Opinions - 08.11.2018

Sihem Jaziri : Placer la Science, la Technologie au coeur de la société

Placer la Science, la Technologie au coeur de la société

Le 10 novembre de chaque année est la Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement. Cette journée, créée par l'UNESCO en 2001, marque l’importance de la Science dans la Société.

La Science ne peut se faire sans le contact avec le monde extérieur, sans faire appel au grand public, aux médias et à la politique qui sont amenés à entretenir des relations durables, Les moins jeunes se rappellent la période qui a précédé Internet et le World Wide Web (WWW). Et si on remonte un peu plus loin dans le temps et nous imaginons un monde sans « ampoules…. » sans la science, l'ingénierie et la technologie, les informations ne seraient pas librement disponibles dans le monde entier et nous continuerions à les lire à la chandelle. La science est sans aucun doute un bienfaiteur de la société et continue de conduire le progrès aujourd'hui.

Mais si la science, l'ingénierie et la technologie peuvent être reconnues pour l'avancement de la société, la relation inverse est également vraie. En effet la société a financé la science et lui a donné des problèmes à résoudre, et a fait l'éloge de la découverte et a récompensé l'innovation. Une symbiose existe donc entre les deux, mais comme cette relation devient de plus en plus complexe au fil du temps, les scientifiques se sont parfois trouvés en désaccord avec certains acteurs de la société, tels que les médias, les politiciens et même le grand public.

Confronter l’ignorance

De l'agriculture et de l'industrie aux transports et aux soins de santé, la science est ancrée dans pratiquement tous les aspects de la vie moderne. Mais tout comme on peut savourer un repas sans savoir d'où proviennent ses ingrédients ni comment le plat est préparé, les gens ne sont souvent pas familiarisés avec la science qui sous-tend les objets qu'ils utilisent couramment dans la vie quotidienne. Les gens sont conscients des résultats de la science mais ont souvent peu d'indices sur les concepts scientifiques sous-jacents, rien qu’en citant l'exemple du téléphone mobile omniprésent.

La société s'adapte remarquablement et rapidement aux nouvelles technologies sans savoir comment elle fonctionne. Sur des frontières moins tangibles de la science, tels que le changement climatique et l'intelligence artificielle, la société peut donc avoir des "convictions non scientifiques" associées à ce manque de connaissances, ce qui peut poser problème.

L’autre problème est l’imprévisibilité. Une grande partie de la science traite de grands systèmes non linéaires, car vous n’avez pas une idée complète de l’état du système, vous ne pouvez donc pas faire de prédiction, ou vous faites une fausse prédiction basée sur les preuves disponibles. Par conséquent, lorsque davantage de preuves sont découvertes et que le consensus scientifique change, les non-spécialistes ont du mal à accepter ce changement et continuent de retenir les idées plus anciennes.

Ici, les scientifiques ont un rôle important à jouer, et ont la responsabilité de communiquer des résultats plus précis, y compris le manque de certitude… aux personnes qui souhaitent inclure des connaissances scientifiques et des résultats dans leur conviction générale du fonctionnement du monde.

Rapprocher les esprits

Mais la communication de la science s'accompagne de ses propres difficultés. La science comprend une multitude de disciplines, chacune avec ses propres complexités et son jargon. Cela constitue un obstacle important à la compréhension de la science par le grand public, ce qui peut entraver le dialogue entre les scientifiques et le reste de la société.

La société a des opinions et des commentaires sur toute une gamme de questions, que ce soit la musique, le sport ou la politique, mais en ce qui concerne la science, la conversation se déroule moins facilement. Alors il est nécessaire d'améliorer les connaissances scientifiques générales du public et de réorganiser la manière dont les sciences sont enseignées dans les écoles.

Les frontières entre la chimie, la biologie et la physique ne sont plus aussi claires qu'il y a 200 ans. Je pense que nous devons enseigner la science sans frontières en fonction des processus et en fonction des problèmes. Exemple si on considère la lessive, où les contaminants biologiques comme la saleté et les bactéries sont éliminés par les produits chimiques contenus dans les détergents, puis séchés par la physique du vent et de la chaleur. Ainsi, dans un processus unique, plusieurs concepts scientifiques peuvent être introduits et explorés.

Au-delà de l'éducation, les médias ont également un rôle à jouer pour encourager la culture scientifique. Pour ce faire, les médias traditionnels devraient être exploités pour leur valeur de divertissement. On peut ajouter que si les jeux-questionnaires, les jeux télévisés et les documentaires pouvaient faire davantage pour aborder les sujets scientifiques de manière accessible, cela contribuerait grandement à rendre la science plus acceptable pour le public.

Même si de bons médias peuvent être utiles, nous suggérons de plates-formes différentes - conférences par exemple - que nous pouvons utiliser en tant que scientifiques pour communiquer la recherche directement au public.

Mais plus que la transmission de faits et de résultats, il faut transmettre à la société, que la science est une approche de la connaissance… c'est une manière passionnée de comprendre le monde.

Obtenir les bonnes priorités

Alors que l'éducation et la communication scientifique sont importantes, assurer la continuité de l'entreprise de recherche du savoir est tout aussi essentiel. Une grande partie de la recherche et développement d'un pays est financée par son gouvernement, par conséquent, les priorités de financement et les agendas de recherche peuvent parfois changer avec les partis politiques.

Le danger de mélanger la politique et la science est que, dans de nombreuses situations, les politiciens sont nécessairement axés sur des problèmes à court terme. Mais pour que les sciences se développent véritablement, y compris les applications et les techniques que nous voulons utiliser, nous devons nous concentrer sur les effets à long terme. En raison de ces différences de priorités, la science axée sur la curiosité, également connue sous le nom de recherche fondamentale, est parfois sacrifiée au profit de la recherche pouvant être traduite avec des objectifs d'application clairement définis. La science axée sur les résultats encourage les jeunes scientifiques à compter les publications et les brevets plutôt que de rechercher une véritable compréhension des phénomènes naturels et peut également compromettre l'intégrité de la recherche.

La «tension naturelle» qui existe entre les objectifs scientifiques à long terme et les baromètres à court terme des performances de la recherche ou du retour sur investissement. Il est important de gérer cette tension et, ce faisant, nous devons continuer à faire de la recherche fondamentale et pas seulement de la recherche translationnelle.

Peut-être que la science axée sur la curiosité ne sera utile que pour deux ou trois générations plus tard, mais entre-temps, la création de connaissances accompagnée d'une compréhension approfondie est beaucoup plus importante que la valeur de profit.

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.