News - 01.05.2012

UGTT : Un discours musclé de Houcine Abbasi

C‘est un discours ferme et déterminé qu’a prononcé le secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abbassi, devant des milliers de syndicalistes rassemblés en ce 1er mai, Place M’hammed Ali, avant d’aller défiler avenue Bourguiba. Dénonciation des dérapages enregistrés, refus des cessions, privatisations des médias publics, mainmise sur l’Administration, accaparement des postes et quotas, condamnation des attaques contre l’UGTT, appel à l’augmentation des salaires,  lutte contre la flambée des prix et à la préservation du pouvoir d’achat et défense des droits des travailleurs : les positions de la centrale syndicale sont nettement affirmées. Sur un plan plus politique, l’UGTT appelle à la réconciliation nationale, après justice, interpelle le gouvernement afin qu’il mette fin à son discours «ambigü» et « s’attaque sans hésitation ni atermoiement à l’essentiel » notamment l’emploi et le développement régional équilibré. Elle rappelle à la Constituante qu’elle doit se consacrer à la rédaction de la Constitution et réclame la réactivation de l’ISIE. Aussi, elle exhorte l’opposition et la société civile à rompre avec leur atomisation et négativisme.

Donnant lecture d'un texte écrit qui avait recueilli l’unanimité des membres du bureau exécutif et s’inscrit dans la même lignée que le manifeste publié à la veille de la célébration de la Fête du Travail, Houcine Abbassi entend surtout rappeler que l’UGTT se pose, en dehors de tout alignement partisan, en véritable conscience nationale, dans le droit fil de son engagement militant historique. Extraits du discours.  

 
Réconciliation. « Autant nous tenons à ce que les coupables rendent compte, autant nous sommes partisans de la réconciliation, car nos traditions syndicales s’élèvent au dessus de la revanche et de la vindicte. Nos racines sociales nous imposent de nous attacher au principe du dialogue et du consensus, autant que cela puisse être possible, mais toujours sur la base de la transparence, de la bonne foi et de l’aptitude au dépassement pour le meilleur ».

Le risque d’un automne sombre. « Nous sommes surpris par ce que nous vivons ces derniers temps en incidents de violence semant la peur, d’attaques contre des lieux de culte, des établissement scolaires et universitaires ainsi que des institutions publiques, de ce que nous entendons comme appels pour la privatisations de médias publics, de ce nous enregistrons comme atteintes délibérées contre la liberté de l’information, de harcèlements, violences et menaces contre des journalistes, des hommes de culture, des militants pour les droits de l’homme et autres attaques contre des syndicalistes, leurs locaux et leurs illustres symboles. A cela s’ajoute les tentatives pour s’accaparer la décision, le déni du droit à la différence, d’appétit pour s’approprier les postes de décision sans tenir compte de la compétence et de l’expérience. Autant de dérapages graves et déstabilisants qui risquent de convertir notre printemps prometteur en réforme et délivrance, en un automne sombre, en une anarchie redoutable et un lourd cauchemar».
 
Le seul agenda. « Face à ces développements et ces déviations, nous affirmons aujourd’hui en public, qu’on ne saurait hypothéquer les objectifs de notre révolution et la récupération des sacrifices de nos martyrs et blessés. Nous refusons que tout cela soit mis à profit pour servir des agendas de catégories ou de convictions, étrangères soient-t-elles ou locales. L’unique agenda qu’a tracé la révolution de la liberté et de la dignité est le droit au travail digne, le droit au développement, le droit à la liberté, le droit à l’égalité, le droit à la participation dans la prise de décision. »
 
Détermination. « Nous ne laisserons pas les groupes de la mort, ennemis de la vie, attenter à l’intégrité de nos universités et de nos entreprises, étouffant la joie de nos enfants, s’acharnant sur les créateurs dans les domaines des arts et de la culture. Nous ne nous résignerons pas face à ceux qui accusent leurs compatriotes mécréance, à la ségrégation, la militarisation de la vie publique, l’embrigadement des lieux de culte et d’éducation, incitant à la haine. »
 
Cessions et privatisations. « Nous combattrons toute tentative de cession de nos biens publics, et nous nous opposerons à toute tentative de mainmise sur nos médias publics, comme nous refusons l’asservissement à nouveau de l’Administration pour reproduire de nouvelles forme de despotisme, sous quelque forme que ce soit ».
 
Défendre l’UGTT. « Nous n’accepterons aucune attaque contre notre organisation, atteinte à ces symboles, dénaturation de ses luttes et mise en doute de ses revendications légitimes ».
 
Sous-traitance. « Nul ne saura nous dissuader de combattre l’externalisation, la fragilité de l’emploi, ou nous détourner de la persévérance à améliorer le pouvoir d’achat des travailleurs et défendre le droit syndical sur le lieu du travail ».
 
SMIG et SMAG. « Nous affirmons notre attachement à l’alignement du SMAG sur le SMIG, leur revalorisation et l’augmentation des salaires pour tous, ainsi que l’aboutissement des négociations sociales et l’amélioration du pouvoir d’achat au moment où les prix flambent sans que le gouvernement ne parvienne à mettre en place les mécanismes nécessaires pour les maîtriser ».
 
Accaparation. « Le devoir nous appelle aujourd’hui, gouvernement, partis, organisations et associations à faire prévaloir l’intérêt national du pays, bannir tout esprit d’accaparement et de quota, de mettre de côté les tiraillements idéologiques et de croyances, pour se consacrer à l’accomplissement des objectifs de la révolution et les exigences de la réforme politique et de la transition démocratique ».
 
La Constituante. « A l’Assemblée nationale constituante de se dédier à l’élaboration de la Constitution et que soit réactivée l’instance Supérieure Indépendante pour les Élections. »
 
Le gouvernement. « Au gouvernement de se débarrasser de l’ambiguité et des généralités de son discours déroutant et qu’elle s’attaque sans hésitation ou atermoiement à sa mission première :  la création d’emplois, notamment pour les diplômés, à initier sans retard le développement des régions intérieures par l’intensification de l’investissement, la consolidation de l’infrastructure, à la lutte contre la pauvreté, à l’aménagement des équipements publiques essentielles et de combattre de toute force le phénomène de la contrebande qui menace la sécurité alimentaire et détruit le pouvoir d’achat ».
 
L’opposition. « A l’opposition et les composantes de la société civile d’abandonner leur atomisation et leur négativisme, pour chercher à établir des ponts de communication et de coopération entre elles ainsi qu’avec le gouvernement et l’Assemblée, dans l’intérêt de la Tunisie et de son peuple ».
 
Vigilance. « Nous devons être vigilants pour préserver le printemps de notre révolution de tout chantage, fermer les issues devant les forces de destruction et de la contr- révolution, en les identifiant et démasquant leurs accointances ».
 
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
11 Commentaires
Les Commentaires
Fouad Béchir - 02-05-2012 07:59

Voila un beau discours du vrai représentant du peuple, celui de la classe laborieuse. Il a le mérite d'être clair. Il fixe les objectifs que le peuple assigne aux usurpateurs du pouvoir, qui à peine assis aux meilleures place de l'administration du pays, sont déjà corrompus, alors qu'ils s'étaient engagés à combattre cette corruption. Désormais, ils savent à quoi s'en tenir, la constitution et rien d'autre. Le balai est déjà prêt et les "hordes" de travailleurs s’apprêtent à envahir les institutions publiques afin de combattre de nouveau pour un avenir meilleur. Si ceux qui « dirigent » provisoirement le pays, ne veulent pas comprendre ce message, qu'ils se dépêchent de réserver leur billet de départ et négocient leur accueil. Je doute que cette fois ci, cet accueil soit à la hauteur de leurs espérances. Les prédicateurs qu’ils ont fait venir en Tunisie à grands renfort de publicité, n’ont rien vu venir…. Bizarre !!!!

bouzaiane mohamed- Architecte - Expert - 02-05-2012 08:29

Une bonne et heureuse journée de 1ier mai 2012. Une journée qui a relaté la possibilité de vivre ensemble avec les différentes divergences politiques. N’étant pas politisé, je suis optimiste de voir mon pays fort, stable et prospère par son important potentiel humain. Un peuple soudé à travers le temps par plusieurs facteurs dont la pauvreté matérielle qui a touché parfois la majorité de sa population. Il vaut mieux avoir des pauvres unis pour lever les défis imposés par le continuel développement que de voir ces mêmes pauvres se déchirer pour des futilités éphémères pour se propulser vers une inévitable famine pour tous. Notre destin est de travailler et encore travailler pour pouvoir créer du travail pour ceux qui n’en ont pas. En effet, la richesse des uns doit créer ensuite celle des autres. Il y a parmi nos jeunes diplômés ceux qui ont des capacités intellectuelles pour développer des activités de recherches et d’innovations dans plusieurs domaines et en dehors des universités. Plusieurs services lucratifs sont à développer par ces innovateurs et chercheurs pour venir aide aux industriels, agriculteurs, commerçants et autres. Il est toujours temps de miser sur l’homme (et femme) pour améliorer la situation financière d’un nombre de familles attendant la propulsion vers le meilleur. L’avenir de notre jeunesse va résider dans sa capacité d’innover pour se procurer du travail indépendant. Nous devons les aider à être eux même et non pas des subordonnés des autres. La mentalité ‘avant qui consistait à étudier pour aller enseigner ou chercher un poste à l’administration publique ou semi publique doit changer petit à petit. Ils doivent passer d’un travailleur demandeur passif à un travailleur créateur actif et lui-même générateur d’emplois. Les plus anciens et les plus conscients doivent donner le bon exemple et s’attaquer courageusement à la corruption qui ne cesse d’augmenter depuis 1987. Grand merci pour nos compatriotes qui n’attendre aucune récompense financière, ni administrative ni d’aucune sorte. Ils n’attendent pas d’être mis en prison ou blessés pour réclamer au peuple des endommagements non normalisés. Notre avenir est entre nos mains et de celles des jeunes militants. « Celui qui n’aime pas escalader les montagnes, passe sa vie dans les trous » Aboulkacem Ecchebbi.

salah HORCHANI - 02-05-2012 08:30

Merci, Si Houcine !

andre.brissinger - 02-05-2012 08:46

Ambiance bon enfant et beau soleil pour cette manifestation du 1 mai.Bonne lecture et bonne journée mimi

abderrazak - 02-05-2012 09:10

Voilà un beau programme mais est-ce que notre chère gouvernement ose proposer autant d'idées précises à défendre pour ,ne pas résoudre nos problèmes car il en est incapable et anergique ,mais amorcer au moins un début de solution pour certains problèmes épineux et donner un peu d'espoir aux jeunes chômeurs qui sont au bord du désespoir, eux qui sont à l'origine de l'heureux chambardement qu'on est en train de vivre et que certains ,par démagogie ou par un manque total d'imagination, tentent de détourner.Mais, heureusement que l'esprit de Farhat Hached est toujours vivace pour remettre la machine UGTT en marche dans la bonne direction, à un moment crucial où la nation qui affronte tant de défis ,a tant besoin d'unité et d'imagination pour réussir cette phase.

al07 - 02-05-2012 09:35

C'est sûrement le discours le plus intelligent,le plus rassembleur et le plus juste entendu depuis le 14 Janvier 2011 ! Merci Mr Abassi ! Nos "politiques" seraient bien inspirés de se l'approprier et de le prendre en compte car c'est la voix du Peuple et le Peuple à toujours raison !

bounab - 02-05-2012 10:10

Monsieur houcine Abassi s'il veut etre entendu par les citoyens, il faut commencer par donner l'exemple.Actuellement, il est entrain de faire le contraire de ce qu'il doit étre fait, en disant faite ce qu'on vous dit mais ne faites pas ce qu'on fait.

sihem - 02-05-2012 12:20

sommes nous a la hauteur de nous prendre en charge? défiler a l'avenue pour fêter le 1er Mai, le pays a-t-il besoin de cette marche?? n'y a t-il pas un sage parmi ces grandes gueules du syndicat pour inviter le tunisien a travailler pendant ce jour, et l'offrir aux nécessiteux.. serions nous a la hauteur de ce geste noble, civique qui rapproche les tunisiens qui a la chance de travailler avec le million de chômeurs. sommes nous capable de nous prendre en charge comme dans les démocraties véritables au lieu d'attendre des miracles du gouvernement , le citoyen est-il capable de finir avec le sujet assisté?

kichmet - 02-05-2012 15:15

Qu'il ait en point de mire des mohamed ali,hachad,tlili et achour et qu'en il fera le 1/10 de ce qu'ils ont fait pas plus.et que ca commence par la neutralite envers les partis et les tentations de toute sorte et surtout la tentation de l'argent ou du pouvoir.quant a l'ambition pour qui sait voir il n'y a pas plus noble que d'etre secretaire general de l'ugtt

MohamedC - 02-05-2012 17:45

Pendant toutes les phases décisives de notre histoire l'UGTT a été le rempart contre tous les dérapages; encore une fois de plus elle répond à l'appel en rappelant à ceux qui veulent appliquer la politique politicienne que la Tunisie ne peut pas ètre condamnée à ne choisir qu'entre le RCD ou ceux qui veulent réscuciter ce de dernier sous un autre nom avec en plus une violence et une arrogance dépassant toute imagination. UGTT continuer le peuple est avec vous!

Habib Zegnani - 03-05-2012 00:31

C'est un discours rassurant. La Tunisie a besoin aujourd'hui plus que jamais d'hommes courageux qui ressemblent à farhat hached, habib achour...pour défendre le pays afin d'instaurer définitivement la démocratie en passant par la séparation des pouvoirs législatif et exécutif et en renforçant le multipartisme pourque à l'avenir aucune dictature déguisée ne puisse s'installer comme par le passé.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.