Opinions - 17.10.2013

L'affaire Malek Jaziri: Quand la politique politicienne investit le sport

Trop, c'est trop ! Le parti au pouvoir en Tunisie, avec le silence sinon la compromission de ses partenaires dans et hors la troïka, continue d'usurper une prétendue représentation de l'islam qu'il ne fait que caricaturer, le vidant de ses nobles valeurs humanistes.

Le voilà qui donne la plus triste image de la politique en notre pays qui a fait justement une révolution autorisant une approche démocratique de l'islam comme fait religieux fondamentalement tolérant et pluraliste.

Ainsi, sur le plan national, il prétend participer au dialogue de la dernière chance tout en contestant son fondement même, confiant cette mission à des partis satellites ou dont il a réussi à s'assurer l'alignement de la direction sur sa politique.

Sur le plan international, y compris en dehors de la sphère politique, il fait tout pour accréditer l'idée absolument fausse que l'islam politique n'a pas sa place dans le monde démocratique contemporain. Pour cela, il use et abuse d'une conception antique et délétère de la politique,foncièrement politicienne, celle ayant cours dans les dictatures arabes, oubliant que la Tunisie s'est justement libérée du joug de pareil passé de honte.Aussi en mêle-t-il une vision manichéenne à tous les aspects de la vie, y compris en ce domaine par définition rétif à toute manifestation politique — devant rester synonyme de fair-play — qu'est le sport.

On apprend, en effet, que le joueur de tennis tunisien Malek Jaziri vient d'être contraint par la fédération tunisienne de déclarer forfait au tournoi de Tachkent pour ne pas avoir à affronter son adversaire du jour de nationalité israélienne, Amir Weintraub.

Le plus calamiteux en l'affaire est que l'on n'ose pas assumer une telle décision honteuse, mettant officiellement le forfait sur le compte d'une mythique blessure au genou de l'intéressé.Et ce qui ajoute à l'énormité de l'irresponsabilité de nos responsables, c'est que les adversaires du jour sont deux amis appartenant au même club localisé en banlieue française et entretenant les meilleurs rapports humains et sportifs.Bien pis ! Tout cela se fait en violation flagrante des valeurs dont on se réclame, faisant le fonds de commerce du parti au pouvoir, soit notre religion si tolérante et si noble dans son humanisme de grand format.

Jusqu'à quand doit-on continuer à se comporter comme des autistes, niant les réalités tangibles, mélangeant des domaines incompatibles de par leur essence même, allant jusqu'à ruiner la carrière de nos sportifs n'ayant rien à se reprocher?

Jusqu'à quand poursuivre l'exploitation de la veine immonde de la haine de son prochain, faisant encore du bouc émissaire israélien le prétexte commode pour le service d'intérêts politiciens en totale déconnexion avec les réalités populaires ? Celles-ci, en effet, sont marquées par leur ouverture à autrui, ne mélangeant nullement la juste cause palestinienne et les errements des dirigeants israéliens, qui ne sont que la réplique amplifiée de ceux des responsables irresponsables des régimes arabes.

Le comble du loufoque est bien atteint en l'affaire du jour; il nous ferait juste railler un tel comportement de saltimbanque s'il n'était gros de drames immenses, ses retombées pouvant se révéler dévastatrices à courte, moyenne et longue échéances en termes populaires, et non seulement politiques, diplomatiques, économiques ou éthiques.

Doit-on continuer de fermer les yeux sur la réalité internationale d'un État dont l'existence même est la garantie de celle de l'État palestinien dont on prétend défendre les intérêts? Jusqu'à quand confondre la politique raciste des dirigeants israéliens, le peuple juif et les ressortissants innocents de ce pays? Jusqu'à quand agir contre nos propres intérêts en servant ceux de nos adversaires qui sont bien aise du maintien du statu quo politique actuel qui confirme l'injustice qu'ils font subir au peuple palestinien en violation flagrante de la légalité internationale?

Il est triste de constater que ce que Bourguiba avait préconisé depuis si longtemps déjà est toujours d'actualité; que contester utilement et efficacement la politique de l'État d'Israël nécessite à la fois et sa reconnaissance et le rejet de son comportement inique à l'égard du droit légitime du peuple palestinien. Les Palestiniens, premiers concernés l'ont enfin compris; comment oser nier encore la réalité de l'État d'Israël et ses conséquences sur le plan international?

Ce n'est pas en violant à notre tour la légalité internationale et la morale politique, sans parler de la morale tout court, qu'on fera triompher notre droit, combien même il ne ferait pas l'ombre d'un doute. D'ailleurs, moralement, on ne fait que violer l'éthique même célébrée par notre religion,dont le respect serait bien susceptible de nous faire avoir gain de cause dans le concert des nations en nous comportant en justes. L'islamauthentique n'invite-t-il pas à s'élever au-dessus de toutes les turpitudes humaines ? Et c'est bien connu, le vieil adage de droit Nemo Auditur rappelle qu'on ne peut se prévaloir de sa propre turpitude.

Aussi, il est temps que l'éthique islamique fasse son entrée sur la scène tunisienne; d'autant qu'on n'hésite pas de s'en réclamer, cherchant même à l'imposer de force — mais après l'avoir viciée — à un peuple bien trop au fait de son essence pluraliste et démocratique. Il est temps donc que l'islam politique ait un autre porte-parole que le parti majoritaire actuel, qui soit véridique dans son action et dans son propos, tout en étant la manifestation véritable de la Révolution tunisienne. En un mot, en sublimant son aspect cultuel restrictif en ce qu'il est foncièrement, une culture humaniste ouverte sur l'universel.

L'époque d'effervescence révolutionnaire nécessite que s'élève en ce pays un digne représentant du peuple, enfant de la génération T, cette jeunesse tunisienne d'une Tunisie Nouvelle, en mesure d'être juste de voix et de voie !

Que les corsaires actuels de la volonté populaire, les flibustiers de la souveraineté nationale, aient la dignité de s'effacer pour laisser la place à la jeune génération porteuse des vraies valeurs de l'islam populaire, tolérant et œcuménique dans son universalisme. C'est un islam paisible que notre pays mérite, en mesure d'y honorer à sa juste valeur le Coup du peuple, y faisant réussir l'islam politique tunisien. Or, la seule déclinaison de notre religion en mesure de réussir est bien celle que nous connaissons sur l'antique terre de Carthage, étant en son éthique, ses desseins et visées foncièrement humanistes, conforme à l'esprit et à la lettre de la démocratie et des droits de l'Homme dans leur universalité.

Aujourd'hui, eu égard à ce qui précède, il n'est qu'une seule issue de nature à sauver l'honneur, non seulement du gouvernement actuel et des responsables au pouvoir, mais aussi et surtout de celui de la Tunisie et du peuple tunisien : que le ministre des sports et les responsables de la fédération de tennis remettent leur démission sans tarder. Ils ont altéré l'image démocratique de notre Nouvelle République.

Farhat Othman


 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
6 Commentaires
Les Commentaires
sihem - 17-10-2013 15:52

vous me rappelez le fable de la Fontaine; le loup et l'agneau. Je ne puis troubler sa boisson. - Tu la troubles, reprit cette bête cruelle, Et je sais que de moi tu médis l'an passé. - Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ? Reprit l'Agneau, je tette encor ma mère. - Si ce n'est toi, c'est donc ton frère. - Je n'en ai point. - C'est donc quelqu'un des tiens : Car vous ne m'épargnez guère, Vous, vos bergers, et vos chiens. On me l'a dit : il faut que je me venge. Là-dessus, au fond des forêts Le Loup l'emporte, et puis le mange, Sans autre forme de procès.

FRED - 17-10-2013 19:21

Bonsoir, Si vous êtes logique il faut demande à W. BEN YEDDER joueur de foot de Toulouse (France) d'arrêter de jouer avec son club qui comprend dans ses rangs un israëlien (Ben Basat).Imbéciles de politiques, la religion est bien l'opium du peuple.

Grislain Hédia - 17-10-2013 22:46

N'importe quoi! Le boycott d'israël passe aussi par le sport! Un peu de solidarité avec le peuple palestinien, oprimé par un état voyou, rien à voir avec l'islam.....bien des sportifs occidentaux ont boycotté isrël. Alors un peu de solidarité d'un sportif tunisien n'est pas coutume et serait la moindre des choses!

chennoufi - 17-10-2013 23:26

Le plus comique dans l'affaire c'est que les 2 joueurs évoluent dans le même club l'AAS Sarcelles en région parisienne et participent ensemble au Championnat de France en double. C'est de l'hypocrisie voire du cynisme.

slim - 18-10-2013 12:35

Cette politique de boycotte choisie par certains de nos politiciens et hypocrite. Elle accable nos sportifs, intellectuels, artistes, hommes et femmes d'affaires, journalistes, et scientifiques, avec le seul objectif de marquer des buts politiques, et non pas humanitaires. Ces même politiciens n'ont rien fait pour intégrer les Palestiniens restés bloqués au camp misérable de Choucha. Qu'ont ils fait pour absorber des réfugiés Palestiniens et leur octroyer la citoyenneté Tunisienne? Parler de leur retour après 60 ans passes dans des camps de réfugiés minables est honteux. Ils savent pertinemment que ces réfugies ne retourneront point. Au moins, avec la paix (comme celles signées par tant d'autres peuples meurtries en guerre) les parties du conflit pourront au moins tourner la page et établir une vie normale pour les générations futures. Au fait, ces mêmes politiciens consomment sans aucune retenue des produits qui ont été développés en Israel comme une bonne parties des technologies des portables et des ordinateurs, ainsi que certains médicaments, pour ne citer que quelques exemples. Que cela nous plaise ou non, les Israéliens se développent grâce a leur efforts et a leur intelligence, et nous, nous gaspillons notre intelligence et nos efforts a poursuivre des politiques populistes vidées de toute intelligence.

Mohamed Riadh ZAHRA - 19-10-2013 07:21

Maladie de l'islam; c'est plutôt ces malades qui ne pensent qu'a ingérer l'Islam là partout; le problème c'est les gens qui pensent de cette façon; le conflit Arabo-israelien n'est pas un conflit religieux; même avant la révolution on ne joue pas contre un Isralien: trop bête

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.