News - 28.08.2017

Les prétendues 125 mille signatures électroniques pour destituer le chef de l'Etat : Entre Like et désinformation

Entre Like et désinformation

« Plus de 125 mille signatures électroniques pour destituer le Président de la République de ses fonctions ».

Que certains sites se soient rués la tête baissée sur l’information pour la relayer,au nom du buzz, sans précaution de guillemets, sur le mode indicatif comme s’il s’agissait d’une vérité révélée est à l’extrême rigueur compréhensible connaissant leur conception très personnelle de l’éthique journalistique, mais qu’une agence nationale se joigne à la meute en reprenant l’information, c’est tout simplement irresponsable quand on sait qu’elle peut être reprise par des médias étrangers.

De quoi s’agit-il ?  Le 14 aout dernier, le président d’un parti, qui ne rate aucune occasion pour faire parler de lui,  lance sur Facebook  une de ces initiatives fantaisistes dont il a le secret : une pétition appelant l’assemblée à retirer sa confiance au président de la république, Béji Caïd Essebsi, suite au discours qu’il a prononcé à l’occasion de la journée de la femme. Pour faciliter la tâche des facebookers, il leur a demandé tout simplement  d’inscrire la mention « like ».

Son objectif était d’atteindre un million de like. Il prétend aujourd'hui en avoir recueilli 125000. Outre le fait que ce chiffre est invérifiable, combien de ceux qui avaient inscrit la mention demandée savaient de quoi il retournait ? Que nous sachions, la Tunisie n'est pas une république bananière dont le destin se décide sur Facebook. Il existe des institutions qui sont faites pour cela. Cela fait sept ans que les Tunisiens s'emploient à les mettre en place en vue d'organiser la vie politique à l'instar des pays développées  pour couper la route à ceux qui comme le président d'El Mahabba  s'évertue régulièrement à les saper en jouant tantôt sur le tribalisme, tantôt sur les sentiments religieux. 

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
rzouga - 29-08-2017 08:45

Moi qui n'est pas facebookeur, j'aimerai bien savoir qui est ce prétendu président de Parti bananière? Sans Bajbouj le pays serait déjà une vrai république bananière et sans doute proie à une guerre civile à l'image de tous les pays du "printemps arabe". Le pays doit rester uni au moins jusqu'à 2024, le danger du chaos islamiste sera éloigné et puis les choses seront calmées, les grands Partis auront le temps d'émerger et peut être, qui sait, un Leader avec, pour faire bouger enfin le pays dans la bonne direction. Avec Bajbouj, et malgré tout, on est au moins en droit d'être optimiste, même pour ses détracteurs qui soufrent d'un déficit manifeste de patriotisme.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.