News - 06.12.2017

La liste noire de l'UE : La responsabilité du gouvernement est incontestable

tuni

L’opposition doit se frotter les mains. Elle était en manque de thèmes mobilisateurs, depuis que Youssef Chahed  lui avait coupé l’herbe sous le pied, notamment avec sa guerre contre la corruption. Et voilà qu’il lui offre sur un plateau d’argent, un nouveau cheval de bataille : la décision du conseil des ministres de la finances de l'Union Européenne d’inclure la Tunisie dans sa liste noire des paradis fiscaux, aux côtés de micro Etats comme les Iles Marshall, Palaos,  Samoa et Guam. Elle aura beau jeu de dénoncer l'incurie du gouvernement car il s'agit de toute évidence d'un évènement gravissime dont les retombées pourraient dépasser celles des attentats contre le musée du Bardo et l'hôtel Impérial de Sousse, sur le plan économique certes, mais surtout en terme d'image de marque qu'on s'échine à redresser.

Il y a dix mois, l'UE avait envoyé à 92 pays y compris la Tunisie, un long questionnaire en rapport avec cette question. L'erreur impardonnable de notre gouvernement, sans doute pris dans le tourbillon des tiraillements politiques et des revendications sociales, a été de n'avoir pas accordé à cette démarche, l'importance qu'elle méritait. Pourtant, il disposait d'un délai assez confortable pour y répondre. Il a dû se contenter d'un texte bâclé expédié à la veille du conseil des ministres des Finances européens. On connaît la suite.

A un mois de la célébration de l'anniversaire de la révolution, la Tunisie ressemble de plus en plus au rocher de Sysiphe. A peine avons-nous résolu un crise, qu'une autre se déclare.

Lire aussi

Révélations - La Tunisie, un paradis fiscal ? Cherchez la faute, bien chez-nous!
La Tunisie black-listée par l’Union européenne : Quelle sortie de crise ?


 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
ridha - 07-12-2017 08:39

même une rectification plus tard ne corrigera plus le mal qui a été fait. comme notre football à Moscou, si le ministère du tourisme ne développe pas , dès maintenant, une stratégie pour que nos joueurs soient fair-play et nos spectateurs civilisés in et out des stades, à Moscou et en Tunisie pendant les 3 rencontres amicaux de l'équipe nationale, nous raterons aussi une occasion gratuite pour être sur la liste des destinations touristiques propres

El - 08-12-2017 10:09

Paradis fiscal n'est pas un si mauvais impact sur l'image d'un pays, certains le verraient même comme positif. Il aurait fallut plutôt faire une analyse de ce qu'être classé comme paradis fiscal pourrait apporter aussi bien négativement qu'autre. Par example, le points le plus problématique de ce classement pour la Tunisie est l'accès au financement européen.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.