Opinions - 06.07.2017

Plaidoyer pour un effet sociétal tunisien.....

Plaidoyer pour un effet sociétal tunisien.....

Ce pays de la rive sud de la méditerranée qui est le nôtre a ses marqueurs forts, dont certains sont hérités ou partagés avec ceux propres à d’autres cultures et civilisations. Mais ce qui identifie cet espace qui nous unit… est peut être à rechercher dans un ailleurs que les forces de régression de différents bords essaient de caricaturer et de réduire tantôt à un identitaire religieux à relents passéistes et tantôt à des droits attrayants parce que vitrines d’une modernité historique inéluctable. Cet ailleurs je le verrai dans un encodage spécifique, dans une grammaire (Braudel), dans une symbolique, dans des «des airs, des eaux et des lieux» (Hippocrate) qui sans être invariants marquent nos attitudes et nos comportements et les imprègnent ….sans pour autant les figer. Ceux qui ont eu la chance de croiser cet encodage au gré de contacts avec des visiteurs, lors de voyages ou suite à des expériences d’immersion dans d’autres cultures et civilisations, ceux qui ont pu le «benchmarker» peuvent légitimement s’inquiéter du retard qu’accuserait notre lente, laborieuse et combien espérée sortie au soleil….

Je crois que caractériser, éclairer et bâtir notre modèle de socialité et de gouvernance sur cet encodage mènerait notre pays vers une destinée assumée et donnerait une note sociétale personnalisée de qui nous sommes et de ce que nous aimerions que soit notre place dans le patrimoine collectif mondial … Comment aujourd’hui face à cette constellation infinie de valeurs et d’attitudes se dire bien de cette sève d’humain? Quoi garder de ce qui nous différencie et quoi agréger de ce capital savoir et expériences accumulé par notre statut de citoyen du monde? Craindre ici qu’on perpétue des schémas de vassalité à des noms, à des familles, à des origines ou même à des pouvoirs occultes est bien légitime…

Quelle offense d’ailleurs à notre haute idée de l’humain et à la place que nous souhaiterions lui donner dans notre projet partagé de libération!….

Reste évidemment l’ascenseur social …faut-il en désespérer …? ou même diraient certains le laisser à sa panne, en relativiser les bienfaits et miser sur d’autres voies de libération? … L’ascenseur social , indispensable, juste, et applaudi pour légitimer la mise en place et le bienfondé d’un système national d’éducation et de formation a fait émerger la possibilité pour l’anonyme tunisien , le laissé pour compte , le «tiers citoyen» ….de se frayer un statut de ressource, d’avoir la latitude de signifier sa voix, de s’ouvrir sur cette chance de participer à la construction des connaissances et de bâtir du savoir…

Mais n’est-ce pas l’ascenseur social qui a aussi massifié les comportements, nivelé les humains et tué de façon paradoxale les germes d’une éclosion réelle de notre créativité ? Les grandes dictatures, le nazisme, le Fascisme, les régimes autoritaires n’ont-ils pas aussi bâti sur le même ascenseur social cet humain unidimensionnel, à horizon nivelé de savoir, bien dans les standards de comportements et dans les moules du penser correct… ?

Paradoxalement, l’ascenseur social parce qu’il mène chacun à l’étage qui sied avec ses potentialités, ses capacités et ses aspirations n’a-t-il pas atrophié l’intelligence de l’anonyme, uniformisé les modes de pensée, tué la capacité de cet infiniment petit à créer et à réellement innover? Les civilisations ne se sont pas systématiquement et toutes bâties sur les valeurs égalitaires et même quand elles les ont favorisées, leur progrès n’a pas été imputable à ces valeurs.

Evidemment aujourd’hui, ce serait une offense à l’humain, de revenir sur les acquis liés à cette lecture des valeurs, de les minorer ou d’être contre. Mais de là à faire leur apologie sous prétexte qu’elles ont généré la lumière et boosté l’intelligence et l’innovation c’est à mon sens une vue de l’esprit, plus qu’une réalité historiquement avérée. Parallèlement à l’ascenseur social qu’il faut réparer, et systématiquement favoriser ….demandons nous aussi ….comment tirer avantage de la stratification sociale originelle et comment la rendre compatible avec la créativité? Les cultures et les civilisations ne sont pas le fruit d’une libération démocratique ou la conséquence de la prévalence d une vision égalitaire des situations…

la question aujourd’hui centrale pour nous autres citoyens de ce pays de la rive sud est en quoi notre logique de l’honneur, la croyance encore ancrée chez certains en une fiabilité des souches de terroir et en une profondeur et force des lignées , bref à toutes ces visions jugées étriquées et dangereuses de la stratification sociale traditionnelle peuvent rester des leviers de créativité et l’intelligence…. !! Quel travail engager, avec des œillères non déformantes -puisant en nous-mêmes mais aussi dans ce legs civilisationnel varié et riche- qui ferait aboutir à un affranchissement salutaire de l’humain et qui le sortirait des geôles de l’ignorance et du pense petit…. ?

Ahmed Ben Hamouda

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.