News - 21.09.2015

Les mésaventures d’un visiteur au musée du Bardo !

Les mésaventures d’un visiteur au musée du bardo!

Ayant vécu plus d’une trentaine d’année hors du sol Tunisien, j’ai finalement eu l’occasion cet été de visiter le Musée du Bardo. Je m’y suis rendu en compagnie d’une invitée et collègue américaine qui malgré le poids des menaces sécuritaires n’a pas été découragée à visiter notre pays.

Notreinvitée est une écrivaine de renommée internationale et une grande amatrice du Jazz. Elle a exprimé dès son arrivée son souhait de se rendre au musée du Bardo et voir de plus près son unique collection de mosaïques. Nous nous y sommes rendus fin Aout 2015.

Nous avons débuté notre visite par le rez-de-chaussée où on pouvait jouir d’une collection époustouflante de pièces archéologiques et de mosaïques murales. Notre guide était plutôt bien instruit côté histoire et nous expliquait dans un anglais clair et simple les multiples écritures antiques et quelques évènements marquants de notre histoire.

En nous rendant au deuxième étage, la chaleur devenait soudainement envahissante et intenable. Nous avons interrogé notre guide à propos de la climatisation, et c’est ainsi que nous avons découvert avec stupeur que « le musée ne disposait pas d’air conditionné». Notre guide a rapidement indiqué qu’il y avait un endroit au musée qui en disposait, mais qui était encore en construction. Il paraît que l'air conditionné était en marche afin que les ouvriers puissent travailler plus confortablement. Les visiteurs venant des quatre coins du globe pour admirer notre musée ne méritaient-ils pas autant ? Comment se fait-il qu'on ait pensé à ajouter une nouvelle verrière lors de la dernière restauration du musée qui date de deux ans et qu'on n'ait pas pensé à installer un système de climatisation centrale ? Sans parler du fait que normalement, tout musée doit disposer d'une climatisation d'ambiance maintenue à un certain degré et ce, pour préserver les pièces du musée.

Ma collègue commençait à sentir une insoutenable sensation d’inconfort, la chaleur lui montait au visage et son teint pâle virait au rouge ; elle n’en pouvait plus. Coupant court à notre visite guidée, nous revenons vers l’accueil.

Voulant m’adresser au directeur du Musée, les dames à l’accueil m’informent qu’il n’était pas en service ce jour-là vu que c’était Dimanche... « Qu’en est-il alors du directeur adjoint ? »«elle n’est pas en service également », me répond la dame. Je ne pouvais donc me plaindre auprès d’aucune autorité.

J’ai demandé tout de même à remplir  le formulaire des suggestions et réclamations du musée.Les jeunes femmes à l’accueil m’ont remis un livre à formulaires carbone de trois feuilles chacun ! J’étais interloqué en voyant les cases à remplir : nom, prénom, nationalité, âge, numéro de portable, nom de l’hôtel, numéro de la chambre d’hôtel... ?! A moins qu’ils ne souhaitent divulguer leur identité, les visiteurs n’ont-ils pas droit à un minimum d’anonymat ? De plus, le fait d’avoir trois copies du formulaire de réclamations n’est-ce pas une forme de gaspillage de l’argent public, affaire par ailleurs d’actualité dans le pays?

C’est avec amertume que mon invitée et moi dûmes quitter le musée mais non sans avoir exprimé notre mécontentement en plusieurs exemplaires.

En réalité plusieurs insuffisances ont ponctué notre visite. Tout d’abord l’aménagement des services à l’entrée. L’accueil regroupait plusieurs personnes mais aucune signalétique pour indiquer le rôle de chacun : le donneur d’information, la caissière, le traducteur, le guide, etc.Il fallait poser des questions au premier venu pour pouvoir s’orienter. Il est surprenant qu’un musée d’une telle renommée ne dispose pas d’une organisation et d’un accueil comparables à ceux des grands musées dans le monde.

Nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Notre invitée américaine a souhaité utiliser sa carte de crédit. Hélas, tant à la caisse que dans la librairie, il n’y avait pas de machine de paiement électronique.

Au moment de partir, nous avons souhaité nous arrêter a la boutique des souvenirs du musée mais grande fut notre déception de découvrir que cette boutique n’existait pas ou plus car le magasin qui travaillait pour le musée a fait faillite suite aux multiples évènements qu’a connus le pays. Nous avons trouvé tout de même quelques livres portant sur la collection de mosaïque et sur Carthage. Mon invitée a cherché des ouvrages sur la ville de Sfax, Capitale culturelle Arabe 2016, mais il n’y en avait pas. Pourquoi n’y a-t-on pas pensé ? Cerise sur le gâteau, la libraire en service ne montrait aucun enthousiasme à répondre à nos questions. Notre présence ne semblait nullement l’intéresser. Ne sommes-nous pas son gagne-pain après tout?

Ayant parcouru plusieurs musées en Europe, aux États-Unis et au Moyen-Orient, je me rappelle qu’à la fin de toute visite on est sollicité à faire un don au musée. Des associations philanthropiques pour aider les musées existent également. Au Bardo rien de tel. Certes, je salue l’initiative actuelle de la gratuité d’accès pour les Tunisiens résidents à l’étranger, mais nombreux d’entre nous souhaiteraient contribuer au bon fonctionnement et à la bonne présentation de ce musée. Aussi étrange que cela puisse paraître, l’administration actuelle ne semble pas y prêter d’attention et se détourne d’une source importante d’autofinancement.

Les insuffisances au musée du Bardo ne sont pas nouvelles ni les seules dans le pays. Plusieurs autres institutions publiques travaillent en dehors des normes internationales et avec un service déplorable. Il y a peu de temps au Bardo également, un octogénaire anglais a dû descendre du second étage au rez-de-chaussée à pied car, sans attendre une minute de plus après l’heure de fermeture, on a tout simplement coupé le courant alimentant les ascenseurs.

Qu’on puisse imputer les raisons à l’administration actuelle ou au manque de qualification ddes ouvriers, notre visite au Bardo nous a laissé avec un arrière-goût amer, et avec un sentiment de grande gêne vis-à-vis d’une invitée étrangère contente de rendre visite à notre pays pour la première fois.

Pourquoi ce laisser-aller ? Qui empêche le cadre administratif d’offrir une qualité de service digne des grands musées de par le monde ? Ironiquement, ce même Bardo est mitoyen de l'Assemblée  dont les membres ont largement brandi la carte de la culture et du patrimoine dans leurs campagnes.

A quand donc les réformes et les sanctions?

Dr. Maher Bahloul

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
9 Commentaires
Les Commentaires
Touhami Bennour - 21-09-2015 14:00

Il est indeniable qu le tunisien est encore dominé par la nature, et que celle ci produit des effets que l´homme y peut rien contre.Mais le comble est que lui devientincapable devant ses propres mefaits. Les ordures aux villes par exemples son une consequence des forces de la nature qui ecrasent le tunisien. Ce que vous avez vecus au Musée de Bardo et le produit du meme état d´esprit. La responsabilité revient en autre autre aux anciens regimes politique, de Bourguiba á Ben Ali. Pour certains Bourguiba possédait une mysterieuse force interne, On l´appelait (denfir que l´homme n´arrive pas á deviner). La nature a une úne force ecrasante.l´Europeen pense qu´il domine la nature et qu´il cree á songoût la vie. Pas nous.Nousesperons que les nouveaux responsables savent former les gens dans le serieux au travail, au service, la probité, la sincerité , l´acceuil des êtres humains. et surtout á l´hygiene et la propreté.

sissi - 21-09-2015 15:01

Mais c'est toute la Tunisie qui est dans cet état là.

Moncef Gabbouj - 21-09-2015 19:39

Sorry to hear about your experience with your invited guest at Bardo museum. Just for the sake of fairness, I visited the same place the previous summer, before the terrorist attack, with my family and relatives. It was a hot summer afternoon, but inside it was comfortable and extremely clean. I still remember the breeze of cool air coming across the open windows. We enjoyed our visit and we learned a great deal about the history. It was simply breath-taking! It was easy and quick getting in and out, we didn't even realize the light security or the lack of it. We were just enjoying the moments. We hope things get better, but only with hard work and dedication.

ridha - 21-09-2015 19:43

ce qui est désolant est ni cet article ni votre réclamation vont changer quelque chose. vous avez parlé de la librairie appartenant à une direction du patrimoine, à qui j'ai proposé de mettre à la disposition des clients mon lexique pour les voyageurs ,en six langues,et qui est unique dans le monde, en dépôts, ce qui veut dire qu'on me paie qu'après la vente de mes exemplaires et qu'elle aura 33% de bénéfice. sachez que cette direction, qui se trouve à Monplaisir, Tunis a refusé d'exposer mon lexique , et j'ai des correspondances dans ce sens. alors ne vous étonnez pas si n'avez pas trouvé l'ouvrage sur la ville de Sfax, mais vous pouvez trouver des guides sur l'histoire de la Tunisie écrit par des non-résident . enfin , à propos du registre de réclamation, c'est le même qu'on trouve dans les hôtels (sans commentaire) . consultant en hôtellerie et tourisme

james-tk - 21-09-2015 19:54

Fallait pas faire tout un fromage pour ça; le pays est dans un état de vrai délabrement trop avancé, et aucun secteur n'est épargné, la culture est passée à la trappe, depuis un certain 7 novembre 1987, noire, funeste, et désastreux à tous les niveaux! Le gouvernement ne sait plus ou donner de la tête, sa préoccupation c'est, de s'attaquer aux problèmes immédiats, qui rongent la vie des tunisie(ne)s, d'améliorer leur condition de vie; un peuple qui a faim, n'a que faire de la culture; le veux dicton français dit : " Ça mange pas de pain"! Cette "gabegie" risquera fort du durer un long moment, reconstruire une véritable plateforme culturelle digne de notre pays, est une mission herculéenne !

Cherif Bessaoud - 21-09-2015 21:16

Bravo, You hit the nail on the head,probablement le directeur du musee lui meme ne serait concerne que par son cheque ,en plus l inexistance du nationalisme laisse a desirer. j ai visite le pays et le musee en 2014 et j ai constate que la culture est nulle. aux USA ,ou je reside depuis plus que 4 decennies ,les musee sont tres bien organises et propre et le personnel toujours eduque en plus c est le secteur prive qui finance,ce n est pas le gouvernement... Donc adieu Tunistan ou Tsomalistan????

Fatnassi Abdallah - 22-09-2015 11:03

Votre article est d'une pertinence à tout épreuve. Ce que vous décrivez n'est pas propre au Musée Bardo. Les employés des administrations en général, des hôtels, , des magasins et même de certains agents de la police auxquels vous tentez de demander un simple renseignement, vous répondront toujours d'une manière indifférente transpirant la torpeur et presque l'indifférence. Quant aux politiques ils vous répondront tout simplement: C'est comme ça que ça marche en Tunisie. "Hâtez-vous lentement". C'est simple: Le jour où comprendra l'importance de soigner les "DETAILS", on sera à même de prendre au sérieux qu'on a rien pour rien et que tout travail qui mérite salaire devrait être fait correctement.

N. GHARBI - 22-09-2015 16:16

Rassurez vous docteur. Ce que vous avez vécu lors de votre visite au musée du Bardo avec votre invitée étrangère nous le vivons à longueurs de journées, à chaque lieu public ou privé et avec une très grande majorité de nos concitoyens. Nous sommes devenus le pays qui entretient la MÉDIOCRITÉ par excellence dans une IMPUNITÉ sans précédent. Nous pleurons notre Tunisie que nous ne retrouvons plus.

HARCHA - 18-10-2015 08:52

Je confirme ! tout le pays est dans le même état... Démotivation généralisée :(

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.