News - 11.11.2013

Après le vol de "Ganymède" à Carthage: comment arrêter le pillage?

Le vol de "Ganymède", vendredi soir, du musée paléochrétien de Carthage a sucité une émotion qui dépasse les frontières de la Tunisie. Pièce unique d’une valeur inestimable et datant du Vème siècle, elle fait partie du patrimoine universel protégé. Comment préserver ce  patrimoine du pillage systématique, surtout en cette période de relâchement sécuritaire après la révolution ?

Les mises en garde lancées par Adnène Louhichi, directeur général de l’Institut national du Patrimoine, aux voleurs, receleurs et trafiquants impliqués dans ce vol soulignent qu’il s’agit d’une œuvre suffisamment connue dans le monde pour être immédiatement repérée et difficile à écouler, les invitant ainsi à la restituer. Son appel sera-t-il entendu. Au même moment, les autorités algériennes annoncent l'arrestation sur les frontières avec la Tunisie d'un groupe de contrebandiers en possession d'anciennes pièces de monnaies pillées dans des sites archéologiques et qui ont avoué être en connexion avec des terroristes. Là il ne s'agit plus de 'l'histoire pour l'histoire", mais du financement du djihadisme, ce qui est encore plus grave.

Des réseaux criminels mondiaux

Le véritable cri d’alarme est celui de l’indispensable protection du patrimoine. On l'a constaté en Irak après la chûte de Saddam, en 2003 et plus récemment en Egypte et en Syrie. En période de révolutions et de transitions, l’appétit des trafiquants d’œuvres d’art et de pièces archéologiques se trouve aiguisé et les vols se multiplient rapidement. Toute une chaîne d’intervenants se déploie. Il y a d’abord, des spécialistes commanditaires, agissant pour le compte de salles de ventes à la moralité douteuse et des collectionneurs peu regardants sur l’origine de leurs prises. Puis les malfrats du crime international organisé qui se mettent en branle, avec des complicités locales, et tout un réseau logistique d’opération, puis d’exfiltration. Tout cela, les autorités tunisiennes en charge dus musées et du patrimoine le savent bien. Mais, ont-elles obtenu les moyens nécessaires pour protéger nos trésors.

Dès le déclenchement de la révolution, révèle Louhichi, des mesures de première urgence ont bien été prises. Certaines œuvres ont été retirées et placées dans des coffres-forts. D’autres ont été mises en lieu sûr et remplacées par des copies. Mais, tout cela n’a qu’une portée limitée, en raison du nombre d’œuvres à protéger. L’ensemble du dispositif de surveillance, humaine et électronique, de gardiennage à plusieurs niveaux et de sécurité générale est à revoir. Un véritable plan de sécurité, prévoyant un renforcement significatif en moyens techniques et effectifs spécialisés est plus qu’indispensable.

Si beaucoup s’en soucient aujourd’hui après le par le vol de "Ganymède", peu nombreux sont ceux qui se mettront à l’œuvre. Le ministre de la Culture et Patrimoine, s’apprête à remettre son portefeuille. En attendant de connaître le nom de son successeur censé être annoncé dans les toutes prochaines semaines, aura-t-il le temps nécessaire pour lancer ce projet, absolument prioritaire ? Combien de temps prendra, aussi, son successeur, pour s’en occuper ? Et pourtant, il y a grande urgence.

 

Tags : carthage   Mus  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
5 Commentaires
Les Commentaires
Chedlia Annabi - 11-11-2013 20:47

Dans le système de trafic illicite, car c'est un système extrêmement structuré, il y a les acteurs actifs qui sont les trafiquants et les pilleurs qui planifient en connaissant et en gérant les risques, mais il y a aussi les responsables passifs qui tout en connaissant les risques laissent des oeuvres de cette importance dans un petit musée n'ayant aucun système de sécurité ni de gardiennage efficace. Par ces temps d'insécurité n'aurait-il pas valu retirer cette sculpture de l'exposition et la placer dans un espace plus sure ? Les responsables du patrimoine sont les premiers a être condamnés.

mounir baccouche - 11-11-2013 21:12

Et puis quoi encore!!! En voilà une grande preuve de la ruée vers l'anarchie totale dans le pays!

Lihidheb mohsen - 12-11-2013 06:42

Il y aurait toujours eu des filières opérationnelles jouissant de l'aval ou la complaisance officieuse Zabatiste, mais arriver à pouvoir puiser dans nos musées, nous appelle à réagir pour sauvegarder notre patrimoine.

salah souissi - 12-11-2013 14:05

C'est pas nouveau ce genre de vol du patrimoine, ça date depuis longtemps, ils sont tous impliqués et ils n'osent pas intervenir pour arrêter cette hémorragie, j'attire l'attention que le site appelé "Neferis" et qui se trouve dans la région de Grombalia à fait l'objet de plusieurs pillages et malgré que les autorités locales ont arrêtés en flagrant délit l'un des pilleurs ils l'ont lâché tout de suite, il est à noter que les pièces à conviction sont jusqu'à ce jour gardés dans une ancienne batisse !

Youssef Cherif - 13-11-2013 00:20

Le même musée a été cambriolé une fois sous Ben Ali, alors...

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.