Opinions - 31.03.2014

Exclure en démocratie, c'est s'en exclure!

Le CPR, parti du président, continue à se distinguer par son jeu malsain. Après avoir boycotté le dialogue national, seule légitimité aujourd'hui depuis l'adoubement de la légitimité consensuelle, il se lance à corps perdu dans une bataille antidémocratique. Ce faisant, il démontre que non seulement il est une illusion politique, mais qu'il n'a nulle âme démocratique. En effet, exclure autrui en démocratie, c'est s'exclure du jeu politique. Et c'est ce que fait le CPR qui cherche à retrouver une illusoire existence en faisant de la surenchère supposée démocratique.

Que veut dire exclure son adversaire en démocratie sinon vouloir garder le pouvoir pour soi, un pouvoir dont on a abusé depuis la révolution? Où sont les valeurs d'origine du CPR sur lesquelles des votes se sont portés lors des élections législatives abusées par ses mensonges? Le CPR d'alors parlait par exemple de justice sociale, de libertés, d'abolition des lois liberticides de l'ancien régime, d'audit de la dette et de souveraineté du peuple.Aussitôt arrivé au pouvoir, il a tourné le dos à toutes ces valeurs et celles plus généralement des droits de l'Homme pour l'unique ambition de se maintenir au pouvoir.

C'est ce qu'il veut aujourd'hui en lançant une campagne pour l'exclusion qui ne fera que signer la sienne de la scène démocratique. En effet, s'il voulait véritablement la démocratie et la souveraineté du peuple, il aurait plutôt lancé une pétition pour l'organisation d'élections municipales comme y appelait fort justement M. Marzouki avant d'entrerà Carthage et d'y oublier que le peuple exerce son pouvoir d'abord dans les localités et les régions.
Mais au-delà de cette campagne qui n'a aucune chance d'aboutir, il est important que les démocrates dans ce pays entreprennent d'urgence une clarification qui s'impose. La première concerne le président de la République dont les menées de son ex-parti ne peuvent point se faire sans son aval. Or, peut-il cautionner ainsi l'action de son parti sans se déconsidérer à la place où il est? C'est une question de principe que tout démocrate ne peut pas ne pas se poser.

La seconde concerne le parti de cheikh Ghannouchi qui s'est certes désolidarisé publiquement de pareille action; mais on sait que le CPR n'est que le clone de son parti. Alors, M. Ghannouchi, dans sa rhétorique permettant de dire et de faire tout et son contraire ne joue-t-il pas toujours ce malsain double jeu qu'on lui reproche ? A-t-il véritablement fait le pari de la démocratie?

Que les démocrates de ce pays appellent le dialogue national à le sortir d'une telle confusion en mettant fin à ce genre de suicidaire agitation! Qu'ils l'invitent àcouper l'herbe sous les pieds de tous les aventuriers de la politique, laissant les compétences du gouvernement travailler en paix. Il le fera en décidant la suspension des travaux d'adoption du code électoral en sa forme actuelle, notamment avec un scrutin inadapté à la situation du pays, et en décidant le remplacement des élections législatives et présidentielle par des élections municipales et régionales, seules de nature à réconcilier le peuple avec la politique! C'est non seulement de la compétence du Dialogue national; mais aussi de son devoir. Et il doit en faire son impératif catégorique, la situation du pays le commandant.

Farhat Othman
 

Tags : cpr   d   rached ghannouchi   Tunisie  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
aida bouchadakh - 01-04-2014 12:29

Il semble que certains se sont autoproclamé des scruteurs d'âmes et se donnent le droit de désigner tel ou tel comme démocrate ....

ridha - 02-04-2014 13:38

L’Etat ne se doit pas seulement de punir tel ou tel de ses fonctionnaires qui ont oublié qu’avant d’être un serviteur de l’Etat il était un serviteur de la Tunisie. Il doit aussi connaitre les culpabilités dans tel ou tel des organismes qui dépendent de l’Etat lui-même et qui tirent leur prestige du prestige de la nation. Epurer l’administration peut être une bonne chose, mais il convient aussi de porter l’instrument de la justice dans ces organismes que sont les banques qui ont octroyé des crédits sans aucune garantie. Autant nous nous sentons portés à l’indulgence en ce qui concerne le Tunisien inconscient qui n’a pas une idée exacte de ce qu’était l’intérêt national, autant nous nous sentons impitoyables en ce qui concerne les responsables des grands intérêts de ce pays dans l’administration et l’ex-RCD. C’est pourquoi il est bon que cette exclusion soit courte, qu’elle soit vite et bien faite. Il faudra donc pour une période exactement limitée, même si c’est difficile que cet effort soit pour des âmes éprises de justice et de liberté, il faut s’y résigner pour un court moment. Et c’est dans la mesure exacte ou cette mesure sera prise avec détermination, que ses conséquences dangereuses seront éliminées et que son efficacité sur le plan national sera maintenue. Plusieurs tunisiens s’inquiètent à l’idée que peut-être notre nation n’a pas encore n’a pas encore compris que, trahie par certains intérêts , elle ne pourra revivre qu’n détruisant ces intérêts sans la moindre pitié. NOUS n’avons jamais demandé une répression aveugle et convulsive, nous voulons une justice prompte et limitée dans le temps, la répression immédiate des crimes les plus évidents, et ensuite, puisqu’on ne peut rien faire sans la médiocrité, l’oubli raisonné des erreurs que tant de tunisiens ont tout de même commises

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.