News - 26.10.2011

Elections : les "appréhensions" de la France

La France n’a pas attendu longtemps pour réagir aux résultats des élections de la Constituante, d’abord par la voix de Nicolas Sarkozy, pui,s par celle de son ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé. Elle l’a fait mercredi d’une manière inhabituelle, presque simultanément, sur un ton que certains pourraient qualifier de «comminatoire».

Le premier, en reconnaissant au peuple tunisien (et libyen) le droit  de «choisir leur destin lors d'élections libres», tout en estimant que l'enjeu des printemps arabes était de sortir de la «fausse alternative» entre dictature et intégrisme musulman et qu'il fallait, pour cela «ancrer tous les partis dans le jeu de la démocratie». Rappelant que « la France sera vigilante sur le respect des droits de l'homme et des principes démocratiques, notamment la diversité culturelle et religieuse et l'égalité des hommes et des femmes auxquelles la France est indéfectiblement attachée », le Président Sarkozy a indiqué que « la France et l'Europe avaient, de ce point de vue, un rôle crucial à jouer et qu'elles prendraient toutes leurs responsabilités».

Abondant dans le même sens, tout en étant plus explicite, Alain Juppé a averti que "la France va dire « Attention, il y a une ligne rouge qu'il ne faut pas franchir et (...) la ligne rouge ce sont un certain nombre de valeurs et de principes démocratiques" comme l'alternance démocratique, les droits de l'homme ou encore l'égalité homme-femme ».

« On va être très vigilants et nous avons des moyens d'exprimer cette vigilance », a lancé le chef de la diplomatie française, évoquant le Partenariat de Deauville qui prévoit une aide des pays membres du G8 aux pays arabes dans leur transition vers la démocratie. « Bien naturellement cette aide, nous l'apporterons dans la mesure où les lignes rouges ne seront pas franchies », a-t-il averti. Il a néanmoins tempéré ses propos en déclarant vouloir « être optimiste sur la Tunisie ».

« Lignes rouges », « vigilance », « droits de l’homme » : des termes qui sonnent comme une mise en garde « au cas où… », au risque de paraître, pour certains, comme une ingérence dans les affaires intérieures d’un pays.


 




 

 
 



 
  


 

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
31 Commentaires
Les Commentaires
Gipé - 27-10-2011 06:06

Ne parlons pas d'ingérence, de la part des responsables politiques français, dans les affaires intérieures de la Tunisie. Mais il est tout à fait logique que ceux-ci restent vigilants au regard des libertés fondamentales des droits de l'homme, la liberté religieuse et aussi sur le statut de la femme tunisienne. Les récents propos du Secrétaire général d'Ennadha sont d'ailleurs rassurants sur ces sujets. Lorsque l'on demande une aide substantielle à ses voisins européens (G8 de Deauville) on ne doit pas s'attendre à recevoir un chèque en blanc et sela me semble logique.

captain Niz - 27-10-2011 08:17

"au risque de paraître, pour certains, comme une ingérence dans les affaires intérieures d’un pays" Il fallait écrire "au risque de paraître, pour celui qui ne comprend pas le français, comme une ingérence dans les affaires intérieures d’un pays" Les francais ne voulait pas nous donner des leçons au temps du dictateur pourquoi ils veulent le faire maintenant !

Ennabli Nabil - 27-10-2011 08:32

Sarko et ses sbires ont déjà la nostalgie de ZABA... C'était quoi la ligne rouge à la grande époque?

Gasmi Lamine - 27-10-2011 09:06

J'aurai bien voulu entendre ces propos colonialistes de la France à l'époque de ZABA qui detruisait tout ce qui bouge à son encontre .Durant cette sombre ére du 7 ,Sarko et ses ministres faisaient les accolades trop fraternelles aux B. Ali et companies.Le peuple tunisiens issu d'une civilisation plus ancienne que celle de Sarko sait conduire ses affaires tout seul et fera descendre toute nouvelle dictature d'un coté comme de l'autre comme il l'a fait avec le pion des nouveaux coloniaux zaba.Nous avons les potentialités intellectuelles ,materielles et autres pour nous deriger nous meme sans l'aide du pauvre Sarko .Et je m'arrete là pour ne pas dire plus.

makram - 27-10-2011 10:15

Sarko, la Tunisie est un état indépendant libre de ses choix. Quant à la vigilance et la veille de la France aux droits de l'homme, vous devez êtres les derniers à s'exprimer sur ce champ quand on sait très bien que vous étiez le soutient aveugle de zaba jusqu'au dernier moment malgré que la situation des droits de l'homme était catastrophique. La carotte empoisonnée du G8 tu peux la garder

Tada - 27-10-2011 10:18

C'est toujours un grand plaisir de lire la réaction française. J'ajouterai une précision, le gouvernement français, et non le peuple français, sera "dorénavant" vigilant. C'est plus juste historiquement au vue des réactions lamentables de la diplomatie française.

TAIEB - 27-10-2011 11:33

La France réagit au résultat des votes,par une réaction qu’il me semble réactionnaire, car Mr Sarkozy n’aillant rien à dire sur le choix du peuple Tunisien, il se voulu être encore une fois le défenseur de la démocratie et de ses principes, SVP, Mr Sarkozy occupez vous de votre petite fille. Pour votre information , je n'ai pas voté ENNAHDHA!

Mehdi - 27-10-2011 11:43

la ligne rouge pour le respect des droits de l'homme et de notre diversité nous la mettront nous même en place on n'a pas besoin de l'aide de l'Europe pour cela!!

Loujein - 27-10-2011 11:50

j'adore cette photo de sarkozy avec les épaulettes militaires. On dirait un président africain. Et un dictateur de l'Afrique. Belle photo pour ce discours et ces circonstances. Mais pourquoi est-ce que la France ouvre sa gueule maintenant? Ils n'ont pas été là quand on a eu besoin d'eux alors pourquoi s'impliquent-ils maintenant? Pour rattraper les choses? En lançant des avertissements? C'est ça la meilleure manière? Ti bara imchi n... Comme si on comptait sur la France pour quoi que se soit dorénavant. Et franchement ils ne sont pas en position de dicter quoi que se soit. Ils adorent être à côté de leurs pompes décidément les français

Mohamed - 27-10-2011 11:57

Est-ce que la France va être plus "vigilante" sur les droits de l'homme quand elle va chercher des capitaux en Chine et au Qatar ? est ce qu'elle sera plus "vigilante" quand elle va chercher son pétrole en Afrique de l'ouest? C'est lamentable... de quel droit, ils veulent avoir un droit de regard sur des affaires internes...on nous bassine avec la démocratie et quand il y a des élections démocratiques, ils veulent qu'on choisisse le candidat qui leur plait !

derouiche - 27-10-2011 12:11

La France n'a pas encore saisi que la Tunisie d'aujourd'hui est indépendante et que son peuple est libre de ses choix en matières économique, politique et sociale. Le peuple tunisien a fait son choix démocratiquement et ne manquera pas de réagir chaque fois qu'il constate que sa liberté de choix est compromise. A bon entendeur, salut!

Abdelkader - 27-10-2011 12:21

Il va falloir aider les français a se liberez

Tchadien - 27-10-2011 12:22

Vigilant comme toujours!!!!!!! la france l'était bien avec Ben Ali !!!!

Pujol - 27-10-2011 12:45

Vous avez les moyens d'exprimer votre vigilance et nous aussi , en tant que peuple tunisien indépendant et fière de l'être , nous avons les moyens d'exprimer nos avis et nous sommes libres de choisir ceux qui nous représentent et par conséquent votre vigilance infondée et aléatoire ne nous intéresse pas beaucoup . Nous sommes mûrs et vaccinés

mondher - 27-10-2011 14:05

Certainement on est amis de la France mais pas á ce point. A Juppé est en pouvoir par revange electorale. N'oublions pas que les Francais ne l'on pas elir mais plutot ils ont voulu saccer la gauche. Les erreurs de Juppé sont nombreuse et interferer dans les affaires de la Tunisie en est le sommum. Les tunisiens par le temps ils vont retrouver l'equilibre politique qui lui permettront d'etre plus democrates que les Francais. Actuellement seulement ennahdha est en mesure de diriger le pays tout en respectant nos acquis sociaux en matiere de liberté surtout de la femme. Nous ne sommes pas un pays fanatique et on le saurait pas. L'election d'Ennahdha en tant que partie majoritaire vient comme reponse au manque d'alternative politique. Aucun des autres parties n'a ete convainquant et surtout ils manquaient du carisme politique et du realisme. Je suis certain que sur la moindre erreure d'Ennahdha tout le peuple changerait de CAP.

abh - 27-10-2011 14:26

« Lignes rouges », « vigilance », « droits de l’homme » : des termes qui sonnent comme une mise en garde « au cas où… », au risque de paraître, pour certains, comme une ingérence dans les affaires intérieures d’un pays. où étaient ils ces lignes rouges au temps de bourguiba et de ZABA

LeCarthaginois - 27-10-2011 14:31

pour se prémunir de la France, il faut diversifier l'économie tunisienne, nous sommes trop dépendant d'elle et de l'Europe, il faut ramer à droite vers les pays du soleil levant, avec les seuls Japon, Corée du Sud, Chine, Inde et Turquie, la Tunisie trouvera amplement son compte et deviendra non pas un dragon mais un dinosaure, en attendant pour faire, il faut apprendre l'anglais pour bien négocier avec ces pays.

E R - 27-10-2011 15:20

à quand le 14 janvier de la France?

nejib - 27-10-2011 15:55

Je comprends que certains s'offusquent de la réaction française et l'assimilent à de l'ingérence. Cependant comment peut-il en être autrement quand un peuple qui aspire à sa liberté se choisit, librement, le meilleur moyen pour retomber en dictature. Juppé a la lucidité que beaucoup de tunisiens n'ont pas encore. Espérons que les évènements futurs le démentiront.

DR YOUNES - 27-10-2011 17:15

Sarkozi et Juppé ont commis une grosse bavure en critiquant les élections tunisiennes alors que tout le monde salue la transparence et l'esprit démocratique de ces élections .Leurs déclarations ont suscité le dégout de la majorité des tunisiens et ils faut qu'ils se dépèchent de corriger cette faute en declarant par exemple que le parti Ennahdha est un parti modéré et démocratique .Mais si leurs critiques visent l'Islam ,eh bien ils sont mal partis car il n'ont pas assez de poids et de culture pour s'attaquer à l'Islam ,religion de plus d'un milliard et demi de croyants à travers le monde!

SEBAI - 27-10-2011 17:59

De quoi je me mêle ? Que signifient ces mises en garde de père fouettard au "cas Zou" les petits Zarabes que nous sommes ne connaitraient pas le vrai sens de la démocratie et des droits de l'homme et de la femme ? Tout cela après la campagne médiatique d'enfer des médias français dans leur quasi totalité en faveur du parti islamiste Ennahdha ! De qui se moque t'on ? il est trop tard, et nous avons amplement compris le jeu, saisi la (grossière) astuce. Faire aujourd'hui des déclarations intempestives et menaçantes ne changera rien à la donne. Vous êtes, et serez longtemps encore, de fieffés coquins.

BEN HASSINE -( Paris ) - 27-10-2011 18:03

Lors du sommet du G8 à Deauville , c'est Sarkozy qui a invité BCE et a mis à l'honneur la Tunisie . La Tunisie devait être à l'ordre du jour du sommet du G20 de Nice la semaine prochaine .... On peut jouer les ingrats ce n'est pas ce qu'on fera de mieux , il facile de dire qu'un état est souverain à condition qu'il puisse ne pas dépendre des autres et vivre en autarcie , c'est loin d'être le cas de la Tuinsie

abh - 27-10-2011 19:05

La France, quatrième exportateur d'armes http://www.lexpress.fr/actualite/monde/la-france-quatrieme-exportateur-d-armes_1045379.html pas de leçons de morale à donner

Dr.zaiane - 28-10-2011 03:01

C'est normal que maintenant Sarkozy veut faire jouer les muscles. Il essaie de se rattraper et de l'autre côté ,il a besoin de se faire remarquer et de jouer au grand mec, p.c.q.chez lui(en France),sa côte baisse de plus en plus. Pourtant , cette mise en garde à l'adresse d'ennahdha et ses adeptes n'est pas mal du tout.

patriote - 28-10-2011 10:29

Il est inadmissible de s'ingérer mais est-ce-que leurs appréhensions sont sans fondement?Seul l'avenir et même le très proche avenir nous le dira et dans l'attente de la mise en place effective des contre pouvoirs seuls garants de la liberté et de la voie de la vraie démocratique auquel ce pays aspire depuis belle lurette.L'Histoire nous rappelle toujours l'arrivée de pas mal de dictatures et de calamités par le suffrage universel justement surtout quand il accapare un % voisin des anciens % qu'on a connu.

mohamed Abdelkefi - 28-10-2011 12:15

Jusqu'à quand allons nous permettre cette ingérence dans les affaires intérieures de notre pays? Jusqu'à quand allons nous permettre qu'on nous traite avec cet air de supériorité comme si nous étions des mineurs qu'on doit corriger, pour ne pas employer un autre terme? Ceux qui aujourd'hui s'exhibent comme défenseurs des droits de l'homme et d'autres principes, où étaient-ils durant un demi siècle de régime totalitaire piétinant tous les droits et principes? Je crois qu'ils feraient mieux de ce taire et laisser les tunisiens, qui une fois encore ont démontré leur maturité, leur sens civique et leur degrè d'émancipation, s'occuper de leur propre cuisine car ils ne vont jamais s'incliner aux menaces comme celles mentionnées plus haut.Au travail tunisiens et que votre caravane continue à avancer.

Mohsen - 28-10-2011 14:28

il faut arrêter de fanfaronner nous avons besoin de l'occident ne serait-ce que pour les millions d'immigrés qui y travaillent et rapatrient ce petit milliard de dinars dont nous avons besoin pour notre économie sans oublier la recette touristique à majorité européenne. La France n'a nullement besoin de nous, cependant elle veut se protéger contre les flots d'immigrés qui vont affluer à ses portes.

Mohamed Chaalala - 28-10-2011 18:23

Je ne suis pas du parti Nahdha et j'ai voté pour la gauche centriste; je suis pour tous les acquis modernistes de la Tunisie et je n'hésiterais pas à combattre tous ceux qui essayeront un jour de ne pas les respecter. Cependant, je rejette en bloc le ton prémonitoire, menaçant, et paternaliste de M. Sarkozy et son MAE M. Juppé. Je leur dirais simplement que la Tunisie n'accepterait pas d'hypothèquer ses choix pour une poignée d'Euros que vous comptez nous offrir. Oubliez de donner des consignes aux tunisiens comme aux bon vieux temps de Ben Ali. N a été bafouée longtemps sous les différentes républiques française; soyez rassuré, nous ne comptons que sur nous mème et notre ligne rouge à nous c'est une coopération d'égal à égal ou rien. Les tunisiens sont capables de gérer leurs rares ressources pour créer une richesse qui même faible, serait suffisante pour défendre leur dignité et rester indépendant pour défendre les causes justes au niveau national et international. Mr Sarkozi, votre incohérence me trouble et me rend confus. Quant aux Nahdhaouis, sachez que le monde vous attend, respectez les engagements que vous veniez de prendre en matière de liberté des citoyens et surtout des femmes, de pratique du culte, et d'être moderniste plutot que conservateurs. Nous voulons donner la meilleure image d'un Islam moderne, tolérant, et évolutif. Une grande responsabilité nous incombe pour montrer que la grandeur d'un people n'est ni dans sa superficie, ni dans la taille de sa population, mais plutôt dans son génie et dans son respect des valeurs humaines universelles.

Raouf E - 28-10-2011 20:53

Nous avons besoin de l occident certes, mais cette région ne doit être qu'un partenaire parmi tant d'autres et dans tous les domaines. Nous pourrons nous inspirer des pays scandinaves, la Finlande pour son système éducatif, le meilleur au monde, l'Allemagne pour sa réussite économique..... Mais la conjoncture veut que nous nous tournons vers la Turquie en premier choix, ce pays a fait ses preuves et pourra être un modèle de développement pour nous, et son peuple, un exemple pour nous, par son abnégation au service de la patrie.

ahmedb - 29-10-2011 08:31

La réaction relativement tardive et quelque peu froide de la France, par rapport à d'autres, a étonné. Je ne pense pas que les droits de l'homme en soient la seule raison. Le ton adopté prête à réflexion. L'avis exprimé au plus haut niveau de la "conditionalité" de l'aide et de la qualité des relations est-il uniquement subordonné aux droits de l'homme? Nous avons vu pour ce qui nous concerne et nous voyons encore ailleurs (Moyen Orient par exemple) que cette noble considération peut devenir plus au moins voyante ou discrète en fonction des intérêts majeurs en jeu. La "conditionnalité" en question n'est elle pas plus générale ne porte-elle pas plutôt sur la prise en compte des intérêts de la France par les gouvernements à venir? C'est probable! Certes la France a chez nous une place de première importance à la fois culturelle, économique (premier client et fournisseur, premier investisseur étranger etc.)... voire social vu le nombre des citoyens deux pays vivant de part et d'autre, celui des bi-nationaux ou des mariages mixtes etc.. sans compter le volet politique. Mais cela ne devrait pas empêcher nos futurs dirigeants d'en revoir certains aspects comme la diversification nécessaire de nos relations commerciales et économiques. mais je voudrais souligner la question cruciale de la langue étrangère pour un petit pays comme le notre. L'apport de la langue française dans le passé ne peut être ignoré mais force est de reconnaître le monde du savoir, de l'économie et de la communication parle aujourd'hui Anglais... plus rarement Français. Le choix de la langue étrangère est devenu primordial, se révélant pour nous comme un vrai freinage aux échanges internationaux (économie et commerce, capacité d'influence..) et un handicap à l'employabilité des jeunes. Il y'a à cet égard des précédents qui ont réussi et qui devraient nous inspirer. Le Liban en est un exemple. Ayant osé opéré le virage du français vers l'anglais, ses enfants ont le monde pour horizon. Nous les trouvons partout de part le monde comme opérateurs du grand commerce ou dans les rouages clés des grandes entreprises et institutions... tout en gardant avec l'ancienne puissance coloniale des relations d'amitié des plus solides. A méditer!!

m - 01-11-2011 16:20

Bravo M Sarkozi, une des rares fois la France prend une décisionqui plait au monde arabe et qui se situe pleinement dans la défense de la justice et du droit international en votant pour l'admission de la Palestine à l'UNESCO. J'espère de tout mon coeur que ce pas avec celui de l'intervention en Lybie constituent un virage de la politique française dans le sens du respect du droit international. Nous ne pouvons qu'encourager et aimer ce pays avec lequel nous avons des liens historiques et culturelles que nous voudrions ètre les meilleurs pour nos interèts mutuels.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.