News - 01.12.2013

Football: La leçon sfaxienne

Le haut fait sportif réalisé par le club sfaxien, conduit par le sélectionneur de l'équipe nationale, emporte nombre d'enseignements au-delà du strict plan sportif. Le sport n'est-il pas la drogue licite du peuple, souvent douce, mais parfois dure, aux conséquences ravageuses? Comme la politique est désormais la drogue de nos élites, tentons ici une convergence entre les deux mondes. C'est qu'en ce moment de disette politique, à la veille d'un événement majeur, les exploits sportifs pourraient inspirer nos politiciens en vue du gain d'un autre match autrement plus important, celui livré par l'équipe de Tunisie pour une destinée meilleure qui soit digne de son peuple.

Le secret du succès sfaxien 

Il fallait être à Sfax pour vivre l'engouement de la population pour son équipe. Toute la ville était en état d'effervescence. La population a vibré tous les jours, et particulièrement toute la journée d'hier, au diapason des espérances soulevées par son équipe. Il fallait voir les bouchons monstres sur les routes quelques heures avant le début du match.
 
Cette totale adhésion populaire à l'équipe n'a pas peu compté au moment du match; elle a pesé de tout son poids dans la tête des joueurs qui, malgré les distances, se savaient portés par toute leur ville. Ils l'étaient même par tout un peuple, malgré la mauvaise foi de certains. N'est-ce pas là, en dernière analyse, l'explication la plus plausible de la programmation du derby tunisois à la même heure que cet événement national par excellence?
On ne doute plus scientifiquement aujourd'hui de l'impact de l'imaginaire sur le comportement des humains, car nos actes sont déterminés par notre inconscient. Or, dès le match aller, l'inconscient sfaxien était programmé positif, l'imaginaire de la gagne ayant pris possession de toute l'équipe, l'amenant même à faire le tour de la victoire à Sfax même.
 
D'aucuns ont raillé ce qu'ils qualifièrent d'arrogance ou d'irréalisme, le strict rationalisme d'antan enseignant qu'un match n'est jamais gagné d'avance, surtout pas avant la dernière minute. Nous l'avons d'ailleurs vu avec le match du jour où le but libérateur est venu, mais bien venu, in extremis et fatalement presque
 
C'est que malgré la tension extrême tout au long du match, on ne pouvait douter de l'apothéose finale des Sfaxiens, tellement ils restaient sûrs de leur fait, ne serait-ce que pour ne pas décevoir leur ville, tout un peuple. Surtout qu'ils avaient osé fêter à l'avance leur triomphe, se conditionnant ainsi qu'il le fallait pour la réussite finale. L'essentiel était déjà fait dans la tête; il suffisait que le corps suive, ce qui est le plus facile. Et cela fut fait par la meilleure partie de ce corps, une tête forcément pensante et qui ne peut donc rater, au moment qu'il fallait, la mise du ballon dans les filets.
 
C'est bien à Sfax, à la fin du match aller, vaillamment gagné, que les Sfaxiens ont mérité leur quatrième titre africain. Comme ils se savaient portés par tout un peuple, celui de leur ville pour le moins, absolument acquise à leur cause, ils ne pouvaient perdre. 
 
Cela revient, en quelque sorte, à cette technique utilisée par certaines tribus du temps passé, emmenant femmes et enfants à leurs batailles pour se motiver encore plus et ne pas fléchir au moment où il ne faut pas, ce moment où l'on se sacrifie volontiers pour ceux qu'on aime et qui nous aiment. 
Tout est donc question de confiance, aussi bien en soi, que dans celle qu'on attend en retour des siens. Tout est question de foi !

La foi et l'imaginaire contre le profit et la plus-value  

Nous y sommes ! Dans la vie de tous les jours, tout est question de foi, aujourd'hui comme avant, et bien plus qu'avant. En notre époque postmoderne de retrouvailles avec les valeurs les plus traditionnelles, la foi revient en force en un levier psychologique éminent. 
 
Par exemple, c'est bien de foi que les économistes libéraux parlent quand ils recherchent avec leurs techniques sophistiquées à booster la consommation ou contrer la morosité des marchés. 
 
Il est d'ailleurs bien connu, depuis Max Weber, que l'éthique protestante a été à la base du capitalisme moderne. En Tunisie, les accointances sont évidentes entre les islamistes au pouvoir et les libéraux — nationaux et surtout internationaux — voulant réduire notre pays à un marché soumis à la dure loi du profit. C'est pour cela que l'on ferme les yeux sur les tentations irrésistibles de retour à l'autoritarisme, surtout en matière de moralité publique, condition sine qua non pour que le système de la plus-value et du profit réussisse chez nous à s'imposer à celui de la spiritualité. Celle-ci doit être rigoriste, sinon elle ne saurait constituer le terreau espéré pour le capitalisme qui serait forcément le plus sauvage eu égard à l'état de délabrement économique et social de la Tunisie.
 
Or, si la mentalité du profit et l'esprit mercantile gagnent assurément du terrain, ils sont loin de vider de leurs spécificités la mentalité de la fatalité et l'esprit religieux du peuple tunisien. Qu'on ne l'oublie pas, la religion populaire en Tunisie est une foi tolérante et plurielle, rétive à tout dogmatisme, à tout embrigadement. En effet, c'est l'islam institutionnel qui y devient liberticide, l'islam populaire étant foncièrement libertaire et iconoclaste. 
Depuis ses origines, l'islam a eu à évoluer entre deux lectures de son dogme originel : celle des masses populaires et celle des institutions. Ainsi a-t-on eu l'esprit religieux de la ville, Médine en premier, et celui de la campagne, l'islam bédouin, vilipendé par le Coran, n'étant qu'une caricature à l'excès de la foi telle qu'incarnée par le premier. Plus tard, avec la dynastie omeyyade et le triomphe par la force du glaive de la royauté, c'est l'esprit inauthentique de l'islam bédouin qui a pris le dessus, se muant en islam institutionnel. Et l'esprit souple, contestataire de l'islam citadin de Médine, seul conforme aux visées de la religion, est alors devenu minoritaire et dissident.
 
Toutefois, la foi chez le peuple a gardé pour l'essentiel sa pureté originelle et son fondement contestataire, l'islam étant venu comme une révolution contre l'ordre établi, et cette révolution est censée être permanente, de tout temps, eu égard à l'éternité de l'islam. Cela ne pouvait bien évidemment arranger les intérêts du pouvoir institué, d'où l'instrumentalisation de la religion devenant le fondement du gouvernement arabe musulman. Aujourd'hui, l'islam rigoriste est la manifestation ultime du combat de l'islam institué contre l'islam populaire qui est, au vrai, un islam instituant. 
 
Notons que par populaire, nous référons moins aux pratiques parfois dévoyées de la spiritualité des peuples musulmans qu'à la simplicité originelle des fondements premiers de notre religion, tel que le soufisme des origines en a donné la meilleure des illustrations. 
 
Or, cet islam des origines est dans la tradition de notre peuple; et on en prend encore plus conscience dans les régions déshéritées, les plus reculées de l'intérieur et du sud du pays. Sans conteste, il commande les strates essentielles de l'imaginaire populaire. Aussi restera-t-il le meilleur rempart de la Tunisie profonde contre toute dérive voulue par ses élites nanties, religieuses ou laïques, vers un système occidental inadapté à notre pays, car purement fondé sur le capital et ses caricatures mercantilistes. En cela, la Tunisie éternelle a deux dangers qui la menacent, tous les deux produits du dogmatisme, cette banalisation de l'autoritarisme : l'extrémisme religieux et son pendant capitaliste. 

Retrouvailles avec les valeurs de l'Orient éternel 

Ces digressions politiques ne sont qu'en apparence éloignées du sport, le sujet du jour. C'est que le monde politique est un grand terrain de football où les équipes, grandes et petites, s'affrontent. Et on l'a vu avec la coupe du monde, le sens est fatal dans l'investissement logique du foot mondial par l'Afrique dont une équipe sera forcément un jour championne du monde. C'est un tel sens de l'histoire que les élites — occidentales et tunisiennes occidentalisées — doivent finir par comprendre.
 
Si déjà, en sport, les formations les plus performantes s'attachent les services de tant de talents d'artistes africains, pourquoi il n'en irait pas de même en politique? Pourquoi la Tunisie qui a véritablement la possibilité d'inaugurer la transformation nécessaire de la pratique politique n'y est-elle pas aidée sérieusement? Pourquoi se limiter à ne reconnaître valides que les convictions économiques libérales de certaines de ses élites et fermer les yeux sur ce qu'attend le peuple, ce qui constitue même une condition sine qua non de la réussite de la transition démocratique en Tunisie?
 
Il est bien évident que celle-ci ne réussira jamais sans articulation obligatoirement réelle et institutionnelle avec des structures démocratiques avérées. Aussi, l'adhésion de la Tunisie au système politique européen est une condition plus que nécessaire pour que son arrimage souhaité au système économique de l'Occident soit juste, sérieux et durable. Au-delà de la nécessité économique et politique, c'est une exigence d'éthique. 
 
C'est aussi un symbole éminent de nature à influer sur l'imaginaire du peuple en lui donnant une perspective sérieuse de nature à lui permettre de retrouver la confiance en un Occident dont il n'ignore pas le rôle de partenaire privilégié, mais dont il conteste le cynisme. Surtout si ce dernier démontre enfin sa bonne foi dans la recherche de la paix dans le monde en y agissant activement en Méditerranée par le biais d'une gestion finalement raisonnable et raisonnée du dossier migratoire. 
 
Il est inévitable qu'on ose un jour passer à la création d'un espace de libre circulation entre les deux rives de la Méditerranée par le biais du visa de circulation biométrique que je propose et qui est respectueux des réquisits sécuritaires actuels. Le tout devant se faire dans le cadre d'un espace méditerranéen entre les démocraties avérées et celles en cours de construction.
 
Bien entendu, pour ce faire, il est encore des mentalités à travailler au-delà de la Méditerranée, mais aussi et surtout en deçà. Car si celles des peuples dans le monde le sont déjà en cet âge des foules, elles restent la traîne chez les élites. 
 
En Tunisie, notre peuple est en pleine effervescence démocratique et il suffit que ses politiques aient confiance en lui pour qu'il la leur rende. Et voilà créée l'union sacrée nécessaire pour sortir le pays de sa situation de crise et de son sous-développement économique et politique.
 
La Tunisie est un creuset des valeurs orientales les plus nobles dans un cadre idéal, étant l'espace le plus à l'Occident de l'Orient éternel. Comme ce dernier a été à l'origine de la naissance de l'Occident moderne, cet Occident oriental ou notre Occident d'Orient est appelé à jouer son propre rôle dans l'éternel recommencement de l'histoire humaine en cette époque postmoderne. C'est que le temps y revient; et quel temps, et surtout quel retour, emportant un monde fini avec une faim irrépressible pour un nouveau monde!

La santé politique du peuple tunisien

Finissons par un nouveau salut aux Sfaxiens à l'honneur aujourd'hui en revenant sur ce qui a été, en leur cité si vivante et si industrieuse, une illustration renouvelée de la santé politique de notre peuple. Il s'agit de cette banalité des embouteillages monstres que connaissent nos villes en pareil événement national et auxquels n'a pas échappé hier Sfax avant le match. Mais peut-on encore parler de banalité quand on aura noté qu'il n'y avait pas l'ombre d'un agent de police pour veiller au rétablissement de la circulation? C'est justement à ce moment de la démission de l'autorité instituée que l'on peut s'émerveiller des capacités de notre peuple, seule autorité instituante, faut-il le rappeler, à résoudre ses problèmes en s'autogérant ! 
 
À tous les carrefours congestionnés de Sfax, on voyait des jeunes prendre le plus sérieusement du monde la responsabilité, quasi jubilatoire qui plus est, de pallier l'absence des agents de l'ordre en s'appliquant à décongestionner la circulation. D'aucuns avaient même l'inévitable sifflet, la maestria et la patience  pour gérer des situations des plus inextricables où la bonne volonté des uns côtoyait inévitablement l'égoïsme des autres. Et miracle ! cela marchait, car le fond de l'âme du Sfaxien — et de tout Tunisien, en vérité — est bien sain ! Comment expliquer cela sinon par la foi en un destin et la confiance en ses serviteurs?
 
Ce fut hier le cas à Sfax et cela pourra assurément être le cas pour toute la Tunisie si son équipe politique retenait la leçon sfaxienne et privilégier, en plus du travail sérieux au service du pays, l'entretien de la confiance de son peuple.
 
Alors, Mesdames et Messieurs les politiciens, vous savez ce qui est attendu de vous : un peu moins d'arrogance, de la sincérité et beaucoup de réalisme. Le premier des réalismes étant bien cette humilité à regarder votre peuple vivre ou survivre malgré la crise, en apprenant à le servir et non à vous servir sur son dos. C'est ainsi que vous gagnerez sa confiance; et il vaut bien que vous vous y mettiez enfin! 
 
Et n'oubliez pas que le mental positivé et l'imaginaire servi par les symboles forts — quitte à paraître relever de l'utopie — sont autant d'armes encore plus efficaces que vos idéologies déconnectées des réalités. Voyez à quel point l'effervescence sportive est porteuse des plus nobles réalisations; or elle est la marque majeure de notre temps!
 
Vous n'êtes pas sans savoir à quel point le jeu et le sport nous marquent; de fait, tout est jeu, la politique en étant la quintessence! Seulement, si dans le sport pur, il est encore des règles qui s'imposent et qu'on essaye de respecter et veiller à faire respecter, il en va rarement ainsi en politique où c'est souvent la loi du plus fort et du plus rusé qu'on croit nécessaire de faire triompher. Au mieux, tout devient alors question d'éthique du plus fort, s'il n'est pas le plus fou, la capacité de nuisance du pouvoir sur les neurones humains étant bien connue et prouvée journellement sous nos yeux. 
 
Afin de ne pas tomber dans l'angélisme, toutefois, il nous faut bien évidemment nuancer notre propos sur le sport et son esprit en nous souvenant des scandales qui éclatent de temps en temps malgré la loi de l'omerta des puissances de l'argent. Cela montre bien à quel point même le sport est gangrené par l'hégémonisme du profit.
Et nous y revenons ! C'est le profit et la plus-value qui sont la marque emblématique de la civilisation occidentale. Il est bien établi que cela a eu du bon, mais à quel prix! ce qu'on ne se permettra plus de nos jours. Il est d'ailleurs établi que cela ne peut continuer comme avant même au nom des lois du système économique occidental, la balance pertes et profits étant désormais structurellement déficitaire.
 
La voie du salut, c'est la confiance à faire renaître, et c'est une question de foi; pensons-y! Le terreau tunisien y est propice et la plante y pousse, menue et fragile, mais bien vivante. Ne la tuons pas, elle nous fera tous vivre un meilleur sort. Foi de charbonnier. 
 
Farhat Othman
 
 
Tags : sfax  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.