News - 16.08.2013

Elyès Jouini: «Il faut demander au gouvernement ce qui n'a pas été fait »

"Si elle n’est pas désespérée, la situation économique en Tunisie est très grave", estime Elyès Jouini dans une intervention, jeudi, à la tribune du Club Finance de l’ATUGE à Tunis. « Les facteurs déclencheurs de la révolution, à savoir le social et l’économique n’ont pas la priorité aujourd’hui, le problème étant devenu essentiellement politique, a-t-il expliqué. Du coup, nous n’avons plus la main sur ces questions qui devaient être majeures". "Lorsque la Tunisie s’était adressée en mai 2011 au G8 en sommet à Deauville, rappelle-t-il, nous étions en situation d’investissement et avions alors obtenu de réels engagements. Aujourd’hui, nous nous endettons pour boucher les trous budgétaires. C’est dire combien nous avons réduit nos marges de manœuvre».

Jouini n’hésite pas à porter un jugement critique sur le  « gouvernement légitime issu des urnes » : « Il a préféré privilégier sa clientèle, dit-il, reproduisant les schémas du passé. Ce que l’on peut lui reprocher, ce n’est pas ce qu’il a fait, mais ce qui n’a pas fait ». Mais, d’un autre côté, il interpelle l’opposition : « Nous devons nous interroger sur nos capacités à proposer des alternatives non seulement politiques, mais aussi et surtout économiques et sociales ». Dans cette démarche, il considère que se limiter à un discours économique et social serait loin des véritables attentes. La véritable question qui se pose est comment faire des investissements tout en ayant à l’esprit la justice sociale et la répartition équitable entre les régions les plus défavorisées.
 

Tags : atuge   Ely   Tunisie  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
5 Commentaires
Les Commentaires
ben hamida naji - 17-08-2013 05:01

Vous demandez à un gouvernement incompétant économiquement, à gérer les affaires du pays, Le drame dans cette situation est ce gouvernement est inculte sur tous les plans: il a comme bagage quelques connaissance rudimentaire de gestion et de droit, et manque cruellement d'expérience et de talent. Ce sont des amateurs, aucun plan économique prévu, et aucune vision ou perspective en dehors de l’obsession de se maintenir au pouvoir, Alors discuter avec cette secte assoiffée de pouvoir est du temps perdu

mhamed Hassine Fantar - 17-08-2013 09:11

La conjoncture qui prévaut en Tunisie laisse bien voir qu'on ne saurait aborder aujourd'hui la situation économique et sociale ssns avoir au préalable résolu le problème politique.Ceux qui sont au pouvoir, tous les observateurs les reconnaissent responsables de la dérive: ils ne maitrisent pas la barre si bien que le navire s'enivre et, de ce fait, se trouve balloté et la lame des profondeurs s'apprête à le pécipiter dans les abysses.Cela veut dire que tout dépend de l'incompétence, consciente, vorace et cupide de celui qui tient la barre.Dans la situation actuelle, on se trompe si l'on ne prend pas en compte et en premier lieu, le problème politique. En s'associant à l'UGTT, L'UTICA l'a bien compris. Aidons les à faire valoir leur initiative et soutenons leurs propositions qui recèlent la clé du problème .

Dr. Néjib BOURAOUI (Politologue) - 17-08-2013 13:39

Une bonne partie de notre élite nationale agissant aussi bien au niveau du gouvernement qu'au niveau de l'opposition s'est avérée inexpérimentée, incompétente, non imaginative et divisée. Pour cette élite, la politique n'est rien d'autre qu'un amateurisme de survie et de pérennisation au pouvoir et à l’exhibitionnisme médiatique ! Demander au gouvernement ce qu'il n'a pas fait, risquerait d'élargir le champ de la polémique byzantine...! Aujourd’hui, l’urgence réside plutôt dans la création d'un gouvernement de compétences nationales jouissant de la confiance de la TROIKA et de l'opposition comme seul moyen de sortir de la crise actuelle, de parachever rapidement la période de transition et de passer aux prochaines élections nationales qui doivent être impérativement surveillées et contrôlées par des organisations internationales spécialisées afin d’exclure toute tentative de falsification des élections, sachant qu’un grand dirigeant actuel de l’opposition en Tunisie s’est avéré – au vu de son propre mea culpa (!) - un grand professionnel de la falsification… ! Quand aux dirigeants d’Ennahdha, dont certains jeunes politiciens continuent encore de séduire bon nombre de Tunisiens, ils doivent faire leur propre révolution interne en se libérant de plusieurs têtes archaïques et incompétentes et en se démarquant solennellement des extrémistes de tous bords avant qu’il ne soit trop tard… !

sihem - 17-08-2013 17:34

les tunisiens et surtout l'élite pense que les autres sont incompétants économiquement, à gérer les affaires du pays, les autres sont incultes comme l'écrit ci dessous une opinion. alors que l'allemand pense qu'il n'est pas parfait d'ou la grande différence dans la vie de tous les jours à partir de la manière de conduire une voiture jusqu'au respect des élus

bearnais - 18-08-2013 11:38

Je dis et Je fais de le repeter depuis + de 6 mois à de tres nombreux hautes personnalites TUNISIENNES de l' opposition et et de la majorite au pouvoir c'est l'homme de la situation Elyes Jouini correspond au besoin de ce pays pour developper une politique et une confiance économique qui permettra a la TUNISIE de garder le cap vers le futur mais il faut qu'ils agissent en toute liberte et avec l'appui des tenants et et opposants du pouvoir, et il pourra tres vite relancer ce pays vers le futur , il sait et choisira les hommes clef du ce pays , 50% sont passes entres ses griffes sur les bancs de l'université françaises et tunisiennes , il connait les capables et les nuls de chez nul Ce pays voudra- t-il de cet hommes de hautes compétences ,c'est cela le vrai problème observons ce qui se passe en Egypte ou ce pays va vers une tres graves crises la guerre civile est toute proche , ce qui se produit en Tunisie est aussi grave mais avec un terrorisme latent qui est tres important Vos frontieres sont de vrais passoires Comment contrôler tant de territoires avec si peu d'hommes et des moyens faibles en période de crises mondiale dans ces régions stratégiques de toutes les circuits de passages d'armes avec deux pays livrer au cahot socials et politiques il faut être réaliste et pragmatiques il ne faut pas se cache la face TUNISIEN

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.