News - 02.08.2010

Dr Hafedh Ibrahim : hommage national ce 10 août

Dans un noble geste qui a ému les militants nationalistes, le Président Ben Ali vient d’ordonner qu’un hommage national soit rendu par le RCD, mardi prochain 10 août, au Dr Hafedh Ibrahim, figure de proue de la lutte pour l’indépendance qui vient de s’éteindre à 94 ans à Madrid. La cérémonie se tiendra à Akouda, sa ville natale, et sera marquée notamment par une oraison qui sera prononcée par M. Hédi Baccouche, ancien premier Ministre, apprend Leaders.

Fils de Cheikh Rajeh Ibrahim, l’une des figures emblématiques du Destour (décédé en 1932), le défunt, né le 14 mai 1916, avait entamé en 1935, au Collège de France à Paris, des études en philo avec pour maîtres, Alain et Paul Valéry, avant de s’orienter vers la médecine et d’obtenir son doctorat à Montpelier en 1944. Très engagé dans le mouvement estudantin maghrébin sous la férule de son camarade feu Hédi Nouira, secrétaire général de l’AEMNA au 115 boulevard Saint-Michel, il a été de tous les combats aux côtés des Messali El Haj, Abdekébir Fessi, Hédi (et non Mehdi) Ben Barka, et Abdelkérim Khatib ainsi que Hédi Khefacha, Mohamed Ben Khelifa et Habib Bourguiba.

Installé à Madrid en 1945, il y retrouvera Habib Thameur, Rachid Driss, Taieb Slim, Hassine Triki, Hédi Saidi, Mustapha Gharbi et d’autres militants du néo-destour. Il sera également d’un grand soutien aux militants algériens et marocains, étant très proche notamment de Mohamed Boudhiaf, Ben Bella, Ait Ahmed, Khidher et autres. Près de 65 ans durant en Espagne, il a toujours été un défenseur irréductible d’abord de la cause de l’indépendance des pays du Maghreb, puis de leur pleine souveraineté et de leur progrès économique et social.

Dans ses albums, on retrouve des photos d’une grande valeur historique, telles que celles de son père Cheikh Rajeh (avec Cheikh Ahmed Taoufik Madani), du défunt avec des militants nord-africains entourant Habib Bourguiba, des leaders marocains, et le Roi Fayçal,

Dans celle du 21 octobre 1956 à Rabat, on reconnait de gauche à droite : le roi du Maroc Mohamed V, Maître Abderrrahmane Youssoufi, le Dr Hafedh Ibrahim, et les algériens Mohamed Boudhiaf, Ahmed Ben Bella, Mustapha Lacheraf, Houcine Aït Ahmed (Mohamed Khidher, présent à l'extrême droite, n'apparaît pas sur la photo) et le futur Roi Hassan II. Cette réunion se tenait la veille du "sommet" maghrébin prévu à Tunis le 22 octobre 1956 entre Habib Bourguiba et Mohamed V avec les chefs du FLN algérien. Ces derniers n'atterriront finalement pas à Tunis, l'avion qui les transportait depuis le Maroc ayant été détourné sur Alger par les français, et ses passagers algériens emprisonnés.

Jusqu’au dernier soupir, le Dr Hafedh Ibrahim, décédé le 12 juillet dernier, a été entouré d’une haute sollicitude des autorités tunisiennes. L’ambassadeur de Tunisie à Madrid, le Dr Ridha Kechrid, avait pour instruction de présenter les condoléances à sa famille et de veiller personnellement sur le bon déroulement de ses funérailles. De nombreuses délégations algériennes et marocaines, notamment celle conduite par l’ancien premier Ministre du Maroc, M. Abderrahmane Youssefi, leader de l’USFP, ont fait à cette occasion le déplacement dans la capitale espagnole pour partager avec leurs frères tunisiens et la famille Brahim, cette peine affligeante et témoigner de leur compassion.

"La décision du Président Ben Ali d’honorer la mémoire du Dr Hafedh Ibrahim a été d’un grand réconfort à tous ceux qui l’ont connu, notamment au Maghreb et en Europe. Elle perpétue pour les jeunes générations, le souvenir d’un militant sincère et dévoué, et réitère un message présidentiel d’estime et de considération à l’égard de tous les patriotes, commente pour Leaders un vieux militant, les larmes aux yeux."
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
3 Commentaires
Les Commentaires
kais jemali - 03-08-2010 01:34

Il est tres utile de transmettre ce devoir de memoire à nos enfants et d'en faire une tradition,car la reconaissance est une vertu qui manque à l'homme en general et bien plus dans le monde arabo musulman.

Mahmoud - 03-08-2010 11:14

Autant j'apprécie le geste à la fois humaniste et responsable du Chef de l'Etat, autant je me demande pourquoi les patriotes du mouvement de libération nationale demeurent, malgré la haute l'attention présidentielle, si peu visibles auprès de l'opinion publique tunisienne dont les deux-tiers, jeunes et moins jeunes, n'ont pas eu à connaître et encore moins à fréquenter... N'est-il pas temps de dépoussiérer les "oubliés" de l'Histoire du Mouvement national ? Et Dieu sait combien ils sont nombreux ! Nos historiens-chercheurs ne peuvent-ils pas faire davantage pour accomplir leur mission de restitution-rétablissement de la mémoire nationale ? Petit-fils d'un militant de la première heure du mouvement national et compagnon des Leaders du Néo-destour dans leurs malheurs : Dr. Matri, Me. Bourguiba, T. S'far, H. Thameur, S. B. Youssef....

Anissa Ben Salah - 07-08-2010 18:49

Un hommage bien mérité, Allah yarhmou

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.