Opinions - 24.01.2014

Le beurre et l'argent du beurre ou le jeu occidental en Tunisie

L'Occident joue aujourd'hui un jeu périlleux en Tunisie. Il croit aller dans le sens de la volonté du peuple comme il l'a fait au moment de la chute de la dictature; mais il a le tort de se focaliser sur deux éléments essentiels à ses yeux,mais qui ne le sont pas à ceux desmasses. Il s'agit de deux erreurs graves qui le font passer à côté d'une vérité dont il ne veut pas prendre compte et qui fera fatalement échouer son entreprise actuelle en Tunisie.

Les erreurs de l'Occident

Abdelwaheb Meddeb a éloquemment souligné ici (http://www.leaders.com.tn/article/abdelwahab-meddeb-les-fondements-theoriques-du-soutien-americain-a-l-islamisme?id=13109) le tropisme occidental qui théorise d'une manière erronée une réalitéavérée, tout en restant à sa surface. Pour les détails, on peut revenir à la magistrale démonstration de M. Meddeb dont je ne partage cependant pas les conclusions.

Je préciserai juste ici que l'Occident, les États-Unis en tête, font l'erreur de tabler dans leur nouvelle politique arabe musulmane sur un parti présenté comme modéré et qui ne l'est pas. Certes, eu égard au grand allié saoudite, le parti de cheikh Ghannouchi a de quoi séduire les Américains; nonobstant, il ne fait que caricaturer l'islam des Tunisiens avec une conception mi-figue mi-raisin qui sera tôt ou tard rejetée par un peuple plus lucide qu'on ne veut le reconnaître.

L'expérience actuelle du pouvoir auquel Ennahdha s'accrochequasi névrotiquement ne font que mettre l'accent sur ses turpitudes. Or, si le peuple tunisien est attaché à ses traits identitaires que l'islam condense, ce n'est pas la lecture qu'en fait ce parti qui pratique à merveille le double langage.

De plus en plus de voix se font entendre aujourd'hui pour appeler à l'émergence d'un parti qui soit véritablement la voix du peuple, ayant une orientation humaniste et démocratique, tout en étant représentatif de ce qui fait l'essence de l'islam, sa spiritualité.

Il est déjà des signes qui ne trompent pas. Ainsi, le score réalisé par des partis comme Aridha Chaabia ou le CPR, le premier du fait du soutien des soufis et le second pour cause de programme officiel allant dans le sens des exigences populaires.Malheureusement, ces deux partis n'ont pas transformé l'essai, notamment le CPR qui,bien qu'arrivé au pouvoir,s'est enchaîné à tort à Ennahdha. Aussi, on s'attend à l'apparition future d'une autre formation tenant compte de l'islam tunisien qui est fondamentalement holographique, à trois dimensions, où le soufisme côtoie une vision religieuse rationaliste et tolérante.  L'islam d'Ennahdha est manifestement périmé; c'est la première erreur occidentale de tabler sur son avenir dans le pays malgré tout.

La seconde est que les Américains, se conformant en cela à leurs habitudes, ont moins en vue les valeurs qu'ils prétendent défendre que les principes économiques fondant leur idéologie.  Ils veulent faire de la Tunisie un marché ouvert et pensent que l'islam n'est pas incompatible avec le libéralisme.

Disons tout de suite qu'en cela, ils ont raison; et le programme d'Ennahdha est ultra libéral. Néanmoins, ils ont le tort de méconnaître les réalités sociales du pays qui rejette le libéralisme économique  tel qu'incarné par l'Occident dans les faits. Le Tunisien n'est pas opposé à la logique du marché dans l'absolu; il est en la matière légaliste et logique;aussi, il dit à l'Occident qu'il sait être un partenaire inévitable: si vous voulez qu'on fasse partie de votre système, il faut que cela soit en tant que partie intégrante et non en sous-fifre. Ouvrez les frontières aux humains, comme vous commande votre doctrine libérale pour les marchandises dont les humains sont les créateurs, et la Tunisie sera pour de bon le meilleur élève du capitalisme mondial, en étant démocratique en prime.

Voilà le discours raisonnable d'un peuple sage. Ce faisant, ce n'est pas seulement la logique libérale qu'il exprime, mais aussi et surtout une vision éthique de la politique que lui procure son identité islamique.

La vérité méconnue

C'est à ce niveau que se situe le talon d'Achille de la stratégie occidentale en Tunisie : la violation  par les ténors du libéralisme de leur propre logique au nom d'autres intérêts tenant à la politique intérieure des États et à un dogmatisme passé de saison.

Pourtant, ils doivent savoir qu'on ne peut plus continuer à vouloir avoir le beurre et l'argent du beurre, que la Tunisie ne sera jamais un marché ouvert à leurs marchandises sans contrepartie. Et celle-ci doit profiter à tout le monde, comme de commencer par ouvrir les frontières occidentales à la libre circulation des Tunisiens. D'autant plus qu'il existe une technique de nature à respecter scrupuleusement les exigences sécuritaires incontournables aujourd'hui qui est le visa biométrique de circulation. Et cela ne doit être que la première étape dans un processus d'intégration de la Tunisie au système démocratique européen.

Les temps ayant changé, on ne peut plus continuer à vouloir relever d'un paradigme ancien saturé. Le sens de l'histoire est à la construction d'un espace de démocratie qui consolide l'aire de civilisation occidentale; et pareil espace peut être mis en place en Méditerranée sans plus tarder, à la faveur de l'expérience démocratique tunisienne qui ne manquera pas alors d'irradier sur tout le monde arabe et ailleurs. Mais est-ce bien là ce que souhaite vraiment l'Occident?

Si l'Europe, du fait de la forte présence de Tunisiens sur ses terres, veut réellement s'orienter dans le sens de ses intérêts ainsi que celui de l'histoire, elle doit s'empresser d'intégrer formellement la Tunisie à son système économique et politique, l'un n'allant pas sans l'autre. J'ai déjà appelé à l'adhésion de la Tunisie à l'Union européenne et j'ai aussi suggéré à la France, eu égard à la côte d'amour qu'elle a encore dans le cœur des Tunisiens, bien que réduite désormais à une peau de chagrin, d'agir dans le même sens en s'employant à créer un espace francophone de démocratie.

Il s'agit là d'autant de recettes qui mettent cruellement l'accent sur l'impéritie occidentale aujourd'hui en Tunisie, une impéritie coupable.  Et ce n'est pas parce que l'Occident s'est assuré un allié qu'il estime de choix en Tunisie pour concrétiser ses vues erronées qu'il réussira dans sa stratégie qui n'est pas seulement unilatérale et arrogante,mais à terme suicidaire pour ses propres intérêts sans parler de la paix dans le bassin méditerranéen et dans le monde.

L'Occident doit comprendre que la Tunisie ne saurait passer de l'État d'un marché livré à la loi d'une maffia au pouvoir à celui d'un marché abandonné au pilotage d'un capital international n'ayant en vue que ses intérêts matériels.

C'est le sens de la Révolution tunisienne, ce coup du peuple qui n'a pas été qu'une manœuvre occulte de services étrangers agissant pour leurs propres intérêts, mais bel et bien une réalité de terrain propice à un changement qu'on n'a fait que précipiter pour en tirer profit. Or, à l'ère des foules qu'est la postmodernité manifestée à merveille par l'effervescence tunisienne, il n'est nul intérêt durable s'il ne tient compte des revendications des plus larges masses; Et les masses en Tunisie exigent d'avoir l'argent de leur beurre.
C'est d'autant plus vrai que les deux mamelles du mouvement de libération nationale tunisien furent, sur le plan civil, l'activisme syndical populaire et, sur le plan spirituel, l'action soufie. En Tunisie, on ne peut dissocier ces deux phénomènes qui est d'abord et avant tout une terre de spiritualité, mais une spiritualité ouverte au monde et aux valeurs humaines sans restriction; elle est donc soufie ni salafie ni nahdhaouie.

Esprit de contradiction et démocratie

Pour revenir à l'article de Meddeb, ce qu'il résume éloquemment, comme à son habitude, ce n'est qu'une illustration contemporaine de la pensée américaine depuis ses origines, qui ne fait que refléter les aspirations d'une classe sociale, la bourgeoisie, consistant dans le devoir d'incarner un idéal fondé sur le mérite, la science et l'harmonie sociale. Et cette dernière est supposée obtenue par des lois justes, le peuple pour assurer son bonheur devant servir un monde de marchands éclairés auxquels le pays doit sa prospérité. Justement, cette classe qui est représentée de nos jourspar les capitalistes multinationauxen un monde globalisén'est plus composée de marchands éclairés, mais de courtiers obtus, aveuglés par leurs intérêts égoïstes devant être maximisés à l'extrême par tous les moyens. S'ils étaient éclairés, ils veilleraient à choyer les créateurs véritables des richesses que sont les humains en alignant pour le moins leur statut sur celui réservé aux marchandises. 
Bien évidemment, on crie rapidement à l'utopie même sice à quoi on appelle est inévitable. On oublie, dans le même temps, que la pensée utopique s'est souvent confondue, au moment de lanaissance de l'Occident, avec la pensée politique. Et l'utopie occidentale a toujours reflété une vision dogmatique de la loi, aux racines judéo-chrétiennes. D'ailleurs, toutes les utopies qui ont été à l'origine de l'esprit rationaliste occidental, qui prétend aujourd'hui donner des leçons à une civilisation arabe islamique lui ayanttransmis la lumière, sont basées sur le dogme suivant : les lois justes le sont du fait qu'elles sont justes, et donc elles ne peuvent jamais être remises en question. En plus, comme le précise Jean Servier dans son Histoire de l'utopie « par son éducation; l'individu y est soigneusement privé de tout moyen d'appréciation. On encourage la recherche dans les sciences physiques ou mathématiques; mais la méditation philosophique est interdite si ce n'est sur le Code la nature devenu philosophie d'État; Aucune utopie, même parmi celles qui se réclament le plus de la fantaisie, n'imagine un "Temple de la libre contradiction", une école ouverte à tous où toutes les philosophies pourraient être exposées librement ».

Or, justement, l'esprit arabe est foncièrement un esprit de la contradiction qui est, bien évidemment, l'essence de la démocratie. C'est pour cela que j'en arrive à soutenir que les Arabes, qu'ils soient d'origine berbère ou bédouine, musulmans ou non, sont des démocrates dans l'âme du fait de cet esprit, qui est un atavisme,les portant à la contradiction et qui, s'ajoutant à leur attachement ontologique à la liberté forment les traits caractéristiques d'une démocratie véritable.

Quelle image plus belles pourrait-on donner de la démocratie? Ce qui manque aux Arabes, ce sont les structures, les mécanisme; or, ils relèvent d'un ordre plus vaste, mondial, que domine et gère un Occident dominateur usant de tous les moyens, dont notamment l'imaginaire des peuples dominés,pour asseoir sa domination sur unecommode autodépréciation. Ainsi perdure l'image subliminalede la suprématie de l'esprit occidental et de ses institutions, même si elles ne sont plus parfaites. C'est à ce niveau mental que se joue aujourd'hui la bataille idéologique. Et la Tunisie en est le terrain d'élection aujourd'hui.

Comme la découverte du Nouveau Monde a été pour l'Occident le signe qu'il était possible de dépasser le présent et d'assurer sa domination, le Coup du peuple tunisien est un autre signe qui vient, au moment où cet Occident jadis conquérant achève son déclin, lui donner une chance inouïe de se refonder pour retrouver une seconde jeunesse. Car sa survie passe par ce Sud si souvent malmené et dédaigné bien qu'il fut à l'origine de sa puissance.

C'est un ami que s'adresse à lui, mais un ami libre d'esprit et de conviction,s'efforçantde parler la langue du peuple dont l'exigence première et dernière restera sa dignité. Cela impose ici et maintenant le passage de l'ancien paradigme des relations politiques, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays,à celui qui est en gestation. La libre circulation n'en est que l'élément symbolique, un verrou qu'il faut faire sauter pour ouvrir la voie à une nécessaire révolution mentale.

FarhatOthman

Tags : cpr   Ennahdha   islam   occident   Tunisie  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
berger - 25-01-2014 00:04

l´Occident est décidement incontournable. Un islamiste bien connu , alors qu´il était en France, a dit qu´il a trouvé en france un Islam sans musulmants, mais vous Mr. Frahat vous trouez en Tunisie des musulmants sans Islam. Pour l´occident, vous vous battez sur deux fronts, l´un en avancant. l´autre en reculant. Au premier, vous critiquez, blamez,attaquez,chicanez,condamnez,décriez,jasez,réprimendez, réprouvez,sermonnez,vilipendez,vitupérez. au deuxième: vous vous inclinez,vous vous prosternez,priez,supplez,sollicitez,adjurez, demandez,insistez,reclamez. Tous ca pour avoir le visa biométrique de circulation. En realité on peut avoir mieux que ca avec la démocratie.Mais il parait que ce n´est pas ca que vous vous voulez.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.