News - 22.04.2013

Silences, non-dits et apories du Mufti de la République

Il est un des acquis de la Révolution en Tunisie dont on parle si peu, et qui est cette sorte de mise au point photographique qui s'est réalisée par anticipation dans l'inconscient de notre société entre les aspects officiel et officieux de sa vie quotidienne, permettant de dépasser le décalagemarquant ses deux manifestations, le formel institué et le réel instituant. Le premier, legs du passé, continue à vouloir régir la vie de la société à travers un ordre juridique et politique dépassé, mais encore en vigueur, alors que le second, nouvel ordre plus conforme aux impératifs de la société, est encore instable étant en cours d'avènement.

C'est cet état de choses en mouvement, cette sorte d'enracinement dynamique, qui caractérise notre société, dessinant sa physionomie future, mais constituant aujourd'hui ce que d'aucuns, s'arrêtant à l'écume des apparences, nomment crise. Car celle-ci, dans son aspect picaresque mais également initiatique, est bien fondatrice de l'ordre meilleur à venir en notre pays.

Il est toutefois nécessaire d'en rendre compte pour mieux accompagner sa venue dans de bonnes conditions. Il nous est impératif de nous débarrasser au plus vite d'une antique façon de voir les choses à la lorgnette de l'ordre saturé afin d'apprécier les avantages du paradigme nouveau, fruit de la Révolution. Ainsi nous est-il demandé, dans notre vision morale de cette réalité encore en pointillé, d'abandonner notre sempiternel discours qui reste un mélange de vérités et de contre-vérités et surtout une totale absence de logique et de ce nécessaire courage d'aller au bout de son raisonnement.

Pour l'illustrer, je prendrai les derniers propos du Mufti de la République, Cheikh Othman Battikh, lors du tout premier point de presse qu'il vient de donner. Et ce bien au-delà des bonnes intentionsayant animé ses propos marqués au sceau de la modération et de la tolérance, ce qui n'est pas pour étonner, au reste, étant les caractéristiques de l'école zeitounienne qui fut en son temps, comme le rappelle lui-même Cheikh Battikh « un phare de Science et de Savoir » avant de sombrer dans des silences coupables.

Pareils silences ne sont pas absents chez notre vénérable Cheikh, auxquels s'ajoutela fâcheuse habitude,trop vite prise par nos jurisconsultes, de non-dits bien que contraires à l'esprit même de leur religion, sans parler d'une tendance à l'aporie, le raisonnement du Mufti étant, par moments,truffé de contradictions et de paradoxes.

Jihad mineur clos et Jihad majeur continu

S'agissant du Jihad, Cheikh Battikh précise bien que « combattre en Syrie n’est pas du Jihad »,mais plutôt « une forme d’exploitation des jeunes démunis aux conditions de vie précaires ».Et il ne manque pas de rappeler que l'islam prévoit, aux côtés du Jihad armé proprement dit, un second type, bien supérieur, qui est le jihad spirituel, admirablement défini et mis en pratique par le courant soufi.

Cependant, il a le tort de ne pas tirer la conséquence logique qui s'impose, à savoir que le Jihad contre autrui est terminé du moment que l'islam est désormais ancré dans les cœurs, son terrain maintenant ayant lieu exclusivement à l'intérieur de notre propre personne.

Or, c'est là l'argument imparable pour justifier l'interdiction de combattre autrui, fût-il musulman, car le discours tenu sur les Syriens ne tient pas, puisqu'on a beau jeude rétorquer, par exemple, qu'on peut être musulman hypocrite. C'est pourquoi barrer la route à toute argutieen ce domaine, c'est déclarer désormais clos le champ du Jihad armé.

Ensuite, notre Cheikh tente maladroitement un raisonnement qui n'est déjà pas en mesure de convaincre des religieux modérés, à savoir que « tout musulman ne combat pas son frère musulman ».C'est que l'histoire arabo-musulmane, aussi bien dans les faits que dans les théories et les systèmes de pensée, a suffisamment montré la faille rédhibitoire de pareille logique.

De plus, on ne peut prétendre laisser les Syriens entre eux, car l'islam est par définition ouvert à l'autre et entend créer la communauté la plus large, nonobstant tout critère de race et surtout de nationalité. Là encore, seul le courage de dire qu'autrui est notre frère, quel qu'il soit,qu'il est éligible à notre communauté ouverte à l'altérité, est de nature à désamorcer tout relent de bellicisme.

Il nous faut donc oser soutenir que le jihad mineur est clos et que le musulman qui pratique le Jihad spirituel, seul jihad possible aujourd'hui, est en mesure de faire gagner encore plus de territoires à l'islam. Par ce jihad suprême et ultime, celui qu'on pratique sur soi, on peut aussi, en parfaite conformité avec les préceptes islamiques,aboutir au grand Soi qui réunirait tous les humains par une foi commune, celle en la paix. Or, l'islam est paix, d'abord et avant tout !

De la morale à la moraline

Le raisonnement du Cheikh relatif aux aspects moraux des pratiques bellicistes n'est pas plus convaincant, n'échappant pas au paradoxe et au non-dit. Il utilise à tort les arguments usés de la « mauvaise éducation » ou d'une « forme de prostitution » pour évoquer justement l'effort fait par les jeunes afin de donner un fondement religieux incontestable à des pulsions en eux qu'ils ne veulent plus réprimer. Ce faisant, ainsi que le leur impose l'esprit du temps,ils cherchent à assumer plus librement leur condition humaine ainsi que le leur permet leur religion et ce le plus normalement et le plus moralement du monde.

Paradoxalement donc, on assiste à notre cheikh qui a recoursbien volontiers à la moraline, cette caricature nietzschéenne de la morale, quand les jeunes cherchent à la sublimer, la faisant passer au stade supérieur de l'éthique. Celle-ci, du fait de la caution religieuse, est même esthétique, au sens de conformité avec les sensations physiques et les sentiments de ces jeunes comme êtres humains.

Ainsi, parler de « manque de moralité » ne peut suffire devant pareil besoin vital en l'être de chair et de sang de vivre sa nature, surtout si on réussit à la conformer à ses convictions religieuses. Cela permet alors au mariage à des visées de jihad d'être réduit juste à la satisfaction de la sexualité et de la vivre en toute liberté moyennant un zeste d'aventure que constituerait l'engagement dans des combats. Aussi, la guerre de Syrie ne serait pas bien différente du combat habituel pour vivre chez les filles qui sont démunies, manquant de tout, ou encore rien d'autre que des sensations qu'un jeune est amené à rechercher en pratiquant des sports extrêmes, par exemple.
Évoquer aussi la duperie et l'arnaque à propos de ces jeunes filles parties en Syrie n'est pas nécessairement vrai et ne donne pas de solution convaincante, pas plus que d'exciper l'argument éculé de leur conscience et de leur éducation devant les amener à toujours préserver leur honneur.

C'est que le sens de l'honneur a évolué avec la vie que nos jeunes mènent et ils arrivent aujourd'hui à faire une interprétation de nature à concilier les besoins naturels de leur condition humaine, notamment dans sa dimension sexuelle, et leurs convictions religieuses. Cela, d'ailleurs, a toujours existé en notre religion dans sa conception populaire autorisant bien des libertés avec la déclinaison rigide et liberticide de la morale, qui n'est de rigueur qu'officiellement.

Aspects populaires de la religion

Pour revenir au concept de Jihad, on voit bien l'impasse dans laquelle se fourvoie notre Mufti quand il évoque sa licéité en Palestine avant de nuancer aussitôt ses propos, précisant qu'il n'est pas nécessaire de se déplacer en Palestine et qu'il suffit d'être solidaire avec ce pays.

Il aurait bien fait d'éviter pareille contradiction décrédibilisant son propos auprès des jeunes en étant bien net sur la fermeture légale du jihad ainsi que spécifié ci-dessus. Tout autre combat ne relève que de la politique et obéit donc aux règles de la politique. C'est d'ailleurs ainsi que, dans leur pratique populaire, les musulmans ont toujours interprété leur religion, lui déniant le caractère de religion belliqueuse et de haine. 

En termes de guerre d'agression et de colonisation, si le combat est possible, ce n'est pas du fait de la religion, mais des principes régissant les rapports humains, légitimant de se défendre et d'agir pour la paix, même si cela peut amener à recourir aux armes. Certes, on peut trouver des bases religieuses à pareille conception séculière, mais il n'est nul besoin d'y avoir recours pour légitimer ce qui est déjà légitime soi-même. Ainsi évite-t-on de dévergonder notre religion en la mêlant à tout et à rien, surtout à la politique aussi imparfaite que la nature humaine.

Bien évidemment, notre religion est duelle, une croyance et une politique à la fois; mais comme pour le jihad, la conception politique doit être centrée sur les conditions pour un meilleur vivre-ensemble en société en vue de la réalisation de la cité islamique idéale et non la gestion des avatars de la vie des hommes et la conséquence de leurs imperfections et turpitudes. 

C'est ce même élan vital auquel on arrive aujourd'hui, en prolongement logique de l'islam populaire, qu'on retrouve chez les plus traditionalistes dans la jeunesse,renouant avec les fondements religieux pour le mariage coutumier ou provisoire. Là encore, il ne sert à rien de contrer cette tendance forte chez les jeunes vers la liberté de disposer de leurs corps et de vivre leurs pulsions en conformité avec leur religion en lui opposant la légalité du contrat de mariage. Il serait plus judicieux et en tout cas inévitable de procéder au renouvellement de notre conception légale des rapports hors mariage en reconnaissant leur licéité à la manière de ce qui existe de par le monde à travers le concubinage, par exemple.

Une religion de liberté

Plus généralement, c'est la liberté de mœurs que l'on doit reconnaître avec ce qu'elle peut impliquer de rapports sexuels libres hors mariage. Aujourd'hui les jeunes traditionalistes y arrivent moyennant des structures religieuses, mais ils ne font que revenir à la structure anthropologique constante qu'est la liberté des mœurs privées. Il faut donc bien s'y résoudre : la licéité des rapports extraconjugaux s'impose dans notre société; et comme on n'ose pas le faire dans le cadre civil, elle trouve le fondement adéquat dans notre religion.
Cela me permet de revenir sur une affirmation essentielle à laquelle tous les intégristes, religieux comme séculiers devraient y venir fatalement, à savoir l'extrême libéralité de notre religion en matière de vie privée et ce dans le cadre plus général du respect de la liberté humaine en islam.

Ainsi, et pour prolonger le propos sur la nécessaire libéralisation des rapports sexuels hors contrat, je rappelle ce que j'ai démontré, preuves à l'appui, que les rapports homosexuels ne sont nullement interdits en islam et que la législation répressive des pays musulmans en ce domaine est une supercherie et une pure offense à l'esprit tolérant de notre religion (Voirsur le sujet mon article circonstancié en arabesur mon blog Tunisie Nouvelle République :http://tunisienouvellerepublique.blogspot.fr/2012/12/un-islam-reenchante-2.html). 

La vision anachronique de notre Mufti se retrouve aussi dans ce qu'il dit de la Mosquée Zitouna, estimant qu'elle ne convient plus à l'enseignement au prétexte que les sciences modernes nécessitent un certain appareillage, oubliant que nombre d'autres sciences ne l'exigent nullement, telles les sciences sociales et humaines dont la place est bien dans une mosquée selon son rôle originel.

En effet, contrairement à ce que soutient encore Cheikh Battikh prétendant qu'il n'est plus possible de réunir aujourd'hui la prière et des cours, c'est parfaitement possible moyennant un certain réaménagement des lieux. Ce serait d'ailleurs tout bénéfice pour l'islam de renouer avec sa tradition faisant de la mosquée un lieu de savoir et de sciences.

Il reste, bien évidemment, que ce savoir et cette science s'y fassent selon l'esprit véritablement islamique qui est ouvert à tout savoir, sans a priori dogmatiques ni orientations préétablies de quelque nature qu'elle soit. D'ailleurs, si on revenait aux incunables de nos sciences islamiques, on serait bien étonné de la liberté de leurs auteurs et de l'extrême variété des sujets abordés sans la moindre autocensure, ne serait-ce que prétendument morale. Notre religion n'est-elle pas, d'ailleurs, la plus explicite en matière de sexe, le considérant comme un aspect essentiel de la nature humaine dont elle rend parfaitement compte ?

À divinité absolue, soumission exclusive

Enfin, les propos de notre cheikh relatifs à l'institution de l'ifta telle qu'elle est pratiquée en Tunisie sont tout aussi discutables dans la Nouvelle Tunisie, exprimant un traditionalisme qui n'est plus en phase avec l'esprit nouveau soufflant en notre pays. Cet esprit est à la liberté, y compris religieuse, et il serait sain de revenir à la tradition islamique de liberté religieuse, la fatwa n'étant qu'un avis parmi d'autres, ne prétendant nullement être infaillible et ne supposant point institutionnalisation.

De fait, en islam, si la soumission à Dieu est absolue, correspondant à l'absoluité divine, c'est qu'elle lui est réservée, le musulman ne devant nulle soumission à quiconque d'autre; car à divinité absolue, soumission exclusive ! Ainsi peut-on affirmer sans le moindre risque d'erreur que l'islam consacre la liberté du musulman.
Par ailleurs, on ne le répétera jamais assez, il n'est pas d'église dans notre religion, même si les musulmans ont cherché et cherchent à contourner cette réalité en instituant diverses institutions censées représenter le croyant et l'encadrer. Passe encore si un tel encadrement n'a pour ambition que de l'éclairer objectivement sur sa religion; or, souvent, sinon toujours, il se transforme en autorité censée détenir une vérité infaillible.

Aussi,il vaut mieux l'anarchie de la multiplicité des avis contraires, qui est susceptible de faire débat, que d'avoir affaire à une conception officielle del'islam qu'on veut institutionnaliser. C'est ce qui a amené à la sclérose de notre religion en la vidant de tout ce qui en a fait une révolution mentale en son temps et qui permettrait de lui faire retrouver cet esprit révolutionnaire du fait religieux le plus en phase avec son époque, sinon en avance sur les archaïsmes de son temps.

Pour fonder la nécessité de la variété et la diversité en islam, il suffit de rappeler que le coran fut révélé en sept parlers et que ses lectures furent multiples, jamais unifiées, sinon si peu, et bien tardivement.

Il ne faut donc pas hésiter de dire que l'ifta n'est que l'effort de réflexion ouvert à tout un chacun en islam, sans restriction aucune, permettant le débat d'où, seul, peut jaillir la lumière du savoir. Rendant ainsi sa religion au peuple, l'encourageant à y réfléchir et à mieux l'étudier en toute liberté ainsi qu'il le fait dans sa vie quotidienne en s'adonnant à une religion bien plus populaire dans ses manifestations qu'institutionnelle, on ne fera que du bien à notre religion, la faisant échapper aux pouvoirs divers qui veulent en contrôler l'interprétation et l'application.
C'est à ce rôle que doit s'attacher le Mufti pour qu'à terme l'islam revienne dans la sphère privative de tout musulman dans ses aspects touchant à sa vie quotidienne et aboutissant à sortir notre religion de la sphère de l'État et de ses institutions qui l'étouffent, restreignant son originalité et ses capacités inouïes d'innovation.
Car l'islam baignant la vie de tous les jours de chaque musulman dont le rapport avec son créateur est direct et exclusif, a-t-on encore besoin d'un Mufti ou d'un ministère des Affaires religieuses ? Ces deux institutions devraient être refondées dans un même organisme chargé de réfléchir à la révision de la lecture actuelle de notre religion.

Basée sur un riche legs du passé qui fut grandiose,elle nécessite qu'on fasse l'inventaire de cet héritage afin d'arriver à réajuster notre approche de l'islam selon ses principes fondamentaux, ses visées et ses valeurs qui sont en parfaite conformité avec les valeurs de notre temps.

Pareil organisme pourrait être un haut conseil de la réforme islamique réunissant sans exclusive idéologique tout penseur susceptible de permettre la rénovation de l'interprétation de notre religion afin de lui éviter de rester ce qu'elle est devenue, un pur culte, et donc renouer avec ce qu'elle est bien au fond, une véritable culture universaliste.

S'agissant des missions actuelles de la Maison de l'Ifta, elles seraient dévolues aux associations islamiques dont l'action ne devrait plus se limiter aux aspects cultuels, mais être d'abord culturelle en conformité avec la nature de l'islam en tant que culture et civilisation humaines.

Ainsi rendra-t-on leur belle religion aux musulmans, tous les musulmans, quels que soient le degré de leur foi et la nature de leur pratique, l'islam appartenant à tout croyant en l'unicité divine. Ainsi et ainsi seulement redonnera-t-on son éclat à une religion, fait religieux de son temps par excellence.

Farhat Othman

Tags : islam   r   Tunisie   zitouna  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
mehrez - 23-04-2013 07:25

ce qui s 'écrit clairement se comprend aisément ce qui n est pas pas le cas de votre texte ampoulé se voulant savant.j 'ai compris le Mufti de la république car il s 'exprime dans un langage clair j 'ai retenu qu'il était contre l 'envoi de jeunes filles souvent des miliux populaires comme chair à plaisir pour le plaisir sexuel des djihadistes en Syrie et il m 'a expliqué.on ferme les bordels en Tunisie et on installe des bordels itinérants en syrie avec comme victimes des jeunes femmes tunisiennes endoctrinées.la liberté sexuelle c 'autre chose le mariage orfi n''a rien à voir avec le niqah ou zawaj el mitha qui est soit disant la bénédiction d 'une relation sexuelle ephemere.dan les deux cas le Mufti a raison seul le mariage civil garantit à la femme e aux enfants leur droit.la sexualié et le libre usage de son corps font débat partout dan le monde y compris dans les pays développées regrdez la virulence du débat pour le mariage des homosexuels ou les conseils d 'abstinence de l 'Eglise.ce qu'il faut simplifier par contre c 'est le mariage des jeunes par une aide de l'Etat des facilités de logement etc.je conclurais par ceci reste qu 'un homme qui a plusieurs aventures est regardée avec indulgence par toutes les sociétés et pas l 'inverse mais les choses evoluene

Rachid Barnat - 23-04-2013 08:30

QUAND L'HYPOCRISIE ATTEINT LES CHEIKHS ZEITOUNIENS ! Le mufti de la Tunisie manque de courage ... ou de culture !! Savait-il que ces prédécesseurs en leur temps avaient rejeté fermement le wahhabisme ? !! - Comment se fait-il qu'il ne se réveille que maintenant, alors que le wahhabisme fait des ravages dans la sociétés tunisienne depuis le retour de son exil londonien du gourou ? - Pourquoi tant de mollesse pour condamner la politique guerrière (jihadiste) de Ghannouchi qui fournit son maître l'émir du Qatar en chair à canon, en enrôlant nos jeunes pour un jihad contre des pays (Syrie, Libye, Mali ...) dont l'unique tort est de rejeter l'ingérence d'un émir toujours aussi boulimique et à l'appétit féroce !! - Pourquoi ne "bouge"-t-il pas face à un Noureddine El Khademi (nourri au wahhabisme grâce à une bourse d'étude des Ibn Saoud !), qui est entrain de wahhabiser les programme de notre auguste Zitouna ? ! L'identité tunisienne malékite est menacée par un wahhabisme envahissant ... et cet homme semble ne pas s'en inquiéter outre mesure ! Décidément il y a beaucoup de lâcheté en cet homme !!

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.