Opinions - 10.07.2018

Atef Hannachi: Prendre les conseils de Hartz

Atef Hannachi: Prendre les conseils de Hartz

La situation actuelle de la Tunisie ressemble à celle de l’Allemagne fin 2005 avec le gouvernement de Schroeder qui a lancé une liste de mesures pour faire face aux changements intervenus suite à l’unification de l’Europe et à la globalisation mondiale.

Nous pouvons récapituler la situation de l’Allemagne en 2005 comme suit:

2001-2005

Croissance moyenne

0,60%

Chômage

11,17%

Déficits publics

4% du PIB

L’Allemagne avec le gouvernement de Merckel a pu établir une réforme dénommé réforme de Hartz pour relancer l’économie. Les indicateurs économiques ont  évolués comme suit au cours du premier mandat de Merckel.

 

2006

2007

2008

Croissance moyenne

7%

7%

4%

Chômage

10,25%

8,66%

7,53%

Déficits publics

-1,72%

0,19%

-0,20%

Comme mesure économiques la réforme de Hartz s’articule sur les points suivants:

  • Réduction des impôts directs sur les personnes physiques;
  • Bénéficier des couts faible des inputs à condition qu’ils soient produits sur le marché local;
  • Décentraliser les négociations salariales;

Si nous faisons une transposition sur le cas tunisien, nous estimons qu’il a lieu d’attirer l'attention sur les points suivants:

  • La majorité du  déficit de la balance commerciale est constitué avec la chine (la part de la chine dans le déficit de la balance commerciale est 28% au …….).   Cette dernière offre sur le marché tunisien des produits qui font concurrence aux produits locaux à faible prix ;
  • La chine n’est pas un partenaire stratégique en effet la part de la chine dans les IDE de la Tunisie est de 1.26% en 2016 par rapport à la France en crise et à l’Allemagne protectrice;
  • Les entités publics souffre de plusieurs restriction en matière de gestion des risques financiers et ce notamment en matière d’instruments de couverture ;
  • Les conventions collectives traitent les accords salariaux d’un secteur d’une façon sommaire au détriment des entités en difficulté  et réduisant la mobilité du travail ;

Si nous transposons la réforme de Hartz sur le cas Tunisien, nous estimons qu’il y a lieu de:

  • Lancer une réforme sur la fiscalité des  personnes physiques ;
  • Instaurer une taxe sur le dumping pratiqué par la chine et essayer d’accroitre sa part dans les IDE afin de réduire le manque à gagner au niveau des ressources de l’Etat et le déficit de la balance commercial;
  • Mettre en place une panoplie de nouveaux outils à l’entité publique pour la gestion de ses risques financiers;

La réforme est possible vu qu’elle ne s’oppose pas aux accords internationaux conclus par la Tunisie.

Atef Hannachi
Expert comptable mémoraliste
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.