News - 16.10.2017

Quatre ministres des Affaires étrangères pour repenser les relations de la Tunisie avec l’Europe après l'an 2020

 Quatre ministres des Affaires étrangères pour repenser les relations de la Tunisie avec l’Europe après l'an 2020

L’initiative est exceptionnelle. Le chef de la diplomatie tunisienne, Khemaies Jhinaoui a invité, vendredi, trois de ses prédécesseurs, ainsi que deux anciens ministres, l’un du Commerce et l’autre de l’Economie, et des experts pour réfléchir ensemble quant à un « nouveau partenariat plus profond » avec l’Europe. C’est ainsi que Habib Ben Yahya, Abdelbaki Hermassi, Ahmed Ounaies, Ridha Ben Mosbah et Hakim Ben Hammouda ont pris part autour du ministre Jhinaoui, accompagné du secrétaire d’Etat à la Diplomatie économique, Hatem Ferjani, à une séance d’échanges, élargie à d’anciens ambassadeurs (Mohamed Lessir...), de hauts fonctionnaires et des experts (Radhi Meddeb...). Ghazi Ben Ahmed était parmi les représentants de la société civile, conviés à cette rencontre.

A pays exceptionnel, statut exceptionnel: l'Europe y gagne!

La visite officielle du président Béji Caïd Essebsi au siège de l’Union européenne à Bruxelles, le 1er décembre 2016, ses entretiens avec ses hauts dirigeants et son discours devant le parlement européen avaient ouvert la voie à une relance plus générale plus appropriées des relations entre la Tunisie et l’UE.Tout en poursuivant l’avancée à travers les différentes filières actuelles de coopération avec l’Union européenne, qu’il s’agisse du plan d’action 2018 -2020, des négociations de l’ALECA, des programmes pour les pays du voisinage et autres, la Tunisie ne peut-elle pas appeler légitimement à rehausser le niveau et la qualité de ses relations avec l’Europe à travers un statut particulier plus avantageux ? Le soutien apporté par l’Union européenne et ses différentes institutions, aussi significatif qu’il soit, n’est-il pas en déca des attentes tunisiennes et insuffisantes au regard de l’ampleur des risques et menaces auxquels fait face la Tunisie ? Le contexte exceptionnel que vit le pays n’exige-t-il pas au partenariat plus profond de la part de l’Europe ? Quelles nouvelles relations pour la période au-delà de l’an 2020 ?

Autant de questions qui ont été débattues au cours de cette rencontre, sur fond des discussions déjà amorcées le 11 mai dernier lors de la visite du ministre Jhinaoui à Bruxelles, à la faveur de la réunion du conseil de partenariat Tunisie - UE. L’idée, lancée par la partie tunisienne à cette occasion, avait rencontré un bon écho. Une première réunion informelle a été tenue à ce sujet le 14 juillet 2017 à Bruxelles et l’Union européenne a marqué à cette occasion son accord de principe pour approfondir le dialogue avec la Tunisie à ce sujet pour la période au-delà de 2020. Plusieurs modèles d'intégration y compris l’expérience de l’espace économique européen ont étés mentionnées comme pouvant servir de référence en tant que cadre approprié au renforcement du dialogue politique et d’une plus grande intégration économique entre ses membres.
Une deuxième rencontre, prévue à Tunis, courant octobre, poursuivra ces entretiens. D’où l’importance de la réunion tenue vendredi par le ministre Jhinaoui.

Un traitement différent

La Tunisie estime qu’elle mérite un traitement différent par rapport à toutes celles adoptées par l’Union européenne avec les autres pays concernés pat la politique européenne du voisinage. Ses relations avec l’UE doivent sortir du cadre classique surtout que la Tunisie demeure l’unique pays, parmi les pays de voisinage du Sud à partager avec l’UE les mêmes valeurs universelles de démocratie, de droits de l’Homme et de l’Etat de droit qui constituent le pilier fondateur de l’exemple européen.
Autant d’arguments majeurs qui plaident en faveur d’un statut privilégié dont les contours et le contenu restent à concevoir. Il y va de l'intérêt de la Tunisie, mais aussi de l'Europe.
 
T.H.
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
4 Commentaires
Les Commentaires
ridha - 16-10-2017 10:02

je ne comprends pas pourquoi bouchlaka est absent, n'était il pas un ministre des affaires étrangères? nous n'étonnons pas pourquoi le pauvre peuple fait de l'exclusion un principe

Abbes - 16-10-2017 13:54

C'est une bonne initiative mais comme toujours de dernière minute on se réunis entre tunisiens en octobre pour préparer une réunion qui aura lieu d'ici la fin du mois, ne fallait - il pas être s prévoyant et organiser cela plus tôt. ...

fethi ben mabrouk - 16-10-2017 14:53

approche à méditer dans toutes nos institutions stratégiques. Finissons avec la médiocrité! Un peu de bon sens fera beaucoup de bien pour le pays

Touhami Bennour - 16-10-2017 21:44

L´union Europenne a été constituée dans l´esprit de l´agglomeration, son rêve a toujours été de devenir grand et le plus grand possible. Certains ont eu la chance de le devenir comme les USA, la Russie, la chine et l´inde, l´UE fait la même chose. C´est ca le pilier fondateur de l´union europenne et non ce qui est changeant avec l´histoire comme la democratie. On sait une grande puissance effraye autant qu´elle rassure, et les discussions continuent d´où les conflits en Europe et rien n´est encore sûr. Alors où se trouve l´interêt de la Tunisie?

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.