News - 11.08.2016

Sadok Jerad, jeune leader en herbe : une réussite, une histoire

Sadok Jerad, jeune leader en herbe : une réussite, une histoire

ENS-Cachan,  X,  Centrale-Paris , Mines, mais aussi Esprit-Prépa :     Sadok Jerad, 20 ans est ce qu’on peut appeler un brillant sujet,  un pur produit de l'école tunisienne. Son itinéraire se résume dans ses mots : des réussites, une ambition, mais d'abord une volonté de se surpasser.

Interview: 

Sadok Jerad, vous avez 20 ans, vous venez d’être admis à l’X, à l’ENS de Cachan, à l’école des Mines-ParisTech, à Centrale Paris, et vous êtres classé troisième au concours national. Un véritable grand chelem! Racontez-nous votre parcours.

Je suis né en 1995. J’ai fait l’école primaire de la rue de Russie. Quelques années plus tard, j’ai raté de peu le concours d’accès au collège pilote. J’ai donc opté pour un collège proche du domicile familial. Plus tard, je n’ai pas baissé les bras et j’ai travaillé dur pour réussir le concours d’accès au lycée pilote de l’Ariana. Pour des raisons liées au confort et à la proximité, j’ai changé d’établissement pour intégrer le lycée Bourguiba.

Passionné de mathématiques, j’ai voulu réussir mon bac principalement pour intégrer l’IPEST (Institut préparatoire aux études scientifiques et techniques). Les prépas en France n’étaient pas pour moi un objectif cette année-là, puisque je me sentais trop jeune pour vivre loin de ma famille et de mon pays.

Malheureusement, après avoir réussi mon bac avec 18.25 de moyenne, je n’ai pas été admis à l’IPEST. J’en étais même loin, à 12 points (sur 200) du dernier admis.

Votre famille a toujours accordé beaucoup d’importance à l’éducation de ses enfants. Vos deux sœurs sont elles aussi passées par les classes prépa et les grandes écoles. En quoi ont-elles inspiré votre parcours?

Cette ambition est en effet née d’une histoire familiale. Ma sœur Fatma (née en 1992) a étudié au lycée Louis-Le-Grand pour ensuite intégrer l’Ecole Centrale de Paris, tandis que Khadija (née en 1993) a étudié à l’IPEST pour intégrer l’Ecole Supérieure d’Electricité, Supélec.

Avant que mes deux sœurs aient fait ce choix, j’avais une petite idée sur les prépas et les grandes écoles en France à travers deux oncles, l’un polytechnicien de la promotion 1989, l’autre diplômé de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées.

Vous n’avez pas eu la chance d’accéder à l’IPEST ou au lycée Louis-le-Grand comme vos deux sœurs. Est-ce le défi qui vous a finalement permis de vous surpasser?

Ayant d’emblée écarté l’idée de rejoindre un institut préparatoire aux études d’ingénieurs n’offrant comme perspective que le concours national, le choix d’Esprit Prépa était la seule alternative pour moi. Ce choix a été par ailleurs motivé par le sérieux de l’établissement et les résultats de ses élèves. La réussite d’Aymen Jemal, qui a intégré l’X en 2014, a joué un rôle déterminant dans ma décision, en me montrant que je pouvais moi aussi le faire par le même chemin, en dépit des déceptions liées à mon parcours.

Quel message adresseriez-vous aux jeunes bacheliers tentés de suivre votre chemin?

Un seul. Le devenir d’un bachelier ne se résume pas, comme le laisse transparaitre notre système d’orientation, dans un score ou une moyenne au bac.

Le devenir peut se construire par la conjugaison de 3 facteurs: une l'ambition affichée, du travail soutenu et régulier, et un environnement (de bons professeurs et une bonne infrastructure) propice à l’éclosion de talents. J’avais les deux premiers, et j’ai pu bénéficier du troisième à Esprit prépa.

Comment voyez-vous Sadok Jerad dans dix ans?

J'ai déjà pensé à mes études à l'X. Je dois faire d'abord le choix du sport que je pratiquerai parallèlement aux études. J'hésite entre la natation et le basket ball. Mais à la lumière des discussions que j'ai eues avec M. Naceur Ammar, je vais pencher plus pour le basket, un sport d'équipe qui permet, en plus de la pratique du sport, de nouer plus de relations d’amitié et de complicité avec mes camarades.
Après la première année consistant en un stage civil de 6 mois et un tronc commun basé sur les sciences mathématiques, les sciences physiques, les sciences économiques et les sciences humaines et sociales, j’opterai en 2ème et 3ème années pour des majeures de mathématiques et de mathématiques appliquées. En 4ème année, j’hésite encore entre une école d’application ou bien des études approfondies en mathématiques.
Bref dans dix ans, je serai ingénieur ou bien chercheur, ou peut-être les deux à la fois.

Tous nos vœux vous accompagnent pour réaliser vos rêves. 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
fethi ferchiou - 14-08-2016 12:58

Félicitations Sadok . Bravo pour Samira

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.