Opinions - 01.03.2013

Répondez à l'appel de la Tunisie, M. Jebali, refondez l'islam tunisien !

Le devoir vous appelle, Monsieur Jebali, la refondation de votre parti est impossible, vous l'avez vu; il y a trop de faucons dans ses instances dirigeantes et trop d'atermoiements parmi ses colombes. Or, votre vrai parti aujourd'hui est la Tunisie, adhérez-y; fondez donc une nouvelle Nahdha ! Et que ce nouveau parti soit une véritable résurrection de l'islam sur cette terre de Tunisie.

Vous le savez mieux qui quiconque, l'islam, par définition, se renouvelle tous les cent ans; et on est à l'orée d'un nouveau siècle. Votre expérience et le courage dont vous avez fait montre récemment vous commandent désormais d'être à la hauteur de vos responsabilités : quittez votre parti actuel qui ne sert plus le pays, cédant aux délices du pouvoir et à ses intérêts partisans. Servez la Tunisie en servant un islam des Lumières.

Certes, votre parti s'appuie,dans son intransigeance, sur celle des élites séculières qui sont atteintes de cette maladie de la pensée héritée de l'ancien protectorat, une Occidentalite où trône une rationalité de façade. Mais, cela n'excuse pas ses propres turpitudes venant du fait qu'il n'a pas fait ce que le peuple de Tunisie a réussi tout seul, sa révolution sur soi.

Nos intellectuels, singeant la France, jugent ce qui se passe en Tunisie à une mesure historique étrangère à la nôtre, faisant du pur transfert psychologique, voyant une guerre de religion là où il n'y a qu'une guerre politique, même si son noyau reste le fait religieux: l'islam étant bidimensionnel, une foi et un code de vie dans la cité.

Il est vrai qu'aujourd'hui, si le progrès de la démocratie est suspect aux yeux de nombre de Tunisiens, surtout dans les rangs du parti dont vous êtes encore le secrétaire général, c'est parce qu'il est souvent revendiqué par des esprits fanatiques aussi, même s'ils se présentent comme étant des séculiers.

Dans l'inconscient français, un parallèle est fait entre le premier meurtre politique en Tunisie après la Révolution — celui du regretté Belaïd, dont vous avez su évaluer les véritables conséquences, contrairement à vos amis du parti —, et le tout premier régicide de l'histoire de France que fut le meurtre d'Henri III. Dans ce dernier cas, rappelons-le, la France était en pleine guerre civile.

Or, la Tunisie ne l'est pas, même si elle n'en est pas loin; il faut donc que des justes osent se lever dans le peuple pour écouter ses revendications et satisfaire ses exigences. Notre peuple est jeune et, s'agissant de l'islam, il en veut une lecture de son temps, l'i-slam dont je parlerai infra. Et vous êtes aujourd'hui en mesure d'incarner pareil espoir. Alors, Monsieur Jebali, évitez à la Tunisie une guerre de religion à la Française, soyez l'Henri IV tunisien, symbole de la tolérance, pour parler pour une fois à la manière de nos élites francisées !   

Votre parti actuel rappelle la situation de l'Église chrétienne avant le concile de 1962 qui rejetait tout progrès possible. Soyez donc l'homme du courant islamique qui sauvera la notion de perfection islamique! Soyez le Teilhard de Chardin de l'islam ou, encore mieux, Bergson assurant que l'évolution est créatrice. Cela voulant dire qu'elle procède par bonds, faites donc faire à l'islam le bond qu'il mérite et dont il est capable, évoluant de son passé illustre vers un nouvel âge d'or aux couleurs du présent !

La tolérance, seul moteur permettant pareille évolution, n'est pas cultivée au sein du parti dont vous assurez le secrétariat général, puisqu'il fonctionne désormais comme un parti classique. Alors, sauvez ce qui reste de valable en lui; osez fonder avec ses militants sincères le noyau de ce qui serait un pôle de démocratie islamique en Tunisie, à la manière des partis de démocratie chrétienne foisonnant en Europe.

Sociologue compréhensif, je suis aussi diplomate au service de mon pays et de ses valeurs immémoriales, pour lesquelles je fus et je reste fidèle, même si on tient à perpétuer à mon égard l'injustice qui m'a frappé sous l'ancien régime et que prolongent les gouvernements de la Révolution. Je milite donc pour un islam spirituel en notre pays, parlant à la fois au cœur et à la raison, tenant à son authenticité, mais demeurant ouvert à l'innovation; humaniste en un mot, de son temps, et donc postmoderne.

Cet islam, pour mieux suggérer son articulation à l'actualité, je propose de l'orthographier i-slam, contraction de ce symbole de l'interactivité et de la circulation des idées et des humeurs qu'est l'internet et de cette poésie ouverte à tous que notre religion symbolise au plus haut degré.

C'est à une lecture renouvelée de notre religion, sceau des révélations monothéistes, que j'appelle et qui est en totale opposition avec la conception rigidifiée, momifiée même, que les intégristes veulent nous imposer sans se rendre compte qu'ils ne font que violer leur foi en développant une interprétation bédouine vilipendée par le Coran et dénoncée par la Tradition du prophète.

L'islam des Lumières, cet i-slam postmoderne par excellence, est une religion des libertés, toutes les libertés responsables et capables de supporter l'autre dans sa différence, à développer une conception sublime du sacré élevé au-dessus de toutes les turpitudes et donc nullement susceptible d'être atteint par les œuvres humaines qui demeurent par définition imparfaites.

Notre époque postmoderne est à la multidisciplinarité; et notre conviction religieuse, si on l'élève du statut informe de croyance à celui, scientifique, de foi, s'y prête à merveille. L'engagement d'un musulman honnête aujourd'hui est d'être cette sorte de circumnavigation reliant le réel au virtuel, tenant le ciel et la terre liés; donc forcément universaliste, ne reniant en rien les valeurs universelles;un va-et-vient en somme entre le temporel et le spirituel à la manière de notre islam populaire, une sorte de nouveau trajet anthropologique. L'universel humain ne veut pas dire autre chose!

Si l'Église chrétienne, dont la sève est au fondement des conceptions politiques occidentales, était bâtie sur la pierre de Pierre, ainsi que le rapporte saint Matthieu, il n'y a pas d'église en islam où tout se bâtit non pas sur la pierre, mais au limon de la terre afin que ce qu'on tire de la terre — et non pas ce qu'on y lie — puisse aller comme un lierre vers le ciel. Mais cela ne peut être possible que si la foi est dans les cœurs, libre et libérée. C'est bien le cas avec notre islam tunisien dans sa dimension ternaire où le soufisme a une place de choix, cet islam que les intégristes, les salafis du mensonge comme je les appelle, s'évertuent à massacrer. 

Cela,les islamistes de votre partine le comprennent pas ni d'ailleursleurs opposants laïcs qui font leur l'inconscient occidental moderne au moment même où l'on assiste, à la faveur de la postmodernité, au retour du droit au sacré et à la revanche des valeurs du Sud, puisque la postmodernité,dont la Tunisie offre un aperçu basique, n'est rien d'autre.  

La foi véritable, quelle qu'elle soit, doit permettre de voir l'être humain dans l'au-delà de sa représentation, dans sa destinée, par-delà la vie, incluant non seulement la mort, mais aussi sa condition imparfaite, parfaitement assumée, dans sa nudité que masque l'œuvre humaine quand elle est de l'art et non une pure pensée ou une pensée incarnée en pièce artistique n'atteignant pas au sublime.

Malgré tout ce qu'elle nous a apporté, la civilisation occidentale n'a pas échappé à la mauvaise conscience, ayant remplacé la religion par la science, substituant la défiance à la confiance. Or, en Orient, nous avons été épargnés par cela; nonobstant, nos intégristes religieux et laïcs s'évertuent, chacun à sa manière, à réintroduire cette méfiance chez nous.

Seule notre religion populaire, puisant dans les ingrédients intarissables de l'amour, l'amitié et le compagnonnage soufis, est en mesure de s'opposer à pareille dérive. Seule une conception rajeunie de l'islam, émancipée d'un legs des anciens, riche certes mais dont il faut faire l'inventaire selon la rationalité qui est une exigence capitale de notre religion, peut autoriser le réenchantement du monde, faisant de notre islam, un i-slam, une croyance réellement spirituelle. C'est la véritable priorité de l'engagement aujourd'hui en Tunisie, et qui se résout en un accord avec soi-même et avec Dieu.

C'est mon engagement, et je sais que c'est également le vôtre, puisque tous les Tunisiens, épris vraiment de l'intérêt de leur pays, ont vu en vous, comme je l'ai personnellement dit ici même, l'homme de la situation en notre pays martyrisé. Conciliez donc, M. Jebali, la lucidité avec la foi en Dieu; agissez pour éviter le fanatisme de l'engagement, sans renier l'action utile permettant d'être heureux avec soi-même et avec son prochain, sans oublier en rien notre Dieu. Ainsi seulement serions-nous dignes de l'islam authentique, une religion authentiquement des Lumières !

Dans la Tunisie révolutionnaire, il nous faut passer de la croyance musulmane, ce que nous avons comme corpus juridique, à une foi islamique, la religion dont il faut réinventer l'exégèse, ce qui nous élèvera du simple statut de la morale à celui de l'éthique. Il s'agit là de semences de l'avenir que notre peuple a su répandre sur la terre de Tunisie avec son fameux Coup. À vous donc de faire en sorte que les extrémistes de votre parti, n'hésitant pas à tolérer les actes de vrais sauvages de la croyance en Dieu, ne continuent pas de se comporter tels ces Bédouins décrits par Ibn Khaldoun et,à nouveau,de sévir en notre belle Tunisie.

Notre pays, qui est actuellement un véritable laboratoire de la postmodernité, mérite une religion postmoderne, une foi se présentant comme ce lieu qui fait lien, un lieu de la loi éthique élisant domicile dans le cœur du croyant, et un lien avec autrui qui n'est que cet autre nous-mêmes. Un lien aussi avec son créateur, l'homme étant la plus noble des créatures divines, faite à son image, et donc devant être réfractaire à la moindre turpitude; ce qui ne serait que sa foi véritable.  

On attribue à André Malraux le mot selon lequel « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas », ce qui est confirmé par l'époque que nous vivons, comme nous l'assure le pape de la postmodernité, Michel Maffesoli, dans une interview exclusive pour Leaders qui sera mise en ligne bientôt.

Aujourd'hui, la science génétique le précise amplement, on explique l'avenir par le présent et de plus en plus par le passé, l'avenir de l'être humain étant dans ses gènes. Or, la foi est aussi dans les gènes; et donc on expliquera le futur de la Tunisie par sa foi qui est le trait majeur de sa personnalité tout en étant celle de la postmodernité.

Si la morale est un code d'interdiction ou d'autorisation, l'éthique se situe à un nouveau bien plus supérieur, naguère bien spécifié par Spinoza. Aussi, la croyance — et c'est ce que nous voyons encore chez nous — est à la foi, à laquelle nous appelons, ce que la morale est à l'éthique. Avec la croyance, comme avec la morale, on rejoint la religion ou une conception humaine de ses préceptes, donc imparfaite; avec la foi, comme avec l'éthique, on rejoint la science ou une conception scientifique de la religion, donc plus en harmonie avec la vérité.

Contrairement à l'acte de croire, avoir la foi ne consiste pas à être centré sur l'Avoir, avoir une vérité, la détenir, mais plutôt sur l'Être, être en voie, en chemin, en direction vers la vérité (vers-ité). On peut croire avoir raison sans en relever, car on n'est pas la raison; la foi s'y oppose, car raison et déraison coexistent dans l'être humain sans s'opposer, étant en équilibre instable où même — et les sciences psychiques nous l'apprennent — le déséquilibre (des équilibres) n'est qu'une multiplicité d'équilibres.

Il est donc temps de passer à une conception authentique de l'islam dans son entièreté, un islam d'abord culturel avant d'être cultuel. Dans cet i-slam, croire sera une question, celle des philosophes, tous les philosophes; et il ne sera plus un pur culte, soit cette réponse figée, définitive, celle de toutes les religions et encore de nos intégristes.

Si le Dieu de la chrétienté est pour l'homme la promesse d'une bonne nouvelle tout en étant une présence douloureuse dans l'attente et le silence, le souverain Dieu de l'islam est la bonne nouvelle elle-même, qui est une présence heureuse dans la vie ici et maintenant.C'est ce qu'on voit à tous les coins de nos rues sous lestraits d'une religion populaire profane, mais qui n'est pas moins très pieuse, aux canons de l'humanisme et de la spiritualité.

Au mystère comme réponse à l'absurde de la religion du Christ répond, dans notre tradition islamique, le savoir et la connaissance de l'évidence divine dans la nature humaine. Ne continuons donc plus à faire de la grâce de notre religion islamique la pure pesanteur qu'elle est devenue dans un corpus musulman par trop marqué par la tradition judéo-chrétienne. L'expertise, la science infuse, a fait faillite depuis longtemps; continuer de s'en réclamer, c'est faire banqueroute à la vérité,car on n'a en définitive que de la docte ignorance !

Monsieur Jebali, vous voilà devant vos responsabilités historiques. Hier, j'ai appelé cheikh Ghannouchi à entrer dans l'histoire en permettant de refonder notre approche de l'islam, y incluant de nouveau le respect de l'autre dans un rapport apaisé et serein. Mais il a fait la sourde oreille à mon exhortation, cédant devantl'épouvantail intégriste. Soyez donc cecœur de lion dont rêve la Tunisie; agissez pour l'i-slam dans le pays du Coup du peuple!

Farhat Othman
 

Tags : Hamadi Jebali  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
3 Commentaires
Les Commentaires
fathallah - 01-03-2013 19:11

Il n' y a plus en tunisie de personne qui puisse se placer comme le sauveur ou ???? ???????? de la tunisie et des tunisiens.

Tadhamen - 02-03-2013 00:20

"Dans l'inconscient français, un parallèle est fait entre le premier meurtre politique en Tunisie après la Révolution(...)et le tout premier régicide de l'histoire de France que fut le meurtre d'Henri III." J'ai souri en lisant plusieurs passages (exemple, la foi qui est dans les gènes... sans commentaires), mais j'ai carrément rigolé avec celui-là. Une majorité de Français a déjà du mal à situer Napoléon au sein de son époque, alors ça m'étonnerait fort qu'Henri III soit une référence valable. C'est déjà difficile de leur expliquer qui était Chokri Belaïd au juste et de les intéresser à autre chose qu'aux éventuelles retombées de l'extrémisme islamique dans leurs banlieues... L'ennui avec les intellectuels de tous les bords et de toutes les nations, c'est que ce sont avant tout des intellectuels et qu'ils ont du mal à imaginer que l'intellect n'est - hélas - pas la priorité des peuples. Du coup ça fausse complètement leur perception de la réalité des peuples en question. Et de la réalité des religions aussi, apparemment...

Abdellatif Maatar - 02-03-2013 00:42

L'appel lancé par M.Farhat Othman à M. Jebali est certes chargé, très chargé de sincérité et de lucidité digne d'un grand intellectuel tunisien à la fois imbibé de valeurs humaines universelles en parfaite harmonie avec le fin fond de notre patrimoine culturel qui fait notre tunisianité en matière de religion et du vivre ensemble, et imbibé de patriotisme dont notre patrie a besoin plus que jamais. Mais le destinataire de cet appel est-il vraiment en mesure de comprendre comme il se doit le message et d'assumer pleinement la responsabilité historique envers son peuple? A-t-il le profil des leaers de la qualité de Teilhard de Chardin? J'en doute fort. M. Farhat, je salue en vous la profondeur de la pensée et la grandeur du patriote éclairée, mais je veux bien croire que vous avez tapé à la bonne porte.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.