News - 05.02.2014

La Tunisie vue d'Occident

Que pensent nos amis occidentaux des récents événements de Tunisie au-delà des propos convenus et de circonstance? Quel est leur imaginaire de la Révolution tunisienne? De passage à Paris, les relations diplomatiques que j'y garde ont bien voulu m'ouvrir leur cœur. Il s'agit de ces amis de notre pays dont j'ai toujours apprécié le haut degré de clairvoyance et de lucidité alliées à une éthique politique inaltérable avec un langage rare de vérité.

Des propos iconoclastes

Ce sont donc des pensées intimes que je livre ici, recueillies auprès de consciences libres, prenant acte tout autant des réalités de la chose publique que de la marche de l'histoire. Il s'agit de propos iconoclastes venant de personnes européennes honorables de Paris, au-dessus de tout soupçon d'angélisme, gardant une haute idée de la politique, pensant librement à défaut de pouvoir le faire pour cause du principe de réalité si réducteur et des intérêts imposant leur imperium.   

Quelle impression ont donc nos amis d'Occident de ce que nous vivons en Tunisie? Pour les plus enthousiastes, la Tunisie est portée par une de ces lames de fond dont l'histoire est capable de temps en temps; elle peut, à terme, aider à changer du tout au tout la face du monde, surtout que son peuple est éveillé, que sa société civile très active. Des idées neuves y sont agitées et elles ne peuvent pas laisser de marbre les libres consciences.

Une telle perspective reste toutefois obérée par le mental fragile, un manque de confiance en des moyens matériels limités qui sape un moral pouvant parfois se révéler invincible. Tout dépendra donc de la force mentale des Tunisiens, moins de ses dirigeants souvent alignés sur les vues des puissants amis, quels qu'ils soient, que fondés sur le génie propre à leur peuple ayant pourtant fait ses preuves. Cette sorte de pusillanimité est bien évidemment encouragée par les puissances étrangères ayant intérêt à ce que l'exception tunisienne n'aille pas trop loin, pour demeurer de celles qui viennent confirmer la règle. Et celle-ci se résout dans le conformisme ambiant, le statu quoi si commode bien qu'il soit d'un autre temps.

C'est un tel conformisme qui fait malgré tout plaisir à d'autres de mes amis occidentaux, qu'ils soient théoriciens ou praticiens, se félicitant que l'idéologie occidentale ait de si brillants disciples auprès des élites tunisiennes qui comptent. Ils y retrouvent même un occidentalocentrisme passé de mode, une conviction quasi naïve des vertus de la modernité occidentale qu'ils ne peuvent plus avoir, connaissant ses tares désormais prouvées. Ce qui les ravit le plus, c'est la conviction chez les Tunisiens en la démocratie formelle telle que pratiquée en Occident où elle a pourtant perdu de son lustre, et souvent ravalée au statut d'une coquille vide, sinon de sens, du moins de valeurs qu'on bafoue désormais si allègrement.

La possibilité d'une démocratie réinventée

C'est le principal acquis, pense-t-on, chez ce microcosme parisien analysant la crise de l'Occident en plein marasme moral. La Tunisie croit en la démocratie et veut en jeter les jalons sur son territoire. Or, à observer les initiatives prises par la société civile, plus novatrices les unes que les autres; à lire les réflexions de certaines et à écouter les discours de certains autres, on ne peut que croire à une possible refondation de la démocratie en Tunisie; une sorte de postdémocratie, comme je me plais personnellement de la qualifier.

Toutefois, acteurs de terrain ou l'ayant été, mes amis diplomates occidentaux ne pensent pas moins que l'utopie tunisienne, bien qu'elle soit de celles qui se réalisent, manque encore de l'ingrédient essentiel qui permet la bascule de l'irréel au réel. À voir à quel point le pouvoir dans sa conception classique exerce d'impact sur les politiciens en Tunisie, au point de leur faire prendre des distances avec leurs propres principes et valeurs, ils concluent que la classe politique en Tunisie ne croit pas assez à l'innovation majeure dont leur pays est bien capable.

On juge notre classe politique timorée par excès de réalisme et par trop conformiste, se voulant bien pensante au risque de la bienpensance, et surtout de coupure avec son peuple. Car la sociologie du peuple de Tunisie met en exergue la radicalité de ses exigences d'une démocratie renouvelée où les foules, en cette époque qui est les leurs, ne sont plus disposéesde céder sur leurs revendications.

Mes amis d'Occident assurent d'ailleurs que nombre d'entre eux, trop réalistes ou trop passifs, pèsent de tout leur poids pour que les élites tunisiennes imitent leur exemple tendant au maintien de l'état actuel du monde jugé incontournable, le nec plus ultra d'un minimum de stabilité dans l'instabilité secouant le monde. Les plus diserts regrettent toutefois un tel conservatisme de part et d'autre, et surtout du côté tunisien, où le destin semble propice à une révolution mentale aux retombées qui seraient bénéfiques pour le monde entier.

Un conformisme généralisé

Ils confirment ainsi la justesse des vues sur la nécessité d'abandon du paradigme fini des rapports mondiaux basés sur l'omnipotence de l'État et sa souveraineté formelle, aboutissant à consacrerla prééminence avérée des pays riches et puissants, lui cédant tous les privilèges contre à peine quelques obligations qu'impose pourtant la solidarité internationale. Ils assurent croire aussi qu'un paradigme nouveau est en train de naître et qu'il impose des révisions déchirantes dans les relations internationales, mais salutaires pour la paix mondiale, et en Méditerranée pour commencer.

C'est justement ce qui pourrait se mettre en place assez tôt si l'on s'avisait de faire de l'expérience tunisienne l'occasion de pratiquer une nouvelle donne dans les relations internationales. La Tunisie ayant fait le plus dur sur le plan interne, elle peut aider à faire encore plus pour la paix dans le bassin méditerranéen. Néanmoins, elle ne saurait le faire qu'avec la coopération active de ses partenaires européens. Faut-il qu'elle ose demander solennellement cette coopération qu'impose la situation!

Mes amis européens me disent regretter que les officiels tunisiens n'aient pas, à ce jour, saisi la légitimité de la Révolution tunisienne pour révolutionner la pratique antique de la politique et les schémas éculés qui s'y attachent. Pourquoi ne reprennent-ils donc pas, s'interrogent-ils avec insistance, l'idée ¬ pourtant défendue par nombre de voix respectables -d'adhésion à l'Union européenne?

Il est clair, pour eux, que l'Europe ne prendra jamais l'initiative de proposer pareil bouleversement de ses fondamentaux, sauf à y être obligée par une massive croisade venant de la Tunisie. Et celle-ci a pour elle l'argument massue del'État démocratique naissant ayant besoin d'être articulé à un système démocratique ayant fait ses preuves afin de ne pas céder à ses démons et garantir les meilleures chances de succès à son entreprise dont les retombées, tout comme les implications, dépassent le cadre de ses frontières.

Et ils rappellent qu'on l'a vu hier avec le roi du Maroc, osant défier le conformisme ambiant pour finir par obtenir des compensations assez importantes moyennant une initiative qu'il a retirée non par manque de pertinence que pour impertinence, jetant un trouble nécessaire et salutaire dans les consciences endormies.

Aujourd'hui, malgré l'acte majeur que fut sa révolution, la Tunisie n'a même pas encore le statut qui revient au Maroc; et tout au plus obtiendrait-elle un statut équivalent alors qu'elle est, qu'on le veuille ou non, le leader démocratique dans la région. Un statut à confirmer par des structures et des mécanismes viables, bien évidemment. Or, justement, cela ne se fera jamais sans le parrainage de l'Union européenne. C'est un pareil adoubement qui mettra en sécurité le processus démocratique en Tunisie tout en assurant la continuation paisible de son développement en nouvelle démocratie.

Outre cette adhésion de nature à créer un espace de démocratie méditerranéenne, mes interlocuteurs me confirment dans la justesse des vues concluant à la nécessité d'ouvrir d'ores et déjà cet espace aux ressortissants tunisiens sous couvert d'un visa biométrique de circulation. L'actuelle mouture du visa est «has been», assurent-ils. Et il ne s'agit pas d'octroyer aux Tunisiens une faveur, car la libre circulation est un droit; bien mieux, elle est au cœur du libéralisme, l'homme seul étant créateur des richesses; et il n'est meilleur créateur qu'un homme libre de ses mouvements!

Les Français parmi mes interlocuteurs sont nettement amers à l'égard du gouvernement de leur pays, notamment les personnalités de gauche parmi eux. Ils ne comprennent pas pourquoi on n'agit pas dans le cadre de la francophonie à un pareil espace de démocratie, une étape nécessaire pour une future aire de civilisation permettant une communion réelle entre les valeurs d'Orient et d'Occident. À une telle œuvre, la Tunisie se prête à merveille.

Quand seules comptent les affaires

Certes, les plus réalistes me disent que l'attitude timorée des dirigeants tunisiens n'osant faire sauter le verrou psychologique en eux à l'égard d'Israël continuera de peser lourd. S'ils apprécient l'appel courageux de certains à mettre enfin en pratique les vues déjà anciennes de Bourguiba, entretenant des rapports normaux avec cet État qui remplit bien sa place dans le concert des nations, ils croient que ce serait encore trop demander de la classe politique actuelle en Tunisie. Celle-ci leur semble par trop timorée et même assez pusillanime face au conformisme supposé de la société tunisienne.

Rares sont parmi eux ceux qui partagent la conviction, comme la mienne, que la société tunisienne est loin d'être conservatrice; et même s'ils sont prêts à le croire, encore faut-il le prouver, disent-ils; or, cela nécessite bien plus que du courage : une nouvelle classe politique. Surtout, qu'en face, on se satisfait de pareil état mental, propice à la propagande en faveur d'Israël qui pourra être encore présenté en modèle de démocratie; ce qu'il n'est point, concèdent-ils. Mais le réalisme commande de prendre pour argent comptant ce qui ressemble le plus aux espèces sonnantes et trébuchantes; ce qui est le cas de la politique d'Israël alors que celle des pays arabes relèverait de la monnaie de singe.

Voilà un condensé de propos livrés par des amis d'Occident en toute sincérité et plutôt sous le sceau de la confidence, moins par goût d'agir incognito, car ils sont capables d'oser mettre les pieds dans le plat, mais par réalisme. Ils pensent, en effet, que c'est aux Tunisiens, aux décideurs parmi eux notamment, de commencer à développer et mettre en ouvre les idées neuves nécessaires pour trouver écho auprès des consciences libres occidentales n'attendant que pareil acte de courage de leurs amis pour de manifester.

Cependant, ils doutent que cela puisse se faire, leurs propres collègues et amis conservateurs mettant trop de pression sur la Tunisie pour la maintenir dans l'état qui commence à être le sien actuellement : celui d'une prédémocratie avec un marché ouvert aux affaires. Or, quand seules comptent les affaires, on préfère un État de moindre droit.  

De plus, tout en convenant de l'inéluctabilité des nouvelles modalités de rapports internationaux, y compris en termes de circulation, on ne peut s'empêcher, assurent-ils, de penser à l'énormité de l'imbroglio qui sera ainsi créé pour l'Europe dans ses relations avec les autres pays de la région. En cela, elle ne pourrait exciper de la démocratie tunisienne, tant que celle-ci n'a pas fait encore ses preuves. Et quelle meilleure preuve que celle que donneraient ses dirigeants par des initiatives innovantes, véritablement révolutionnaires ? La classe politique actuelleen Tunisie, toutes tendances confondues, estiment-ils, ne semble pas juger les choses autrement que leurs partenaires étrangers, occidentaux notamment dont ils reprennent à leur compte la vision marchande des réalités internationales.

Avis à nos décideurs et acteurs politiques. Et comme le changement est inéluctable en notre pays, qu'ils agissent dans le sens de l'histoire avant de voir l'histoire agir pour eux, mais contre eux.

Farhat Othman

Tags : r   Tunisie   Union europ  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
berger - 05-02-2014 22:01

Je ne peut que lever le chapeau, tellement vous tenez à votre idée de changer sinon le monde du moins le bassin mediterranien; si seulement nous pouvons avoir plus d´information sur ce projet. Que vous voulez détruire et que vous voulez metre à la place? Vous utilisez les termes "démocratie formelle", "omnipresence de l´Etat et souveraineté formelle". Mais nous sommes dans un système qui s´appelle "démocratie formelle" vous meme vous lui avez donné un sens en parlant "des producteurs des marchandises en circulation. Or justement la democratíe formelle veut dire selon les marxistes le système capitaliste où nous avons d´une part les travailleurs et d´autre part les capitalistes et possesseurs des moyens de production. A ma connaissance ce système est le resultat d´un accord qui a eu lieu il ya très longtamps entre le peuple et la bourgeoisie, selon quoi la bourgeoisie garde les moyens de production et de distribution et la classe ouvrìère obtient certain droit politique , comme des elections libres. droit au travail et autres droits que nous connaissons aujourd´hui.Que vous voulez metre à la place, c´est pas clair. Dire postdémocrtie etc.. ce n´est pas suffisant. Et les ouvriers et les capitalistes oû iront ils? ils vont devenir des chomeurs?

tounsi - 06-02-2014 00:38

Business is business;la phase de Roland Dumas quand il voulait renouer avec L 'Iran sous Mitterand est toujours d 'actualité;les libertés des iraniens ne pese pas bien lourd;le Medef vient d 'effectuer un visite en IranL europe est criblé de dettes;elle doit faire des affaires d 'abord et avant tout;Assad vient de le répeter à une interviews de L AFP;la France a les yeux de Chimene pour les pétro dollars au détriment des principes de sa Révolution.Le reste n 'est que littérature, ll faut compter sur ses propres forces.La Turquie n 'est pas prete à rentrer dans l 'Union Europeenne malgré leforcing des USA car son socle comme le disentles européens est Chretien;dans leur imaginaine collectif actuel;faire entrer laTTurquie c 'est voir une horde de plus de quatre vingt millions de musulmans débarquer.On fete allégrement le nouvel an chinois;les asiatiques parlent leur langue entre eux ;un salarié maghrébin a été congédié pour un salamou aleykom...à méditer

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.