News - 13.09.2017

Yassine Brahim : L’Etat tunisien doit-il garder encore Tunisair, Agil et autres compagnies non-stratégiques ?

Yassine Brahim
« Franchir les lignes rouges imposées et rompre avec les dogmes accablants » : Yassine Brahim appelle le gouvernement Youssef Chahed à faire preuve de « plus d’audace et d’imagination dans la recherche et le déploiement de solutions plus appropriées à la situation d’urgence en Tunisie ». « L’Etat continue à réfléchir et fonctionner avec une mentalité désuète des années 60 et 70, alors que le monde a changé et tout change en Tunisie, affirme-t-il mercredi matin sur Express Fm, au micro de Wassim Benlarbi. L’UGTT, de son côté, ajoute-t-il, doit poursuivre ses mutations et son ouverture comme elle en fait preuve actuellement. Son nouveau bureau exécutif et secrétaire général en ont donné de nouveaux signaux positifs. Il faudrait persévérer dans cette voie. Nous en auront un grand test au sujet des privatisations, du PPP, les caisses sociales et autres dossiers importants ».

Cession d’actifs : y compris dans des banques publiques

Le chef d’Afek Tounes estime que face aux fortes pressions qui s’exerce sur les finances publiques, l’Etat tunisien n’a d’autre solution que de céder, dans de bonnes conditions, ses actifs dans nombres d’entreprises publiques qui ne représentent pas un intérêt stratégique et accélérer la vente des biens et entreprises confisqués. « Quelle valeur ajoutée peut apporter et en récolter l’Etat, en gardant sa participation au capital de Tunisair, de la SNDP (Agil) et d’autres compagnies similaires, s’interroge-t-il. La participation au capital de la Banque Zitouna est mise en cession. Pourquoi ne pas aller davantage dans le même sens pour ce qui est des autres banques publiques, au moins une. 

PPP : Commencer par les projets publics

Pour ce qui est des concessions et projets de PPP, annoncés par Youssef Chahed lundi devant l’ARP, Yassine Brahim considère qu’avant de songer aux terres domaniales, l’Etat gagne à commencer par de grands projets prioritaires, tels que la centrale électrique projetée et autres. L’exemple en avait été initié dans les années 90 et 2000, notamment à travers la centrale de Radès, rappelle-t-il. 

Identifiant unique et ciblage de la compensation : qui freine ?

Le chef d’Afek revient sur le fardeau obérant le budget de l’Etat au titre de la compensation des produits de base. Il l’attribue essentiellement au « manque d’une volonté réelle à instaurer le ciblage nominatif des bénéficiaires et l’attribution aux Tunisiens d’un identifiant unique qui servira de base de données utile ». « Le projet d’identifiant unique traine, dit-il depuis cinq ans, et semble n’être finalisé que fin 2018. De gros intérêts, affirme-t-il, sont derrière ce retard. » Yassine Brahim cite à titre d’exemple des statistiques montrant que la plus forte consommation des pâtes alimentaires compensées est enregistrée à Ben Guerdane, ce qui montre l’ampleur du coulage vers la Libye.

Hypothèses et objectifs du gouvernement: réalistes et réalisables ?

Deux aspects particuliers suscitent l’inquiétude de Yassine Brahim. D’abord, les hypothèses retenues par le gouvernement dans son plan de relance et les objectifs fixés, ce qui l’incite à se demander s’ils sont réalistes e réalisables. Mais, aussi la lenteur qui freine nombre de décisions urgentes, nécessaires à prendre et mettre en œuvre le plus rapidement possible. « J’ai l’impression comme si une toile d’araignée se tisse sans cesse, autour de nous tous », lâche-t-il amèrement.
 
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
4 Commentaires
Les Commentaires
Abderrazak BEN HAMOUDA - 13-09-2017 13:02

Yassine Brahim, lorsque tu as été le ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale, tu as laissé beaucoup des plumes aujourd'hui, tu as laissé beaucoup des plumes, ajour d'hui tu es un spectateur et tu déviens le médecin de toutes les maladies, je vous prie que tu te référeras à ton CV je suis sûr que tu vas jeter ton bâton magique avec toutes ses analyses non fondées et solutions magiques aussi, enfin les véritables compétences se montrent sur le terrain et non sur les plateaux, bonne chasse poure ce qui tu traces !

Rami - 13-09-2017 15:12

La vente de l'actif n'est pas efficace et ne seras jamais une solution pour l'Etat tunisien Il faut d'abord aimer la Tunisie et la protéger ensuite il faut la refonte du systeme fiscal et organisationnel du payer et penser à la nouvelle gestion budgetaire de l'Etat tout en créant un climat afficace pour encourager l'investissement étranger direct.

Rachid Bouhamed - 13-09-2017 16:51

Yassine Brahim a parlé sans réfléchir assez profondément à ce qu'ill allait dire : s'il y a bien une entreprise publique fondamentalement "stratégique", c'est bien Tunisair ! Assez de ces pseudo-dirigeants politiques qui baissent trop rapidement pavillon devant les manoeuvres des spéculateurs, nationaux ou internationaux ! Les retards qui handicapent l'activité de Tunisair d'une manière aussi caricaturale ne vont pas tarder à tirer l'action de Tunisair jusqu'au fond des abysses, mais ce n'est pas une raison valable pour aller tout bonnement offrir Tunisair à ces sangsues sans foi ni loi !

ridha - 13-09-2017 18:03

Pour sauver l’entreprise de cette perspective il faut défendre ses propres salariés qui doivent devenir des propres membres, c’est un changement structurel destiné à sauver la dimension industrielle productive et l’esprit même de l’entreprise. C’est la seule alternative car il n’y a que de cet espace pour une politique audacieuse et efficace, car réguler l’économie n’est pas une affaire de doctrine mais d’abord une question de courage .Les capacités prédictives de nos analystes économiques, financiers et des sondages d’opinions sont manifestement limitées, la raison en est sans doute le conflit d’intérêt qui préside aux financements de ces institutions

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.