Opinions - 05.01.2017

Terrorisme : En finir avec l’autodestruction...

Terrorisme : En finir avec l’autodestruction...

Les tragiques nouvelles des attentats à dimension politiquante et pseudo-religieuse  secouant-par intermittence- le pays -et ailleurs-depuis la révolution 14 /01 constituent la plus grave menace à la stabilité et au parachèvement de la transition démocratique. C’est que contrairement au dicton: «une mouche ne tue pas mais suscite l’aversion», avec un(des) essaims de cet insecte, le résultat n’est plus le même… Émétique. Le terrorisme est du même acabit. Alors que l’on continue à ergoter sur les causes, les commanditaires et les profiteurs du crime terroriste et à la nécessité d’une "stratégie globale" pour en venir à bout, la conscience  est fortement ébranlée, à chaque  acte barbare et récurrent  qui fait fi de toute morale.

Les auteurs attentent à la vie, le plus précieux droit de l’homme. Mis à part l’ignoble  attentat du 18 mars au musée du Bardo (entre autres) qui porte l’empreinte de la nébuleuse d’Aqmi et visant en particulier la  sape du tourisme, un des segments de l’économie et vecteur de l’ouverture depuis des millénaires de notre pays sur le monde, les autres agressions ne sont  qu’implicitement revendiquées. Les expéditeurs de ces blackmails sont par déduction connus. Ils charrient la signature de ceux qui prônent «le retour du califat» quand bien même ils sont dans l’ignorance de l’histoire de cet Orient, officine de démiurges et de prophètes et dont les schismes –ethnico-confessionnels -continuent depuis plus de 1.400 ans de lacérer les pays arabo-musulmans et ailleurs. L’histoire nous apprend, également que la Tunisie n’en était pas à l’abri mais qu’elle avait pu vaincre toutes les velléités  pour la phagocyter. Elle en a payé  chèrement le prix de sa liberté .L’Etat -nation post indépendance a réussi certes  à homogénéiser l’identité sans parvenir à se muer  complètement en nation -Etat où des citoyens libres jouissent  pleinement  de leurs droits et s’acquittent volontairement de leurs devoirs. La véritable fracture  s’est opérée  au niveau d’un développement régional inégal et inique. Mais à ceci  il y a latitude à  remédier. Ce qui est difficile par contre c’est la déviation des esprits d’une frange de la jeunesse qui se jette dans les bras d’une géostratégie à dimension politique et spirituelle qui la dépasse faisant  de ses éléments traîtres et vendus du charbon à brûler et faire brûler des innocents. Sans l’appréhender, c’est aux tenants du capitalisme individualiste unipolaire et aux monarchies anti-démocratiques du pétro-dollar qu’ils roulent; que leurs manitous se drapent du manteau des frères dits musulmans ou des salafistes dans leur double version sunnito-chiite…

Dés lors, il paraissait impensable qu’un tunisien puisse un jour prendre des armes contre un autre humain  sachant que le civil ou le sécuritaire abattus  viennent d’une mère comme lui qui va le pleurer autant que la mère du terroriste se lamentera sur le sort  de son fils «égaré».

Aucune idéologie ni religion ne doivent et ne peuvent justifier ce jeu de massacre fut-ce au nom du «bonheur» ou du «paradis promis».! Et pourtant dirait-on ce sont bien des "compatriotes"  qui renflouent les rangs des jihadistes en Afghanistan, Irak, Syrie et ailleurs. A  mon sens, ce ne sont pas des Tunisiens (authentiques)mais des uniquement porteurs de la nationalité. Nuance. Mais est –ce un motif pour ne pas les réhabiliter?. Non. IL importe de leur donner une dernière (bien ultime) chance par une volonté politique ferme. En effet, et pour ne pas sombrer dans la spirale sanguinaire des années de braise qu’a connue l’Algérie; il serait judicieux de débattre sur l‘opportunité de la  promulgation d’ une loi exceptionnelle de «clémence» pour les repentis qui rendent les armes, quittent - drapeau blanc- le maquis, leurs caches  et fassent publiquement leur mea culpa. Cette loi ne doit pas s’appliquer aux criminels dont les mains sont entachées du sang des innocents ou celui des forces de sécurité dans l’exercice de leur fonction de sauvegarde de la paix sociale et  la défense de l’intégrité du territoire. Justice doit être rendue. Limitée dans le temps (deux à trois mois), cette loi du repentir doit prévoir un apprentissage citoyen aux bénéficiaires lesquels  doivent accomplir une période de travail civil au profit de la communauté nationale pour les dommages  occasionnés. Une telle  mesure devrait glorifier l’humanisme de notre patrie  et démontrer l’ancrage du socle des institutions de la 2ème République … Si des politiques évoquent «la réconciliation nationale» et des arrangements d’ordre fiscal et judiciaire pour les sangsues affairistes et autres mafieux, ce même processus doit inclure – sans les dédouaner -«ces terroristes égarés» dont la sociologie indique qu’ils viennent  corrélativement et en majorité -de milieux précaires. En somme victimes-par euphémisme -de l’injustice sociale et de "la petitesse d'esprit". Mais rien ne doit absolument  justifier leurs crimes abjects.

Habib Ofakhri
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.