News - 15.12.2014

Francophonie : l'occasion perdue par la diplomatie tunisienne

On a récemment cherché à interpréter la nomination de notre actuel ministre des Affaires étrangères comme un signe de renouveau de notre diplomatie en léthargie depuis la révolution, alors qu'elle ne manque pas de talents écartés du métier ou laissés sur la touche.

Or, si la nomination de M. Hamdi est à saluer à juste titre, elle n'est que l'hirondelle ne faisant point le printemps, d'autant plus qu'elle est assez logique dans la carrière de l'intéressé auprès de l'ONU. En somme, s'il s'est bien agi d'une consécration, ce fut moins celle de la Tunisie que de ce diplomate de talent qui méritait un tel honneur.

Par contre, la diplomatie a eu une occasion en or pour se manifester et prouver sa richesse et sa vitalité perdues, mais elle l'a piteusement ratée. Ce fut à l'occasion du dernier sommet du mouvement de la francophonie dont la Tunisie est un éminent membre historique, faut-il le rappeler !

Nouvelle présidence de l'OIF

Le 30 novembre dernier, les chefs d'État africains membres de l'OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) ont accepté que la présidence de cette organisation soit non africaine, portant à sa tête Madame  Michaëlle Jean, une Canadienne d'origine haïtienne. 

Il n'est un secret pour personne qu'une telle issue surprenante a été le fruit de la position intransigeante de la France s'opposant aux candidats d'Afrique estimés par le président français par trop liés aux dictatures de notre continent. C'est donc l'état lamentable de la politique africaine qui a imposé un tel épilogue déshonorant pour l'Afrique de Senghor et de Bourguiba.

L'Afrique se retrouve de la sorte éjectée de son propre chef de la présidence de l'OIF pour quatre à huit ans (le mandat étant généralement reconduit), perdant du coup la présidence de cette prestigieuse organisation multilatérale, la seule qu'elle avait l'honneur de diriger.

Un tel honneur est certes amplement mérité par Madame Jean et il met en exergue la vigueur de la diplomatie canadienne qui a su profiter des incohérences africaines. Il met surtout l'accent sur la crise en termes de valeurs qui mine  toujours notre continent.

Car c'est un comble pour la francophonie d'avoir à sa tête une Américaine, bien que Canadienne, au détriment de tout un continent qui ne manque pas de talents dont — et ce n'est pas le moindre — le mérite de garder toute sa place au français dans leur pays, et en leur coeur surtout, face à au rouleau compresseur de l'anglais dominateur!

Léthargie diplomatique tunisienne

Cette défaite éclatante de l'Afrique francophone est aussi celle de la Tunisie, signant ainsi éloquemment l'état de léthargie avancée de sa diplomatie. Car, si notre diplomatie était alerte, vive et active, elle aurait saisi l'occasion incontinent pour faire valoir ses états de services, son rôle historique dans l'organisation afin d’obtenir pour l'un de ses innombrables talents en chômage forcé le poste de direction de ce qu'on qualifie à raison de petite ONU. 

Aussi, si la Tunisie a brillé lors de cette conférence au sommet de la honte pour l'Afrique, elle l’a fait par une totale absence indigne du passé prestigieux de notre diplomatie et de la place du français dans notre pays.

Car si la bataille pour la tête de l'OIF s'est conclue officiellement sur consensus, elle n'a nullement été de noble facture où le meilleur s'impose de haute lutte et par son talent. Elle a presque été un combat de chiffonniers où les intérêts bassement politiques ont primé le seul qui y aurait été légitime : celui du rayonnement de la langue de Rousseau et de Voltaire dans le monde.

En ne prenant pas part à cette bataille afin de saisir l’occasion de rappeler que la politique se doit d'être d'abord éthique — une «poléthique» —, la diplomatie tunisienne a violé encore une fois ses fondamentaux au moment où tout le pays mande et commande de faire la politique autrement.

Est-ce bien difficile d’autant plus qu'en l'occurrence il ne s'agissait ni plus ni moins que de retrouver les fondamentaux de la diplomatie de l'âge d'or de la Tunisie : une diplomatie digne, innovante et raffinée dans un monde devenu insolemment un univers de brutes?  

Farhat Othman
 

Tags : Micha   Mongi Hamdi   onu  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
Mohamed Obey - 15-12-2014 21:40

Salut M. Farhat Othman! C'est vrai que la Diplomatie tunisienne a traîné dans la boue surtout pendant les gouvernements de la Troika. J'espère qu'à l'issue du 2ème tour de l'élection présidentielle, on aura un Président fédérateur à l'intérieur de la patrie comme de la Tunisie avec ses partenaires internationaux. Surtout, le Président imposé par les urnes le 21 décembre 2014 devra rétablir les relations avec la Syrie, redéfinir les concepts érigeant la coopération Tuniso-Libyennes, recadrer les rapports de la Tunisie avec son contexte Méditerranéen...Et surtout, surtout, la philosophie de la Francophonie devra être plus qu'un point d'attache entre des pays francophones, mais plus: elle servira la coopération Tunisie-Afrique. La Tunisie est objectivement habilité à jouer ce rôle historique à cette époque de la globalisation économique, politique, et récemment plus d'un dossier incitent la Tunisie à travailler étroitement avec ses partenaires africains (terrorisme; éducation,recherche, santé...politique).

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.