News - 28.01.2014

Pourquoi l'Occident a snobé notre fête de la constitution?

L'adoption de notre nouvelle constitution qui fut une réelle fête en Tunisie a été saluée par l'Occident unanime à reconnaître son caractère révolutionnaire. Effectivement, malgré ses inévitables imperfections, elle constitue une base sérieuse pour la mise en place d'une démocratie aux canons de notre temps.

L'Occident ne s'est d'ailleurs pas privé de peser de tout son poids durant le processus constitutionnel pour amener le parti islamiste au pouvoir, érigé en allié stratégique, à canaliser ses extrêmes et se faire une raison pour aboutir au résultat obtenu. On avait d'ailleurs annoncé une présence de haut niveau en Tunisie à l'occasion de l'adoption de la constitution. Et il n'en fut rien; aucun des ministres des Affaires étrangères de nos partenaires privilégiés, encore moins leurs chefs d'État, ne furent au rendez-vous de la Tunisie en fête. On aurait voulu chercher l'affront qu'on ne se serait pas pris autrement !

Quelle est donc la secrète raison de pareille indifférence qui n'est qu'un boycott sinon déclaré, du moins affiché ? Il semble qu'elle serait une idée révolutionnaire qui commence à travailler sérieusement les têtes en Tunisie et chez nos amis les plus soucieux d'objectivité et de paix en Méditerranée. Leaders, d'ailleurs, s'en est fait souvent l'écho, et elle a fait l'objet récemment d'un appel direct à M. Mehdi Jomaa, l'invitant à croire au miracle pour le réaliser.

Ce miracle consiste pour la Tunisie d'oser demander, ne serait-ce que pour le principe (comme le fit en son temps le roi du Maroc Hassan II avec des retombées certaines) son adhésion à l'Union européenne et l'instauration d'un espace de démocratie et de libre circulation humaine entre son territoire et ceux de ses partenaires européens.

Effectivement, dans de nombreux milieux conscients de la marche inéluctable de l'histoire, on pense désormais que l'idée n'est pas aussi saugrenue qu'on a voulu la présenter et que, non seulement elle tombe sous le sens, mais serait même la seule issue viable pour l'instauration durable de la démocratie en Tunisie dans l'intérêt commun de la paix et la prospérité en Méditerranée.

L'idée fait son chemin dans les têtes, y compris les plus rétives, au point qu'elle aurait donc motivé le boycott évoqué. À contrecœur, pour ne pas avoir à affronter au moment le moins propice cette question légitime, les ténors de la politique occidentale, nos amis européens surtout, ont préféré faire l'impasse sur ce qu'ils considéraient la veille comme une absolue nécessité : venir saluer l'entrée de la Tunisie en démocratie. Pour eux, cette entrée ne doit pas entraîner le déséquilibre de l'ordre actuel établi, même si tout le monde croit qu'il est aussi injuste que périmé. Ils pensent, en tout cas, que ce n'est pas le moment, à la veille notamment d'échéances électorales majeures en Europe.

C'est faire fi de ce qui caractérise le peuple tunisien qui, lorsqu'il est motivé pour la bonne cause, n'a en vue que son droit,y sacrifiant tout pour y arriver, le faire triompher envers et contre tous. Car sa volonté et indomptable, et telle est la nature de sa revendication aujourd'hui.

L'adhésion à l'Europe de la Tunisie est une inéluctabilité pour équilibrer les rapports internationaux et élargir les normes démocratiques aux pays qui y sont moins rétifs qu'incapables, dans le système actuel, de s'y adonner adéquatement du fait de la prépondérance des impératifs politiques des puissances du Nord sur les intérêts légitimes des peuples du Sud. 

Cela ne saurait se réaliser que dans le cadre d'une aire de civilisation occidentalo-orientale que manifesterait l'entrée de la Tunisie bien moins à une aire culturelle étrangère qu'à un espace de valeurs communes, celles de la démocratie. Car cela ouvrira la voie à l'extension de la démocratie au reste des pays du Maghreb et du monde arabe, permettant à terme l'union maghrébine et arabe tant souhaitée et qui ne pourrait se faire en l'absence de démocratie. Or, celle-ci ne pourrait naître en dehors du système démocratique en vigueur.

Mais est-ce que cela va dans le sens des intérêts actuels de nos amis occidentaux ? La réponse a été apportée ce dimanche qui a vu la fête légitime de la Tunisie enregistrer l'indifférence coupable de ses plus proches partenaires.

Il en est bien une morale à en tirer: c'est dans une telle attitude que se résume en dernier lieu la différence entre deux civilisations qu'on présente comme antagonistes et qui pourraient être complémentaires grâce à ce qu'on appelle la pensée contradictorielle où les contraires s'additionnent.L'attitude occidentale est capable d'indifférence pour un matérialisme ravageur alorsque l'orientale ne sait se départir d'une empathie assumée par excès de spiritualité, quitte à verser dans la sentimentalité et jouer au mieux la comédie, au pire la tromperie.

Farhat Othman

A lire aussi
 
 



 

Tags : Mehdi Jomaa   Tunisie  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
6 Commentaires
Les Commentaires
Critique - 28-01-2014 21:08

Mr Othman je ne vois pas pourquoi l'intégration de la Tunisie à l'Europe serait un droit. Allez vous bien ? L'Union Européenne est une structure culturelle, économique et historique propre aux pays Européens. C'est à la fois un espace culture mais aussi géographique. La Tunisie se doit de s’intégrer dans son propre espace et éloigner les fausses promesses je comprends votre envie de mettre un cadre aux futurs gouvernement une sorte de police d'assurance face à d'éventuelle tentative autoritaire pourtant l'U.E n'est pas la solution. Il faudra se fatiguer, il faudra suer pour garder les acquis de la révolution

Rafik Sfar-Gandoura - 28-01-2014 22:12

La Tunisie, n'a-t-elle pas tourné le dos sur ses partenaires occidentaux, préférant de s'attacher à son identité arabo-musulmane, tout en ignorant les réalités de sa position stratégique méditerranéenne et de son histoire ancrée dans ces civilisations méditerranéennes? C'est un choix que les classes politiques tunisiennes ont fait consciemment et démocratiquement, mais à mon avis, naïvement, un choix qui risque de nuir aux intérêts économiques et commerciaux de la Tunisie, quand on considère que l'Union européenne est son plus grand partenaire en termes d'exportations et d'importations. Faut-il donc reprocher à l'Occident d'avoir snobé la fête de la Constitution?

habib - 29-01-2014 01:16

cette opinion requiert quelques remarques: -les ambassadeurs ont représenté leur pays à la cérémonie de paraphe de la nouvelle constitution. -la démocratie est naissante dans le pays . il importe qu'elle fasse d'abord ses preuves pour mériter son ticket d'entrée au club des démocrates. -le gouvernement doit démontrer son aptitude à tempérer l'input économique et social en attendant les prochaines échéances électorales . -l'adhésion "mécanique " de Tunis au carrousel européen ne peut dans -l'état des choses- qu'hypothéquer l’économie nationale à court terme et d’ouvrir le passage à l’émigration massive. -déjà l'union européenne reçoit plus des trois quart de migrants tunisiens lesquels - soit dit en passant assistent par le biais des transferts de fonds plus obtient de l'union européenne le plus fort pourcentage d'aide par tête de pipe dans la zone mena- -il est équitable que l'ue soit un partenaire stratégique pour investir ; engranger des profits et impliquer les tunisiens au développement de leur pays - - au savoir faire tunisien d'en tirer profit pour que la coopération ne soit pas déséquilibrée en favorisant un vrai transfert de technologie et l'émergence de l'entreprenariat social -par l’intéressement. il navrant que l'on tienne plus au protocole formel qu'à l'action réelle -

Berger - 29-01-2014 01:49

Hassan2 a lui même reconnu qu´il ne croyait pas lui à cet idée, l´adhésion à l´EU, et depuis il a clos le dossier et il n´en a plus parlé.

bouraoui - 29-01-2014 11:35

N'oubliez pas dans le même sens le refus de la proposition soumise par certains "experts" lors des dernières révisions du projet de constitution par l'ANC relative à l'ajout au sein du préambule de la dimension méditerranéenne ou euroméditerranéenne de la Tunisie...et le débat qui s'en est suivi sur la question des rapports en résultant avec Israel en tant que membre de l'espace euroméditerranéen ou méditrerranéen concept géopolitique développé par l'UE depuis les années 90.....???

riadh - 06-03-2014 11:23

Il faudra des dizaines de millions de travailleurs du Maghreb en Europe pour faire en sorte sur 30 ans que les revenus ne baissent pas en europe. C'est avéré et aucun expert sérieux ne dira le contraire. Tout le reste c'est literature !

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.