Opinions - 13.11.2017

Mohamed Meddeb: Abolitionnistes de la peine de mort: quel sort réserveriez-vous au terroriste assassin du Col Barrouta?

Mohamed Meddeb: Abolitionnistes de la peine de mort: quel sort Réserveriez-vous au terroriste assassin du Col Barrouta?

Mercredi 2 novembre 2017, le dénommé Zied Gharbi a poignardé le Commandant Riadh Barrouta au cou lui causant de graves blessures et malgré l’opération chirurgicale qu’il subit, le lendemain le Commandant succomba à ses blessures laissant trois orphelins et une veuve. Ce drame m’a rappelé les appelsrépétés de quelques tunisiens à abolir purement et simplement la peine de mort et ainsi, rejoindre le groupe des pays "civilisés". Malgré les justifications avancées, l’abolition pure et simple de la peine capitale, serait à mon avis, une décision des plusinjustes et contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, elle n’a rien d’humain, car si elle est trop humaine pour l’agresseur à qui on sauve la vie, elle néglige totalement la ou les victimes et ainsi, elle est totalement inéquitable et injuste. Il suffit d’imaginer le sort de cet assassin, de surcroît terroriste, et celui de la famille de la victime pour prendre la mesure de l’injustice et de l’iniquité que l’abolition de la peine de mort aurait causé dans ce cas et de nombreux cas similaires.

Selon les abolitionnistes, la vie de l’assassin, comme toute vie humaine, est sacrée et ainsi personne ne peut la lui ôter, principe que personne ne conteste d’ailleurs. Seulement les abolitionnistes négligent, dans le cas d’assassinat avéré, la vie de la victime ôtée justement par l’assassin,oubliant que la vie de ce dernier,estelle aussi, autant sacrée que celle de l’assassin. Il reste incompréhensible, malgré toutes les justifications avancées, d’ordre philosophiques, sociologiques, psychologiques ou autres, cet acharnement à vouloir préserver la vie de celui qui a ôté,et de la façon la plus barbare, cette même vie à son semblable, un Colonel de Police en service commandé en mission de protection de l’ordre public.

Quant à la négation de l’effet dissuasif de la peine capitale ou sa relativité, certes à elle seule, cette peine ne peut pas avoir un effet dissuasif certainet total, c. a. d. sur tous ceux qui se prêtent à commettre des homicides, mais sur un certain nombre parmi ceux-là, certainement. D’ailleurs la relativité de l’effet dissuasif de la peine capitale n’est pas le propre de cette sanction, l’incarcération non plus n’est pas tant dissuasive, devrons nous alors, tout simplement l’abolir ? En outre, par les différentes sanctions, la justice en général, ne vise pas seulement à dissuader, mais il me semble qu’on cherche en premier lieu à rendre justice à qui de droit, la victime, ses proches et l’ensemble de la société quand elle est concernée.Alors ne devrait-on pas, selon la même logique des abolitionnistes, abolir toutes les peines privant les criminels de leur liberté qui est, la liberté,elle aussi un droit universel et inaliénable ?

Quant aux cas d’erreurs judiciaires avérées après l’exécution de l’assassin présumé, il est vrai que celle-ci, l’exécution, ne devrait avoir lieu qu’en cas de certitude tel le cas de l’assassinat du Colonel de Police Barrouta où il n’y a pas le moindre doute ni sur l’identité de l’assassin, ni sur sa préméditation ni sur la nature du crime, au contraire, ce takfiriste fait de ces horribles crimes sa religion même.

MM les abolitionnistes, pourquoi devrez-vous tant vous déployer à défendre et préserver la vie du terroriste assassin sans prêter la moindre attention à celle du Colonel ? Est-ce cela rendre justice ? Est-ce l’équité ? Dans ce cas, vous permettez à l’assassin de continuer à mener sa vie, même si c’est en prison pour une certaine période, et nous savons tous qu’un jour ou l’autre, il sera gracié et relâché en liberté ! Donc tôt ou tard, on aura d’un côté l’assassin en vie et libre, d’ailleurs rien ne pourrait l’empêcher de reconduire de nouveaux assassinats, de l’autre côté, non seulement un policier disparuà jamais, mais aussi trois jeunes enfants orphelins et un quatrième qui verra le jour dans quelques mois et une veuve.En d’autres termes, vous aurez,d’un côté,maintenu l’assassin en vie et lui donné ainsi même l’espoir et le luxe de fonder une famille et d’en jouir, de l’autre accepté la destruction de celle de la victime, le Colonel, bref vous aurez accepté, au nom de je ne sais quelles valeurs de justice et de progrès civilisationnel (!),l’orphelinat de quatre enfants et le veuvage de sa conjointe ! Quelle justice et quel humanisme défendez-vous ? Quel sort réserveriez-vous donc, MM. les abolitionnistes, à l’assassin terroriste du Colonel de Police, assassin takfiriste, reconnaissant de ses propres aveux l’acte de le tuer, sa préméditation de tuer non seulement ce Colonel, mais autant qu’il aurait pu de policiers ?  MM. les abolitionnistes, avez-vous encore le moindre doute sur l’entière responsabilité de ce terroriste quant à cet assassinat et sur sa préméditation de poursuivre son horrible œuvretant qu’il serait en vie ? Ne me dites pas autre sentence que la peine capitale et son exécution effective et médiatisée dans les plus brefs délais !

MM les abolitionnistes, le système judiciaire tunisien, comme toute les institutions du pays, souffre de nombreuses lacunes, peine à gagner la confiance du citoyen et accomplir la mission qui lui incombe, d’où le besoin de profondes et prioritaires réformes, concentrez vos efforts donc sur celles-làpour le bien du citoyen et l’intérêt collectif. Ne faites pas de l’abolition de la peine capitale un autre sujet de diversion des vrais problèmes de la Justice, on n’en a déjà trop. Laissez la justice dans les affaires d’assassinat prendre son cours normal pour rendre justice aux victimes avecl’espoir que Monsieur le Président de la République veilleà l’exécution effective et sans délai des sentences de la Justice, y compris celles de la peine de mort. Non seulement les familles des victimes, mais la société entière a besoin de se sentir en sécurité grâce à un système judiciaire efficace, qui rend réellement justice à toute victime, cela aussi est de la vraie sécurité tant individuelle que sociale.

En fin, Il est vrai que nous devons prendre les bonnes idées là où qu’elles se trouvent, mais l’abolition de la peine capitale n’en est pas une à prendre, elle n’est ni juste ni humaine, elle n’est que trop partiale.

- Que Dieu garde la Tunisie -  

Mohamed Meddeb

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
4 Commentaires
Les Commentaires
Houcine - 13-11-2017 19:55

Ce n'est pas parce que la vie humaine serait sacrée, ni par humanité ou à raison de quelque motif philosophique ou religieux ; c'est tout bonnement parce qu'une démocratie doit ou devrait - puisque la peine de mort a cours en Tunisie- recourir à des réponses dignes de ses objectifs. Élever le citoyen à hauteur d'Homme, réprimer en lui l'acte et non supprimer l'être. Car, tout délinquant, quelques seraient ses méfaits, n'est jamais réductible à ses actes. Les considérations sur les effets, dissuasifs ou non, de la peine de mort sont dérisoires, puisque le recours à ce châtiment relève de la même barbarie que celle du criminel dont la société ( l'Etat et ses appareils) peut se targuer facilement d'en détenir le privilège " légitime" , ce qui en montre le dérisoire.

Mohamed Obey - 14-11-2017 00:54

@ Mohamed Meddeb: salutations et grand respect! L'appel à l'abolition de la peine de mort est tout simplement une idée qui marche sur sa tête. Par cette abolition, on acquitte l'assassin et on incrimine l'assassiné. Cela n'est point de la justice ni ne relève d'une étique juste et impartiale...Les boutiques des droits de l'homme ont déjà fait faillite, mais continuent à vouloir emmener le bled vers la banqueroute. les leçons du sociologue tunisien Ibn Khaldoun ne paraissent pas avoir été bien digérées par nos intellectuels, penseurs et politiciens...

saz - 14-11-2017 10:48

Je pense que la peine de mort est plus une reviviscence de la loi du talion qu'un désir réel de rendre justice. Toute la question est en quoi réside ou quelle est la signification d'une peine prononcée à la suite d'un jugement.

mohamed meddeb - 14-11-2017 16:25

@houcine: je respecte grandement vos idéaux humanistes, mais ils restent des idéaux auxquels nous aspirons tous. Mais vous convenez bien que le monde où nous vivons est encore loin, très loin, d’être idéal. En attendant l’avènement de ce monde idéal, ne devons-nous pas être réalistes et rendre justice aux victimes et contribuer à faire régner un minimum de sentiment de sécurité? Soyons réalistes, croyez- vous vraiment pouvoir raisonner et humaniser ces terroristes takfiristes et compagnie ? Moi, franchement non! A mon avis, "rendre justice" aux victimes ne peut être sacrifié pour un quelconque idéal, excusez moi, à la limite de l'utopie! et bon courage!.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.