-moderne. Ah, bon! La condition de la femme, le blasphème, La Manouba, le Ramadan obligatoire et le reste, c'est post-moderne? C'est "dionysiaque" ? Proscrire l'enseignement du français dans un pays plus francophone que la Belgique, c'est post-moderne? Le tourisme assimilé à la prostitution, post-moderne aussi ? Sans charabia: le jour baisse en Tunisie, l'obscurité se lève. L'Islam politique se révèle être l'ennemi numéro un des Musulmans.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.