News - 17.05.2013

Comment a été pendu le tueur en série de Nabeul

«Lorsque nous avons ouvert la porte de sa cellule et nous nous sommes mis à trois sur lui pour lui mettre les mains derrière le dos et lui passer les menottes, Naceur Damergi, le tueur en série de Nabeul, était pris de surprise. Mais, rapidement, il a réalisé ce qui devait lui arriver, se souvient Am Hassen. En le soulevant, il  avait les jambes qui flottaient et s’est mis à répéter sans cesse: Que Dieu me pardonne. Nous l’amenons au bureau du juge. Celui-ci était assis derrière son bureau accompagné de deux autres magistrats et d’un officier municipal d’Etat civil. Un imam et un médecin se tenaient prêts, tout comme le directeur  de la prison, le directeur général des services pénitentiaires et une équipe dépêchée de l’hôpital pour recueillir la dépouille».

Le magistrat commence par demander au condamné à mort de décliner son identité puis lui rappelle la sentence prononcée à son encontre, suite à ses 13 assassinats reconnus, avant de lui demander ses dernières volontés. Et là, nous assistons à une scène hilarante. Damergi dira : «Je demande au Bon Dieu de me pardonner». Ce à quoi le magistrat répond, sur un ton pince-sans-rire: «Vous allez à sa rencontre, arrangez-vous directement avec Lui !». Abasourdi par la réplique, le condamné à mort me regarde et me dit : «Voulez-vous que je lui manque de respect?» Puis se reprend. Il demande à boire. D’une seule gorgée, il vide toute une grande carafe d’eau, puis se met à fumer une dernière cigarette.

Exécution!

Avec mes deux autres collègues, je le conduis vers l’échafaudage, lui met un bandeau sur les yeux et une cagoule sur la tête, avant de lui passer la corde autour du cou. Il est 3h15 du matin. Un grand silence enveloppe la cour de la prison. L’émotion est vive. De loin, j’entends les rugissements des lions en cage au zoo du Belvédère. Le signal est donné. J’actionne. La trappe s’ouvre.

«D’habitude, il faut compter 4 à 5 minutes pour que le pendu rende l’âme. Le médecin lui tâte le pouls. Dix minutes passent, le cœur bat encore. Le médecin me regarde comme pour demander s’il va falloir recommencer. A la treizième minute, il passe à trépas. Comme si le Bon Dieu lui a déjà fait subir, minute par minute, chacun de ses treize abominables crimes.

Je monte sur une échelle spéciale pour  desserrer  et retirer la corde qui lui était mise autour du cou, récupérer le cadavre sur mes épaules et le descendre. Je le mets sur un brancard et l’équipe de l’hôpital l’emmènera alors à la morgue. On me rapportera que lorsqu’il devait être inhumé au carré des étrangers (Jabbanet el Ghorba) au cimetière du Jellaz, il a tellement plu ce jour-là que la tombe creusée pour lui était inondée. Certains y ont vu signe du destin. Le Bon Dieu refusait de l’accueillir déjà sous terre. y ont vu certains.

La voiture de service me ramène chez moi. Je fais mes ablutions et mes prières du matin et m’endort. Vers 8h30, on frappe à la porte, ce qui est inhabituel à cette heure-ci. C’est une voisine qui vient nous annoncer, comme pour nous rassurer,  la pendaison du tueur en série de Nabeul. Elle venait de l’apprendre à la radio, car un communiqué était toujours publié après chaque exécution. Elle savait que je travaillais aux  services pénitentiaires, mais ignorait tout de ma fonction exacte. Comme tous les miens»
.

Lire aussi

Leaders ouvre le dossier de la peine de mort: faut-il l'abolir?

Trois semaines en prison avec les condamnés à mort: Le témoignage choc de Samy Ghorbal

Am Hassen sera-t-il le dernier bourreau?

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
5 Commentaires
Les Commentaires
fadhel - 17-05-2013 20:39

ce bourreau recommence cette action depuis sa jeunesse,c'est un travail de routine .il ne parle pas des beignets qu'il offre après chaque exécution,et des innocents qu'il a pendu et tout ça pour de l'argent.Chaque condamné ne connait pas la date de son exécution,imaginons comment il passe ses nuits et parfois c'a dure des années

jean masi - 19-05-2013 12:20

«D’habitude, il faut compter 4 à 5 minutes pour que le pendu rende l’âme>> 5 minutes, c'est 300 secondes. Comptez jusqu'à 300 et vous connaitrez la durée de cette torture. La justice, ça ne peut pas etre une vengeance.

mongi - 13-07-2013 22:47

la peine de mort est un chatiement immoral tuer c'est toujours criminel, meme quand ca veut prendre le nom d'" acte de justice" soit disant, il me semble que ce monsieur est le dernier à avoir ete exécuté en tunisie et de depuis plus de 22 ans un grand pas de ce pays vers la ciilisation judiciaire !

Romdhane - 16-09-2013 17:29

je dirais tous simplement que c est IMMMMMORAAALLE et BARBAAARE......

adel - 15-03-2014 07:35

13 assassinats dont des enfants violées et sauvagement tué, il mérite même plus que la peine de mort

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.