Dr Hamed Karoui, Ancien Premier Ministre, ancien Vice-Président du RCD

Onze ans après avoir passé la main, le 17 novembre 1999, à M. Mohamed Ghannouchi, à la tête du Premier Ministère, et deux ans après avoir quitté, le 5 septembre 2008, la vice-présidence du RCD, le Dr Hamed Karoui, qui s’apprête à célébrer le 30 décembre prochain, son 83ème anniversaire, coule une retraite paisible, sans renoncer à aucun de ses sports et loisirs préférés. Frais, pimpant, élégant dans son costume bleu nuit bien coupé, l’oeil vif et taquin, derrière de fines montures, il promène, avec beaucoup d’humour un regard serein et comblé sur son parcours.

Dans sa modeste villa d’El Menzah 7, noyée parmi celles des voisins, où il reçoit Leaders, l’unique signe distinctif est celui des photos qui ornent les murs du salon, à côtés des tableaux de maître. On l’y voit le jour de son mariage, avec sa chère et fidèle Rafiaa, mais aussi et surtout au côté du Président Ben Ali. «Un vrai patriote et un grand Homme d’Etat», comme il le qualifiera affectueusement.
 

Du Dr Karoui, on ne connaît pas, finalement, grand-chose. On sait surtout qu’il est médecin, qu’il a été président de la fédération de France du Néo-Destour, co-fondateur de l’Uget (son secrétaire général), président de la municipalité de Sousse (1985) et de l’Etoile Sportive du Sahel (de 1963 à 1981). Parlementaire, il a été élu à trois reprises à l’Assemblée Nationale (1964, 1981, 1989) dont il deviendra vice-président (1983-1986). Militant avant-gardiste, le Dr Karoui était proche de Bourguiba, dans les années 50 à Paris. Rentré de France à l’aube de l’Indépendance, auréolé et de son titre de médecin pneumo-phtisio et de son passé de militant, il avait renoncé à toute ambition politique gouvernementale, s’attachant à sa ville natale où il était resté 30 ans, avant de se «résigner» à monter à Tunis et accepter sur le tard, à 59 ans, en 1986, après s’en être dérobé longtemps, son premier poste de ministre (de la Jeunesse & des Sports).

Très timide, durant sa prime jeunesse, et ne s’adonnant qu’au football comme tous les enfants de son âge, il connaîtra le grand changement de sa vie en adhérant aux mouvement scout. C’est là, qu’il fera ses classes de patriotisme, acquerra l’esprit d’équipe et de leadership, le sens du volontariat et les nobles valeurs du sacrifice. Avec une poignée de camarades dont il n’oubliera jamais le souvenir (Habib Osman, Abdelhamid Ernez, Mustapha Driss, Mahjoub Hamdouni), il prendra en charge l’édition et la diffusion du journal clandestin Al Kifah, dans le centre du pays. Un récit émouvant de cette épopée nous est restitué dans le livre «Jil Atthaoura» (Génération de la Révolte) de Hamed Zeghal. A 17 ans, chef de district scouts, et tout en préparant son baccalauréat, il bravera courageusement peur et oppression, pour porter la voix des jeunes militants, au grand dam des autorités coloniales. Soucieux de le préserver, alors qu’il devait réussir son bac et partir en France, ses camarades de lutte l’avaient adjuré de se mettre en hibernation, ce qu’il ne pouvait accepter. Bien au contraire, galvanisé par le défi, il redoubla d’activisme et d’assiduité scolaire.

Dès lors, la réputation de ce grand timide qui a été complètement transformé par le scoutisme et l’engagement militant, est rapidement bien assise.

Sage, impartial, très respecté et grand patriote. La légende raconte qu’un jour de grand match à Sousse où l’ESS subissait les décisions fantaisistes d’un arbitre dévoyé, déclenchant l’ire dans les gradins, il lui a suffi de s’adresser aux foules indomptables par un simple geste du doigt sur la bouche demandant le silence pour qu’il soit immédiatement obéi. D’où viennent ces traits de caractère ? De son oncle maternel, feu Ahmed Noureddine, ancien professeur de maths-physiques qui sera dans les années 60, ministre des Travaux publics ? Certainement, en bonne partie, mais aussi, de son père qui s’est employé à lui inculquer de nobles valeurs. «A 3 ou 4 ans, se souvient-il, l’un de mes oncles paternels avait attrapé la tuberculose et pour me prémunir de toute contagion, j’étais confié à mes grands- parents chez qui oncle Ahmed m’avait pris sous son aile». Notez bien! la tuberculose et toute l’attention de son père.

Bachelier et devant se rendre en France pour poursuivre ses études de médecine, son père le confiera à l’un de ses amis d’enfance, le Dr Ahmed Somiaa, grand pneumologue à l’hôpital franco-musulman de Bobigny. Si Hamed débarquera, le 1er novembre 1946, dans un Paris assombri par la guerre et la pénurie, comptant sur le pain sec, l’huile d’olive et les sardines, fournis par son père et les menus coupons J3 de rationnement pour obtenir quelques vivres. Le Dr Somiaa, en véritable «consul général de tous les Tunisiens», lui sera d’un grand secours. C’est lui d’ailleurs qui l’orientera vers la pneumo et l’accueillera dans son service.

Les années parisiennes de Si Hamed seront doublement laborieuses. D’abord pour réussir ses études, mais aussi pour s’acquitter de son devoir de militant, surtout au milieu de ces tumultueuses péripéties du «dernier quart d’heure» avant l’indépendance, avec tous les tiraillements entre bourguibistes et youssefistes, entre partisans de l’autonomie interne et jusqu’au-boutistes. Evidemment, avec les Brahim Zitouni, Hamed Zeghal, Laroussi El Mekki, Mansour Moalla, Béchir Ben Yahmed, Abdelmajid Chaker, Hédi Baccouche et d’autres jeunes militants, il avait fait son choix en faveur de Bourguiba. Il aimait aller lui rendre visite dans son exil à l’île de Groix avec Ben Yahmed, puis au Château de La Ferté à Amilly, ou encore, plus tard, à l’hôtel Intercontinental où, d’ailleurs, les jeunes avaient organisé le 50ème anniversaire de Bourguiba. Si Hamed fait partie des fidèles parmi les plus fidèles, mais était à la tête des étudiants aux idées progressistes, ce qui ne semblait pas plaire à certains anciens youssefistes reconvertis au bourguibisme, après l’indépendance, et pressés d’occuper le devant de la scène.

Témoin de l’ascension de Bourguiba et de sa déchéance, puis du geste salutaire …

Le destin aura voulu qu’il assiste de près «à la grande ascension de Bourguiba, dans les années 50, puis à sa déchéance, au milieu des années 80, n’était-ce le geste salutaire en sa faveur, par l’un de ses fils fidèles, le Président Ben Ali», comme il le remarquera. Nullement intéressé par un poste politique, ou de se mettre dans la course aux maroquins ministériels, Si Hamed était décidé, en rentrant en Tunisie en mai 1957, après 11 ans passés en France, de porter sa blouse blanche de médecin (spécialisé en pneumo-phtisio), de s’installer à Sousse et d’y ouvrir son cabinet, parallèlement à ses activités hospitalières. «Je suis chevillé à cette ville merveilleuse dont je n’arrive pas à m’extraire», ne cessera-t-il de répéter. Il y garde tous ses repères, ses amis d’enfance et de toujours, sa famille et son club fétiche, l’Etoile. Comblé de bonheur parmi les siens, il n’en continue pas moins à suivre les échos de Tunis, participant aux congrès du parti. Son beau-frère Ahmed Ben Salah était au faîte de son pouvoir, son oncle Ahmed Noureddine, ministre des Travaux Publics, et nombre d’amis au gouvernement ou dirigeants de grandes banques et entreprises publiques. Il gardait le contact avec Bourguiba, surtout en été lorsque le Zaim allait passer ses vacances à Monastir, ce qui lui permettait de lui rendre visite plus souvent, avec les militants de la région.

Début des années 80, après le départ de feu Hédi Nouira, et le renforcement de l’équipe au pouvoir, premier appel fort vers Tunis. Mongi Kooli, alors directeur du Parti, lui fait part de sa désignation au Bureau Politique. Venir à Tunis tous les mercredis après-midi pour assister à la réunion hebdomadaire ne perturbait pas beaucoup sa quiétude soussienne. Jusqu’à ce dimanche, 6 avril 1986 où il reçoit un coup de fil énigmatique du directeur du protocole présidentiel, feu Moncef Ben Mahmoud, l’invitant à une audience, le lendemain, lundi matin, avec Bourguiba au Palais de Carthage. Pour toute allusion sur le cadre de cette audience, Si Moncef répondit avec un ton affectueux et doux : «Ma thamma ken El Khir !». C’était la série des fameux lundis durant lesquels Bourguiba limogeait l’un après l’autre les proches de Mzali. Sentant le piège d’un poste au gouvernement, c’est-à-dire d’un «exil à Tunis» se refermer sur lui, Si Hamed se déploya pour échapper. Mohamed Mzali, Premier ministre, se contentera de lui répondre : «Binek oubinou. Dabbar rassek maa Bourguiba. J’y suis pour rien, je n’y peux rien».

Une remise en selle qui le portera loin

Arrivé à Carthage lundi matin, Si Hamed retrouve, dans la bibliothèque qui servait de salle d’attente, Mzali, Béji Caïd Essebsi, ministre des Affaires étrangères qui était de retour d’une mission à Paris, le Dr Hédi Bouricha qui avait succédé à Mohamed Kraiem à la tête du ministère de la Jeunesse et des Sports et n’arrivait pas à se dédouaner du mauvais procès que lui faisait son prédécesseur, et Mezri Chekir. Au fait des rumeurs de Carthage, et soupçonnant l’intention de Bourguiba de limoger Bouricha et de le désigner ministre de la Jeunesse et des Sports, il s’est mis à prier pour que l’entretien Bouricha-Bourguiba se passe très bien, ce qui lui épargnera de monter à Tunis. «Je me suis dit, cela dépendra du temps que durera l’audience. Si elle se prolonge, c’est un bon signe : j’y échappe. Si elle est raccourcie, je n’aurais plus le choix.» Quelques minutes après avoir été introduit au cabinet de Bourguiba, le Dr Bouricha en ressort furtivement, avec des éclats de voix qui parviennent à tous. Le sort de Si Hamed Karoui était scellé.

«D’emblée, Bourguiba me lance : on me dit que vous avez le diabète et vous préférez ralentir vos activités. Mais ce n’est rien. Même Wassila l’a eu et elle s’en sort très bien. De toute façon, j’ai besoin de vous auprès de moi et vous avez beaucoup de travail à faire à mes côtés. Vous savez dans quelle estime je vous tiens et là, je dois compter sur vous». Aucun de mes propos ne suffira pour m’en échapper. D’ailleurs, Bourguiba me gardera auprès de lui pour continuer à recevoir, successivement, Caïd Essebsi, intarissable sur la considération dont jouit Bourguiba en France, Chekir qui essaye courageusement et dignement de défendre sa cause et Mzali qui, vainement, défend bec et ongle son protégé.

Le reste, on le connaît. Si Hamed sera ministre de la Jeunesse et des Sports jusqu’en octobre 1987, pour prendre la direction du Parti, avant d’être nommé en 1988, ministre de la Justice (1988 - 1989). A cette même époque, son collègue à la tête du ministère de la Santé Publique n’était autre que l’éminent juriste, Dali Jazi. Du coup, on avait le médecin à la Justice et le juriste à la Santé.

Il conservera ce poste jusqu’à sa nomination en tant que Premier ministre le 27 septembre 1989. Dix ans durant, jusqu’au 17 novembre 1999, date à laquelle il cède le flambeau à M. Mohamed Ghannouchi, il apportera au Président Ben Ali sa contribution loyale à l’immense oeuvre de renouveau amorcée par le Changement. Entrant au bureau politique du RCD, le 12 avril 1989, il en devient vice-président le 9 octobre de la même année, puis premier vice-président le 26 janvier 2001, jusqu’au 8 septembre 2008. Le triple pontage qu’il a subi en octobre 2007, après une redoutable attaque cardiaque, l’incite à réduire ses activités officielles, sans le priver cependant de vaquer à ses loisirs. Chasseur invétéré, mordu de football, esprit scientifique toujours curieux des avancées de la recherche et ami fidèle qui sait cultiver les nobles valeurs, il n’a presque pas une minute pour lui.

Alors l’interroger sur ses mémoires, serait trop lui demander: «Je n’ai pris aucune note, ni écrit la moindre ligne. Mes vrais Mémoires, elles se résument aujourd’hui en une seule phrase: heureux, mais vraiment très heureux, de voir aujourd’hui les Tunisiens accéder à ce niveau d’éducation, de savoir, de bien-être et de prospérité dans une Tunisie qui, grâce au Président Ben Ali, vogue harmonieusement de succès en triomphe».

© Copyright Leaders
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
25 Commentaires
Les Commentaires
med chedli - 26-11-2010 11:14

si Hamed: la droiture,la justice,c est un Homme a convictions ,rabi yaatih essaha wel afia,

Essia RAZGALLAH - 26-11-2010 18:43

avec grande fierté que je lis un article pareil, merci Leaders pour cet interet reservé a SI HAMED KAROUI notre pere et reference réellement il mérite "kol khir" il est leader, espérant bien nous les jeunes en trouve des possibilité de rencontre avec des personnalités pareil comme si Hamed KAROUI si Hédi BACCOUCHE ... compagnosn fidèles du Président Ben Ali pour qu'on puisse titrer des lecons de militanisme et de patriotisme.

7AKIM - 26-11-2010 19:13

c'etait le president de l'ESS de 1961 à 1981 et pas de 1963

Rym Karoui - 26-11-2010 20:17

Article très enrichi et qui apprend beaucoup de choses sur mon grand-père et le décrit bien. En famille, c'est un adorable Papi, il est gentil, taquin, drôle, cultivé ... Je vous remercie d'avoir écrit un article sur lui. Je l'embrasse très fort .

SAYADI ABDELKADER - 26-11-2010 21:54

Dr Hamed Karoui rabi ytaouel fi omrou un vrai tunisien il a fait beaucoup pour la Tunisie

Amor Mtimet - 27-11-2010 10:57

C'est grace à Leaders qui a pu nous dévoiler le riche parcours de Si Hamed, et qu'à l'occasion je lui souhaite longue vie : Un grand militant et un citoyen engagé de longue date accompagné d'une discrétion et une efficacité remarquable. Sa participation à l'oeuvre du developpement du pays est indéniable. Sous la conduite du Président de la République on ne peut que saluer la dimension de la réussite des nombreux programmes politiques, économiques, sociaux et culturels. Qu'en cette année internationale de la jeunesse, et pour la jeunesse tunisienne le modèle des anciens militants servira encore à mieux baliser la voie de l'avenir pour le progrés, la cohésion sociale, et la prospérité de la Tunisie.

sofien - 28-11-2010 18:09

Dr Hamed Karoui était président de l'Étoile du 1961 au 1981 mais c'est un bon article qui résume le parcours d'un homme politique exemplaire

Habib DIMASSI - 28-11-2010 23:42

Un grand militant, un citoyen noble et engagé, politicien éclairé bienveillant à ses principes, ayant guidés son travail avec beaucoup de visions plutôt sociables, ses choix fondamentaux inspirés de cultes sociaux-économiques et scientifiques de parts et d'autres ont fait du Dr. Hamed Karoui un accompagnateur politique éminent durant presque deux générations. Que Allah le tout puissant lui réserve encore une longue vie pleine de bonheur, de bonne santé et de prospérité. Et tous les remerciement à la rédaction.

roland mantia - 29-11-2010 08:07

Je garde un souvenir reconnaissant de ce gentil docteur qui m'a très bien soigné d'une pleurésie contractée en 1957 lors de mon hospitalisation à l'hôpital Farhat Hachet à Sousse .Après mes 13 années de Coopération dans l'Education Nationale à Monastir ,j'ai quitté à regret mon pays natal .Après lecture de l'article très intéressant de Leaders je suis admiratif de la longue et brillante carrière de Si Hamed. à qui je souhaite une très longue vie parmi les siens.

Sahim JAAFAR - 29-11-2010 08:54

... s'il a pu réaliser ce parcours... c'est parce qu'il a eu les talents polyvalents nécessaires... notamment sur le plan social et humanitaire.... BRAVO...

Ali Ben Mabrouk - 29-11-2010 13:30

Bravo à Leaders pour cet article enrichissant sur le grand ministre qui fut M. Hamed El Karoui, qui, à ma connaissance était le seul ministre à vouloir essayé de se retirer de son poste de premier ministre pour se consacrer à sa retraite bien méritée. puisse Dieu le Grand Puissant lui accorde une longue vie heureuse auprès des siens.

Nejib - 29-11-2010 20:23

Un Grand homme patriote, intègre et honnête. Il n'a jamais usé de son pouvoir et il est toujours resté fidèle à ses principes de droiture et de Grand commis au service de l'État. Il a beaucoup donné au pays dans les différentes sphères politiques et sportives. Un Grand Merci Docteur. Nejib.

nacer khribi - 30-11-2010 10:13

un grand homme d’état et serviteur de la république il a su traverser sans encombre la période trouble pendant laquelle nos institutions étaient menacées.sa contribution à l'application de la politique du changement est indéniable . longue vie et bonne santé

kais ammar - 30-11-2010 11:54

A lire

jamila abroug - 01-12-2010 09:41

j'ai le plaisir de connaitre l'histoire de Dr Hamed Karoui, le père de mon maitre et professeur Dr Nejib Karoui, chef du service de SAMU03.

Mokhtar Cheniti - 01-12-2010 20:49

L'ayant cotoyé de prés, Si Hamed est un grand Homme aux qualités indéniables: fidèle, ponctuel, intègre, trés sérieux dans tout ce qu'il entreprend, véritablement responsable et restant profondément attaché à son action. Il est heureux de montrer qu'il prend sa responsabilité dans tout ce qu'il fait avec le mème sourire. Que de travail accompli, une vie bien remplie.

ouejdane ben abid - 03-12-2010 02:02

je profite de saluer le Docteur Hamed Karoui , et je suis fière de l'avoir cotoyée me reme'ttant mon attestation de stage lors de son passage au Ministère de la Jeunesse et des Sports

najla besbes bouden - 03-12-2010 10:59

un nationaliste, un grand médecin et grand homme d'état et parallèlement un très grand homme, une leçon de simplicité, de modestie et de vie. il a toujours su se ménager une vie normale malgré toutes ses occupations et responsabilités. Et bien que les problèmes de santé ne l'ont pas épargnés, cette force de vie l'a préservée. Que Dieu le garde pour sa compagne de toujours et ses enfants. fière de le connaitre et d'avoir eu la chance de discuter avec lui.

Ben Jemaa Amine - 06-12-2010 20:35

Si Hamed est parmi les grands hommes politiques intègres et honnêtes de la Tunisie, de plus en plus rares de nos jours! Parcours respectable et admirable !

chaouachi fethi - 07-12-2010 16:53

Un grand salut, un grand Bravo pour un nationaliste, grand homme d'état, une personnalité politique de grande valeur, un grand fidèle au Président Zine El Abidine Ben Ali. Monsieur le premier ministre a réussi dans une période de transition très délicate (1989-1999), parie en cela sur sa riche expérience politique en matière de gestion de la chose publique, sur sa capacité à identifier les solutions et les réponses à toutes les questions et attente nationales, Adhésion inébranlable aux orientations du Président Ben Ali. Monsieur Hamed karoui ,adhérant inébranlable aux orientations du Président Ben Ali , a joué un rôle central dans la conduite de l’œuvre de modernisation politique, tout en s’appuyant sur les référentiels du Rassemblement pour la concrétisation des objectifs de la mutation démocratique durant son mandat, grâce à l’encadrement lucide du Président Ben Ali, le succès des programmes présidentiels successifs durant sa période en tant que premier ministre fait preuve et traduit les capacités de ce brave homme politique, sous la conduite de son président, et qui a fait front à toutes les crises des années quatre vingt dix surtout pour le monde arabe et de tourner à son avantage toutes les opportunités qui se présentent. Tout en prenant en considération les spécificités de la société tunisienne, l’histoire et la culture du pays, l’ampleur des défis, la nature des enjeux Monsieur karoui a développé les modes d’action et les mécanismes d’ancrage à la réalité tunisienne authentique, tout en bénéficiant d’une constante capacité d’adaptation aux mutations nationales et aux développements sur la scène politique mondiale et qu’il a acquis une vision qui lui permet de placer les problèmes dans leur contexte approprié. En tant que militant, de l’Ariana j’exprime, à cette occasion, ma fierté d’appartenir au RCD auquel appartient une personnalité comme ce grand monsieur , que j’aime beaucoup , qui a évolué d’un médecin a un grand homme politique chose qui n’est pas facile. Que Dieu le garde pour ses enfants et bonne chance

Halim Jebali - 09-12-2010 01:54

Un grand Monsieur qui merite notre plus grand respect . Que Dieu lui lui donne la sante et le bonheur, il a tant donne pour son pays... Il a toute mon admiration car il est un modele de droiture pour nous tous!

Mekki el Borgi - 09-12-2010 11:00

Bravo et grand salut à si Hamed el KAROUI, le grand nationaliste qui n'a aucun énnemi et qui a bien contribuer au développement de son bled "la Tunisie", que Dieu vous garde et vous procure la bonne santé.

mahjoub - 09-12-2010 14:07

merci à Leaders pour ce petit bout d'histoire; mais il aurait été bien plus interessant de parler de Si Hamed l'homme politique, de ses convictions, de son dessein et de son oeuvre. votre article est plutot réducteur et c'est dommage. c'est dommage, en outre, que ce Témoin de l'histoire tunisienne récente se refuse à écrire ses mémoires et nous prive de son témoignage.

taieb - 11-12-2010 09:28

Si HAMED , un grand homme politique mais aussi de sport , a beaucoups fait pour notre ETOILE , mille merci et on aimerait le voir ecrire sa biographie pour l'estimer encore à sa juste vrai et grande valeur .

Mounir - 16-06-2011 18:25

Que des éloges à une personnalité qui a longuement adhéré au système ben ali?

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.