Opinions - 08.02.2013

Surréaliste Tunisie !

Prologue

La nouvelle est tombée, terriblement stupéfiante : on assassine désormais en Tunisie pour la politique ! Il n'y suffit plus de tuer juste par métaphore; il faut ajouter à la violence verbale et morale la violence physique et terroriste. Ainsi, après être passé de la Volonté de vivre à la Volonté de croire, du droit à la vie au droit du sacré, nous voici en train de basculer dans le droit de tuer.

Hier, déjà, une croyance viciée amenait certains jeunes à mourir pour leur foi; aujourd'hui, une même croyance viciée, refusant la différence, la pluralité — et qui n'est peut-être pas nécessairement théologique, pouvant être profane s'affublant, en barbouze, de signes trompeurs, mais ne profitant pas moins du laxisme avec les extrémismes de tout poil — s'arroge le droit divin de prendre l'âme de ses créatures.

Il nous faut nous garder de tout angélisme; la violence n'est pas née au lendemain la Révolution, elle est juste plus visible. Ne l'oublions surtout pas, avant, on était sous une dictature faisant une loi absolue de son bon plaisir; aussi,on ne se retenait pas d'assassiner en toute impunité et quiétude à l'abri des regards, et surtout de la réprobation générale.

Ce n'est plus le cas, et c'est déjà un énorme acquis. Faire l'amalgame, c'est servir la dictature déchue.Que tous ceux qui chercheraient à exploiter ce crime prennent garde donc au risque de paraître les complices de ses auteurs, comme ceux qui n'hésitent pas à commettre le plus vil forfait juste pour étayer spectaculairement leurs thèses, notamment contre le chaos ! La situation est bien trop grave pour verser dans pareille turpitude.

Gardons donc le calme et cherchons à honorer la mémoire de ce nouveau martyr de la Révolution en unissant tous nos efforts, toutes tendances confondues, afin de faire la lumière sur ce qui ne doit pas constituer un tournant dans la vie politique en Tunisie.

Et pour le bien du pays, continuons aussi à réfléchir sur la meilleure façon pour féconder notre révolution modèle en vue d'un système politique qui soit original, à la hauteur de ce que mérite ce pays. 

Du spirituel dans l'art

Aujourd'hui, depuis la Révolution et malgré la situation instable, j'aime déambuler dans les rues de Tunis, des villes de Tunisie; un air de liberté y souffle à tout coin et ruelle. Bien réel, nullement dû à un quelconque transfert ou tout autre mécanisme psychologique chez moi, il est toutefois imperceptible à ceux qui vivent au pays, s'offrant mieux à des yeux ayant cette distance nécessaire pour juger.

Avant le Coup du peuple, vilipendant l'inertie mortifère de nos rues, j'avais tendance à dire que tout recoin de Paris, Rome ou Bruxelles, et la moindre ville des démocraties occidentales, était une culture en soi, parlant art, interpellant l'intelligence.

Aujourd'hui, j'arrive enfin à lire la même chose, et bien davantage, dans nos propres rues, et j'oserais même dire que ce ne sont ni les murs et les monuments ni les lumières ou les ombres qui dégagent l'art, car il est plutôt dans la pâte humaine, le peuple lui-même se révélant de l'art vivant à l'état brut.

Libéré de la dictature, le peuple tunisien, artiste dans l'âme, se retrouve désormais avec lui-même, renouant avec son être, inventant même, au jour le jour, un nouvel art de vivre. Et comme toute nouveauté, cela déroute et dérange les habitudes d'un ordre qui n'avait aucun charme, n'étant que celui de nos cimetières. Aussi, obnubilés par la norme ancienne, certains parlent de désordre, alors qu'il ne s'agit, tout simplement, que de la vie, dont la luxuriance fait forcément désordre. Ce qui restera toujours bien différent de l'inertie des morts. La vie, ce n'est que des ordres, une multiplicité et non une unité écrite en un seul mot, toujours fallacieux, aveugle à l'effervescence populaire, à son excitation et son agitation émotionnelles à la base des communions postmodernes de notre âge des foules.

Quitte à surprendre, malgré tout, y compris les drames affreux dont aucune vie, même la plus policée, n'est épargnée, je soutiens que tout est bon en Tunisie depuis la Révolution. Avec la liberté retrouvée, le pays qui était psychologiquement décentré s'est recentré sur ses fondamentaux; et ses enfants réapprennent à vivre en puisant maintes façons originales dans leurs innés talents innombrables. De fait, il s'y est passé comme une opération de mise au point photographique, levant le flou, clarifiant l'image du pays et de son peuple en la conformant au réel, sans retouches ni falsification.

Quiconque observant attentivement notre peuple avec quelques rudiments de sociologie et de psychologie se rend rapidement compte de la richesse de sa texture, surtout en interstices éloquents d'originalité baignant dans une spiritualité prometteuse. Certes, celle-ci a longtemps été vidée de sa vitalité, réduite à l'état brut, augmenté de nécroses et de scories, mais la liberté retrouvée est en train de la purifier; et les retrouvailles du peuple réel avec son être profond ne sauraient que donner le meilleur d'une psychologie tendue vers l'excellence comme un style de vivre.

Chez le Tunisien, ce style est fait d'un désir de l'ailleurs, une envie de l'autre, y compris le différent, pour peu qu'il soit étranger, n'étant pas encore en mesure de voir l'ailleurs qui est en son tréfonds, et cet étranger que peut être son compatriote.

En cette Tunisie en plein chantier, comme un grand atelier d'art, et pour seconder le peuple, en tirer le meilleur parti, il nous faut désormais un maître artiste comme Rodin faisant parler la roche, transformant en œuvre d'art notre croyance aujourd'hui de marbre; ou encore cet inventeur de l'art abstrait qu'est Wassily Kandisnky qui soit en mesure de faire du style de vivre tunisien un art concret, y portant à son incandescence le spirituel qu'il plaçait au cœur de toute activité artistique.

Or, pour ce dernier artiste, il y a deux structures de l'être ou deux êtres, l'un immanent et qui est cette Vie qui se sent et s'étreint, et l'autre transcendant, posant et se posant dans la lumière, et qui est le phénomène. La tradition occidentale, suivant en cela l'exemple élaboré par la Grèce, assignait à la peinture la tâche de représenter le monde du visible, la dimension phénoménale de l'être. Et ce qu'apporta de révolutionnaire Kandinsky, c'est bien cette rupture avec pareille tradition en démontrant que l'art pictural a pour mission d'exprimer la dimension nocturne, invisible de la Vie. Mais comme dans l'expression de cette dimension invisible, il n'est pas en mesure de transcender la condition humaine dans la mesure où il a recours aux matériaux de la sphère visuelle, aux formes, lignes et couleurs, l'artiste est amené à opérer « un transfert proprement ontologique d'une région d'existence à une autre », en donnant à voir l'invisible dans le visible.

Comme la peinture de Kandinsky, la politique dans la Nouvelle Tunisie est appelée à être l'expression de la Vie et non la représentation du visible, l'assomption des sentiments, tout ce qui est noble dans l'humus humain. Certes, on ne fait pas la politique des sentiments, nous dira-t-on; pourtant, le sentiment est en tout, et c'est juste sa déclinaison qui change, les atours dont on le pare, le mot qu'on leur donne relevant souvent directement de la langue de bois.

Ainsi, nos amis occidentaux prétendent-ils saluer notre Révolution sans faire ce qui est de nature à la consolider réellement ! Ainsi nos politiques prétendent-ils servir le peuple quand ils ne comprennent pas ses émois, les dénonçant comme étant de l'anarchie, oubliant que ce sont les communions émotionnelles qui caractérisent les sociétés postmodernes et que la nôtre, depuis son Coup du peuple, en est l'exemple parfait. Si la situation y est confuse, c'est bien en cela qu'elle reste intéressante; c'est comme si on avait affaire à du marbre brut, et c'est aux politiques véritables de savoir sortir le Rodin qui sommeille quelque part en tout créateur.

Que de rêves dans les yeux de nos compatriotes !

Dans les rues de Tunis, dans un pays enfin libéré de la peur de l'état tout-puissant, on se propose spontanément de m'indiquer la direction des souks, supputant quelque recherche d'adresse dans ma déambulation attentive au moindre détail, la sociologie compréhensive invitant d'apprendre à écouter l'herbe pousser, débusquer l'originalité dans la banalité de l'ordinaire et du quotidien. Quand l'image domestique inattendue est clairement renvoyée, que de déception on lit alors dans les yeux de nos compatriotes, ces yeux où brille si fort le désir d'un ailleurs toujours perçu comme de l'enchantement du fait de ce besoin d'ouverture, même minime, même fugace, qui l'habite sur l'altérité.

Que de choses on peut voir dans les yeux de nos compatriotes, dans les rues et sentiers de ses villes, villages et bourgades, du nord au sud ! J'y ai toujours lu pas mal d'éloquence muette, mais surtout plein de rêves. Nos politiques savent-ils jamais lever les yeux de leurs dossiers — pour les plus sérieux — et de leurs intérêts — pour les plaisantins, nombreux, hélas !— pour les fixer enfin sur le seul baromètre crédible de la santé de la politique, bien plus que leurs prétendus diagrammes, fiches et courbes : les yeux de leurs compatriotes ?

Osent-ils même le faire, pour ceux qui en ont l'occasion, mais dédaignent ces patriotes pourtant associés à eux dans le service du pays,  craignant assurément ce qu'ils y auraient à lire sur leurs vérités? Pourtant, bien plus que de reproches sur leurs turpitudes, ils n'y trouveront que des rêves; mais quels rêves? ces songes dont se tissent les merveilles! Ils y liront aussi une soif d'authenticité, une faim de nouveauté, une exigence d'originalité.

Pour qui sait y plonger son regard, les yeux de nos compatriotes sont un livre ouvert de la plus belle prose, tantôt un épitomé de légendes à célébrer, tantôt une anthologie de valeurs inoubliables à rappeler, et souvent une page encore vierge avec juste l'incipit d'un nouvel apologue à écrire, car à venir, étant inscrit dans le fatal cours de l'histoire : Émerveillez-nous !

Nos compatriotes ont la conscience vive d'appartenir à une culture grandiose et ils nourrissent légitimement l'espoir du meilleur quitte à devoir verser dans le pire. Et nos politiques font partie de ce peuple et ne doivent pas s'en couper au prétexte de nécessités impérieuses d'orthodoxie ou de réalisme réducteur qu'une conception dépassée de la politique leur imposerait. Le monde a changé et la pratique de la politique doit l'être aussi, sinon les rêves dans les yeux de nos compatriotes, pour qui les voit et les lit, se transformeront en véritables cauchemars, et ce pour tout le monde.

C'est qu'il n'y a de politique comme gestion saine et rationnelle de la communauté qu'en tenant compte de ses spécificités, dont la quintessence est dans ces rêves; et il n'y a de politique vraie que dans l'effort sincère de transformer le condensé de pareils rêves en réalité concrète, quitte à aller au-delà des frontières factices de l'utopie. Le possible y fleurit bien telle la plante rare au sommet des carrières, inaccessibles sauf aux alpinistes les plus courageux, ces aventuriers de l'impossible que sont les politiques véritables.

Il ne doit y avoir nulle impossibilité en politique ! Le politicien authentique croit parfaitement à la scientificité de sa passion qui n'est jamais assimilable à la science mathématique où l'hypothèse de l'impossibilité peut exclusivement être envisagée et exigéerationnellement. En sciences sociales et humaines, le possible est toujours consubstantiel à l'impossible, un possible à jamais sous-jacent pour qui va au-delà des apparences. C'est le propre du politique, sa pratique relevant de ces sciences où le facteur mouvant de l'inconscient collectif est primordial comme axiome de toute action pertinente.

Plongeons donc notre regard en celui de nos compatriotes, et que cela soit avec des yeux d'amour ! On y verra bien mieux ce qui compte pour eux, ce qu'ils attendent de nous ! On y lira aussi, dans les yeux des plus jeunes, portés par l'exaltation de la vie et des idéaux qui honorent la jeunesse, cette détresse pour manque d'amour et qui porte ces Tunisiens, pourtant a l'âme paisible, à s'en aller mourir sur les champs de bataille du monde pour une cause perdue ou à donner la mort au nom d'une passion assassine. Donnons-leur une cause à gagner, faisons avec eux et pour eux une politique qui soit révolutionnaire, à la mesure de leurs rêves et de leurs utopies !

De l'inconscient au conscient

De quoi est fait l'inconscient tunisien, qu'il soit individuel ou collectif, sinon d'un sourire contrarié, cette invitation au meilleur de l'âme, offrande aussi qui ne coûte rien et qu'on ne sait plus faire dans un monde sans âme, où tout se paye ? En ce monde aux couleurs d'une modernité désormais dépassée, matérialiste à l'extrême, que certains cherchent malgré tout à singer, même le sourire innocent est devenu suspect. C'est donc des rêves de sourire qu'il s'agit, un sourire franc, toujours susceptible de « sous-rire », ce rire sardonique de l'inconscience coupable et suicidaire, dont celle de politiciens ne sachant plus rien lire dans les yeux de leurs compatriotes.

Tout est sourire, à l'origine, en Tunisie à qui sait sourire malgré tout, garder sa confiance entière en l'âme paisible de ce peuple hédoniste. Et tout est regard aussi, un sourire sans regard n'étant qu'un regard sans vie; car le sourire s'offre et offre le merveilleux à quêter et qui est en nous, cette nitescence pas encore éteinte que la révolution a rallumée. Tout est donc une question de regard en notre pays : regard à oser ou non, regard à poser ou pas, regard innocent ou malsain. Mais ce regard se fait de plus en plus fuyant; on le culpabilise; et il s'éteint ! Ce regard, même innocent, on prétend l'interdire au moment où nos moucharabiehs, cette invitation doublement artistique au plaisir de la vue, se fait grillage et treillis de fils de fer barbelé.

Il est aussi de la cendre dans les yeux, le feu de la vie y couvant, où tout un chacun ne peut que se brûler les doigts, sinon l'âme, à s'y risquer pour éteindre ce qui fait l'accès le plus visible à l'âme humaine, sa vue. C'est dans nos yeux que l'inconscient humain se fait conscient; en eux que la parole est la plus éloquente. Ayant accompagné une chère personne dans lasoi-disant maladie qu'est désormais l'Alzheimer, je peux attester que malgré un état très avancé de ce vieillissement cérébral problématique, la communication continue à s'établir à travers les yeux où l'on arrive à lire, et de quelle merveilleuse façon, ce que transmet une âme demeurant à jamais intacte.

L'âme de notre peuple est dans ses yeux et sur son visage et il faut que nos politiciens travaillent à y faire redessiner le sourire légendaire du Tunisien, et commencer par en donner l'exemple en se délestant au plus vite non seulement de leur langue de bois, mais aussi et surtout de leur mine souvent patibulaire. Comme l'habit ne fait pas le moine, l'air sérieux ne fait pas le politique et le sourire, sinon le rire, est la meilleure façon d'aider à amener l'inconscient collectif à la conscience.      

Ce passage, aujourd'hui, se fera nécessairement à travers une conception renouvelée de notre religion qui non seulement doit être apaisée, mais avenante, souriante à nous-mêmes et au monde. Et bien plus que de l'amour du prochain que commande la morale, il nous faut avoir l'amour du plus lointain, comme le conseille Nietzsche. Et si jamais on doit se fermer, c'est moins aux uns et aux autres, qu'à l'esprit de revanche contre un passé désormais dépassé. Du prochain ou du plus lointain, l'amour est en l'homme; en y ouvrant le cœur, il le ferme au sentiment de la revanche, de la vengeance, à tout ressentiment, pour s'épanouir en sérénité. Ainsi fera-t-on conscience de cet inconscient en nous, nimbé d'une clarté que la spiritualité ne fait que rendre encore plus belle à voir, une sorte de nouveau soleil en notre présent minuit.

J'ai la faiblesse de croire, en cette crise surréaliste que vit le pays, qu'un transfert proprement ontologique est en cours d'une région d'existence à une autre, donnant à voir l'invisible dans le visible. Outillé de la spiritualité islamique, le politique tunisien nouveau, postmoderne donc, est en mesure de voir l'invisible, regarder son peuple sans le secours des yeux. C'est une capacité bien connue en soufisme, et qui est scientifiquement établie dans les recherches psychiques aujourd'hui. Une seconde politique, comme on parle d'une seconde vue dans les études du psychisme humain, est donc nécessaire en ce pays, qui soit en mesure de percer l'essence des choses pour accéder à la politique véritable, cet art de faire possible l'impossible.

Il s'agit, pour nos politiques, de retrouvailles avec le peuple dans un contact réel et permanent, un contact symbiotique avec les choses de la vie, un état de fusion, comme si l'on était sujet à un moment d'extase. Et s'ils ne connaissentpas pareil état extatique, il ont intérêtde revenir au soufisme qui constitue une dimension essentielle de l'âme tunisienne, devant inévitablement marquer l'islam tunisien à refonder sur cette terre qui fut la tête de pont de l'islam et sa figure de proue en Occident.

Retrouvailles avec l'islam des Lumières

Parlant de la sagesse égyptienne dans un livre éponyme, Christian Jacq affirme que «L'essentiel pour l'Égyptien est la rencontre avec les dieux. Tant que ce mariage ne s'est pas produit, l'individu est un arbre desséché. » Or, la spiritualité retrouvant toute sa valeur en postmodernité qui est notre époque actuelle, l'être est pareillement sans sève s'il ne réalise pas sa rencontre avec le ciel. Il en va de même pour le Tunisien. Tout se passe comme s'il avait fallu à la Tunisie le détour par un parti islamiste au pouvoir pour objectiver, cristalliser et réorienter la renaissance d'un islam des Lumières en cet Occident arabe.

C'est cette dialectique entre le pays réel et le pays officiel, entre l'islam du peuple dans sa véracité plurielle et l'islam élitaire dans sa fausseté binaire, qui doit retenir notre attention. C'est une sorte de dialectique du moi et de l'inconscient qui se met en place, une sorte de prosopopèse, selon le néologisme que l'on doit à René Sudre, et qu'on pourrait traduire par «visagification».  Ce  terme désigne le changement brusque de la personnalité qu'il soit spontané ou provoqué, et qui est une dimension essentielle des études métapsychiques, au même titre que la télépathie et la clairvoyance. En d'autres termes, c'est la tendance de la psyché humaine à modeler la personnalité, à s'exposer et à « faire visage », selon la terminologie consacrée en sciences humaines. Et l'on sait à quel point la mentalité arabe est soucieuse d'exhiber une image la plus originale qui soit.

Personnellement, je soutiens que pareil changement n'est, en fait, qu'un retour à une essence donnée pour évanouie dans le cadre d'une division apparente de la personnalité, la prosopoèse permettant ainsi de retrouver l'entièreté de l'être arabe musulman. En tout état de cause, c'est le cas en Tunisie avec ce que nous y voyons de soubresauts autour de l'islam en train de balancer entre les conceptions antagonistes et qui finira forcément par se stabiliser autour d'une théorie consensuelle qui aura le mérite d'être novatrice et que je situe dans l'islam postmoderne, bien plus culturel que cultuel, universaliste et rationaliste.

C'est qu'il nous faut ne plus porter le poids du passé pour dresser le tableau de l'avenir. Mettre en perspective la tradition n'est pas la nier, contester la pertinence de ce qui y demeure valide; c'est simplement parler en terme d'éthique plutôt que de morale, de spiritualité plutôt que de religion, faire de la propagande plutôt que de l'apostolat et adhérer à la foi qui ne peut qu'être scientifique plutôt qu'à la croyance, par trop dogmatique; bref, agir dans un espace plus large où l'on accepte de n'être plus le seul acteur, passant du monologue à un dialogue; sinon bien mieux, à une dialogie. Surtout, il nous faut quitter définitivement l'ornière actuelle où se plaisent à camper nos traditionalistes, continuant à développer un islam aux couleurs judéo-chrétiennes bien plus qu'à ses couleurs propres, ayant oublié l'esprit islamique qui était justement révolutionnaire, permettant de sortir de l'idiosyncrasie de la foi sémite.

Que ce soit dans le domaine de la morale ou de la politique, l'islam hérité de nos jurisconsultes, qui n'ont livré qu'un effort d'interprétation honorable, mais juste valable pour leur temps, est un islam périmé, qui doit se ressourcer urgemment dans son esprit sublime. Or, celui-ci échappe à la lecture traditionaliste, obnubilée par un texte vidé de toute âme qu'on élève comme on élève une idole. L'islam de nos traditionalistes n'est plus l'islam des Lumières, c'est un islam de paganisme; et ils oublient que l'une de ses caractéristiques majeures est d'être un monothéisme absolu.  

Mais il n'y a pas que notre religion, en notre pays, qui repose sur une conception dépassée et une pratique figée, sans âme; il en va pareillement de la politique en cours. Elle doit rompre avec une telle antiquité et relever enfin de l'art, surtout qu'il s'agit de donner toute sa dimension à l'aspect politique de notre religion, un aspect éminent, inévitable. Et on sait que l'artest la poésie en son sens étymologique le plus correct, tel que l'utilise Aristote.  Si la politique est ainsi un art, la politique en Tunisie doit être de la poésie; or, s'il est un talent en lequel excellent les Arabes, c'est bien celui de l'art poétique ! Il est temps donc de faire le parallèle qui s'impose entre les deux, l'art politique étant bel et bien une spécificité arabe.

Ce n'est qu'une question de mots, pour l'essentiel, même si ajuster le mot adéquat à la réalité pour en rendre compte le plus fidèlement est ce qu'il y a de plus difficile. Il reste que lorsqu'on maîtrise l'art poétique, on dispose assurément d'une arme redoutable pour plier la réalité à notre volonté, l'art comme poésie ayant alors une efficacité scientifique. Dès lors, l'islam des élites régissant enfin à son propre écho dans les foules, se fixera et se définira pleinement avec un souffle cosmique que permet sa prétention de religion universaliste. C'est à cette condition que cessera l'islam traditionaliste de relever de cette sorte d'hésychasme, spiritualité de l’Église orthodoxe prônant la contemplation et l’invocation répétée du nom de Jésus, ce qui revient chez nous à répéter invariablement l'exemple du Salaf et l'imperium du texte quitte à les vider de tout sens pertinent.

Pour en finir avec nos mythes

L'expérience vraie est celle de mourir à sa vanité, son ego, pour renaître à l'autre, le plus lointain, à travers lequel on renaît à la vie dans une nouvelle expérience, collective, exprimant l'entièreté de l'être. Ce n'est rien d'autre que ce que Comte appelait le grand Être. Or, en cette entièreté, une dimension essentielle est désormais occupée par la spiritualité, sinon dans le monde, du moins chez nous. Pour en finir donc avec nos illusions qui nous font penser que la Volonté de croire (rappelons ici que c'est le titre d'un ouvrage de William James sous-titré : entre pragmatisme et scientisme) est antinomique avec la science, il est temps de réaliser que l'acte de croire, s'il prend la forme de la foi, peut parfaitement se révéler scientifique.

Comme avec la raison humaine qui n'est plus ni monolithique ni réservée à une aire culturelle, il est temps de réaliser que notre politique actuelle est encore primitive, qui se pare volontiers de mysticisme positiviste réduisant à l'illusion de religiosité toute manifestation spirituelle, tombant fatalement dans l'illusion du positivisme, ce mythe de la Modernité.

Il n'est pas étonnant, d'ailleurs, que ce soient les États-Unis qui, seuls et à l'encontre d'une Europe engoncée dans son ethnocentrisme et son positivisme dépassé, furent capables les premiers de comprendre le sens de l'histoire en Tunisie. Assez tôt, ils ont vu où se trouvait leur intérêt, lâchant l'allié d'hier, donnant l'appui nécessaire à l'achèvement victorieux de la Révolution tunisienne, osant soutenir l'épouvantail islamiste. Ce qui a permis au Coup du peuple de triompher, mettant à bas les structures cacochymes du pays, cet ordre ancien anachronique qui devait tôt ou tard disparaître comme le fruit pourri d'un arbre malade.

Aujourd'hui, si le fruit pourri est tombé en Tunisie, c'est la branche à laquelle il s'accrochait qui doit être coupée définitivement sinon tout l'arbre tunisien finira par devoir être déraciné devenant un danger pour toute la forêt dont il relève et dans laquelle il est en mesure d'être la plus prometteuse des plantes. Cette branche, c'est le paradigme politique ancien, désormais périmé, et la semence à revitaliser pour la renaissance de la Tunisie est inévitablement la sève de la spiritualité dont notre religion recèle la meilleure expression, ce soufisme qui a su inspirer la kabbale judaïque et le mysticisme chrétien.

Rappelons ici que les Américains sont nourris de ce pragmatisme théorisé par William James; un esprit qui donne toute sa mesure au spirituel et, sans nécessairement verser dans la mythologie ou la magie, a su étudier scientifiquement ce qui pouvait paraître en relever à première vue. Et notons que l'une des spécificités marquant la psychanalyse telle que Jung l'a fécondée était justement la dose de spiritualité qu'il a oséy insuffler au grand dam de Freud. Or, nous sommes dans une sorte de processus d'individuation jungien; le croyant n'étant plus l'individu freudien « fini » dès 8 ans, mais une pierre brute qui a besoin de travail sur soi pour devenir cette pierre polie que vante l'islam parlant de l'âme véritablement croyante, ayant bien plus que la simple croyance, mais la foi, une fois éminente, une foi authentiquement islamique.

La révolution en Tunisie a ouvert la voie à une démarche initiatique; c'est le moment où jamais pour notre peuple de se pencher sur son trouble d'identité actuel. La signification du Coup du peuple, notre révolution du jasmin, va au-delà de sa manifestation portant sur la fin d'un ordre dictatorial. Elle emporte une lecture complète concernant la fin d'un ordre sacro-saint surplombant et matérialiste pour une socialité horizontale imprégnée de spiritualité. C'est pourquoi les tenants des partis politiques classiques se trompent en continuant de faire la politique à l'ancienne; ils ne trouveront aucun écho auprès du peuple désormais émancipé, y compris d'une vision transcendante des choses, à la sauce religieuse.

Avec son coup, le peuple tunisien a demandé la lumière; mais il ne s'agit pas de la lumière extérieure, soit naturelle, venant du ciel, soit artificielle, recueillie en Occident; il s'agit plutôt de cette lumière qui est en lui et qu'on s'est évertué longtemps à mettre sous le boisseau, y compris et surtout avec une conception fausse et dogmatique de la religion, réduisant l'islam à un pur culte; ce qu'il n'a jamais été. C'est un retour officiel à l'islam authentique, l'islam culturel, cet islam des Lumières pluraliste et tolérant que demande le peuple et qu'il vit déjà quotidiennement de manière informelle. Cela se traduit par la nécessaire libération d'une hypertrophie non encore résolue d'une part en soi d'un religieux instrumentalisé politiquement pour éteindre une richesse spiritualiste foisonnante, cette nitescence que je vois en tout Tunisien humble que je croise.

Pour reprendre encore une notion jungienne, C. G. Jung étant incontournable aujourd'hui pour comprendre la psychologie sociale, je dirais que le masque social actuel aux couleurs de l'islam, cette persona arabo-islamique, implique un processus inévitable consistant à savoir se dépouiller de tout ce qui n'est pas le vrai « moi » pour retrouver notre identité réelle. Celle-ci est certes a forte composante islamique, mais pas seulement, et pas ainsi qu'elle nous a été léguée par nos illustres prédécesseurs. Important et conséquent, leur héritage nécessite d'être inventorié pour en enlever tout ce qui heurte désormais son esprit et ses principes fondateurs. Il s'agit de matériaux qui ne sont plus tous opératoires et qu'il nous faut réévaluer au nom même de l'islam et son appel réitéré à user constamment de raison et de faire œuvre de créativité.

À la faveur du nouvel ordre à instaurer au pays, il nous faut mettre à la porte du nouvel ordre à instaurer en Tunisie notre apparence sociale d'emprunt pour retrouver une sorte de virginité primordiale, plus en conformité avec l'esprit originel et original de l'islam premier, pur et ultime. En cet islam, nous avons une conception extrêmement valorisante de l'autre, le tout-autre,  et qui est la part sacrée de soi-même, soi étant un autre. C'est en cela que je dis que la communauté islamique est une « communautarité », une communauté foncièrement ouverte sur l'altérité. Or, chez Jung (encore lui!),tout comme chez les premiers musulmans, si cette part spirituelle n'est pas suffisamment épanouie en nous, il n'est par permis de se réconcilier avec soi-même ni, à plus forte raison, avec le monde.

C'est ce qu'ont compris nos soufis depuis bien longtemps. Et c'est la thérapie qui se pratique actuellement en Tunisie; une thérapie qui n'est pas pour guérir seulement d'une douleur personnelle limitée aux confins d'une société, d'un pays. Et le fait qu'un parti d'inspiration islamique soit au pouvoir ne saurait que permettre d'être exhaustif dans le nécessaire rassemblement de ce qui est épars dans notre identité. Cela aidera la société à se reconstruire par une compréhension de son identité éclatée, ce « je » multiple chez les psychologues. Il s'agit, par conséquent, de permettre une réalisation de soi et non d'atteindre à une vérité à jamais inatteignable.

Un surréalisme tunisien

La foi sur cette terre de Tunisie, tolérante et ouverte à l'altérité, ne doit plus être le témoignage de la misère psychologique de cet automatisme de la croyance dont certains denos musulmans, surtout salafis, donnent l'affligeante illustration, se laissant guider par une surenchère subversive dans l'anachronisme et un mode de rapport farfelu au réel. Ainsiqu'ils l'interprètent, la foi devenue simple croyance n'est plus qu'une dégradation de l'activité psychique, la situant aux antipodes de l'acte de foi véritable en islam qui révèle la puissance intrinsèque de l'esprit humain dans son infinité cachée.

En nous réappropriant la foi pour la faire servir au domaine de l'expression spirituelle et l'articuler à une façon renouvelée de comprendre le texte sacré, on ne fera que la preuve de la vacuité de la conception classique de l'acte de croire, tout comme Breton, avec le surréalisme, a démontré que l'art n'était pas qu'une activité spécialisée et esthétisante. La religion sera ainsi coextensive à un nouveau rapport au monde, une expression totale de la vie, avec ses tensions contradictoires et qui s'hybride à d'autres influences totalement opposées, mais complémentaires, pour donner une sorte de matérialisme magique ou de spiritualisme matérialiste.

Dans Philosophie des images, Jean-Jacques Wunenburger affirme que les surréalistes se trouvent « à la croisée d'une métaphysique magique de la Nature et d'une certaine biopsychologie matérialiste des pulsions, développée par la psychanalyse naissante » . Et ce philosophe d'ajouter que Breton se réfère à deux théories de l'image qui sont plus ou moins incompatibles, l'une assujettie aux désirs de l'être naturel et de ses fantasmes manifestant au pouvoir de réalisation infraconscient, et l'autre se voyant inférer la capacité d'explorer la surréalité.

Pareille conception du surréalisme se vérifie en Tunisie; sur sa terre, on a désormais une double théorie de la religion, deux images de l'acte de croire qui sont plus ou moins incompatibles. L'une est celle des fantasmes articulés sur un corpus vidé de sa spécificité par une interprétation datée; et l'autre novatrice, surréaliste donc, ayant la capacité de rendre son âme à la religion, en faire la révolution mentale qu'elle fut en son temps.

Dans cette Tunisie surréaliste, avec la croyance et la foi, la religion devient ainsi une figure de style éminemment postmoderne, un oxymoron. Et l'on sait à quel point le rapport est étroit entre le surréalisme et la psychologie, sans parler de parapsychologie et forcément de métapsychique, matière éminentedes sciences psychiques.  Or, pour qui a gardé l'esprit scientifique, loin de tout scientisme dogmatique, le sens interne est, parmi les notions les plus vérifiées en sciences psychiques, le plus étonnant en ce qu'il surpasse, et de loin, la conscience vigile à laquelle on est habitué. Relisons ce fameux passage du Second manifeste du surréalisme où est donnée la quintessence de sa démarche par André Breton : «Rappelons que l'idée de surréalisme tend simplement à la récupération totale de notre force psychique par un moyen qui n'est autre que la descente vertigineuse en nous, l'illumination systématique en des lieux cachés et l'obscurcissement progressif des autres lieux, la promenade perpétuelle en pleine zone interdite. »

Eh bien, en cette zone interdite, nous nous trouvons bel et bien par les temps présents, et ce n'est traumatique que pour les esprits habitués à la quiétude de l'ordre ancien, qui n'est que celle des cimetières. Nous ne sommes pas loin de l'extase soufie ou des fulgurances des métagnomes que la science étudiait le plus sérieusement du monde en Europe et en Amérique au début du siècle dernier, finissant par révolutionner l'étude de la psychologie humaine, donnant naissance à la psychanalyse de Freud et encore mieux à la psychologie analytique de Jung.

En Tunisie, le peuple est en pleine transe magnétique, la Révolution ayant joué comme une séance de somnambulisme animal; et on sait que cela n'est que de la lucidité suprême scientifiquement démontrée. Elle n'est rien d'autre que la « récupération totale » des forces psychiques de l'être par la revitalisation du principe actif spirituel délesté de ses scories, ces effets indésirables bien établis en pharmacologie. Malgré les traumatismes qui agitentnotre pays,on assiste doncnon pas à une descente aux abîmes, comme peut le laisser craindre le dernier assassinat politique, mais à une descente en soi, une apparente fermeture au monde qui n'est qu'une illumination à l'essentiel de soi, la religion jouant le rôle d'un explosif mental.Certes, à court terme, c'est un moyen de tension tout autant que d'observation sociétales, mais elle est grosse des meilleures réalisations aussi bien sociales que politiques et même de civilisation. Aux femmes et hommes politiques de Tunisie et d'ailleurs de comprendre donc la signification et la portée de ce moment historique et de veiller à ce qu'il ne dévie pas de son cours. C'est un appel à la conscience de toutes les réelles bonnes volontés. La fin du monde ancien n'est qu'une faim d'un autre monde et il est à portée de main; mais les périls ne manquent pas.

Une utopie, que tout cela, diraient d'aucuns ! Et nous surenchérirons : allons au-delà de l'utopie; le réel y gît ! Après le temps de la révolution populaire, c'est le moment de la révolution pour nos élites, et le surréalisme actuel y est propice. Révolutionnons donc nos mentalités ! Il nous faut des mesures de choc frappant l'imagination et qui soient aussi de l'explosif mental dynamitant nos habitudes sclérosées d'une pratique politique à l'état de momie qui donne juste l'illusion de la vie.

Tout comme André Breton qui attendait de la pratique surréaliste une métamorphose mentale, « la conscience qui veut rompre avec l'existence banale, s'aveugler à son égard et remonter à travers l'inconnu »,  il est possible en notre Tunisie surréaliste d'inventer une forme nouvelle de politique, que je qualifie de compréhensive et qui est aussi magnétique ou translucide, passant de la langue de bois au langage du coeur et à la culture des sentiments transparents; l'opacité en politique, comme en toute chose, étant l'ennemie de l'homme, et du politique en premier, comme le soutient à raison l'auteur de Nadja.

La Tunisie est peut-être en verre aujourd'hui risquant de casser à tout moment, mais elle peut devenir, avec une politique révolutionnaire, ce cube de sel de gemme, un modèle en sciences politiques, comme elle l'a été en révolution postmoderne. Il y aura de la casse, on vient d'en éprouver la gravité dramatique; mais il est de sérieux motifs pour garder raison en ne cédant pas à nos automatismes les moins nobles, le plus bassement de politicaillerie et en en profitant pour être véritablement surréalistes. 

Avec son surréalisme politique où l'islam est réinventé, devenant postmoderne comme il s'y prête, la Tunisie est en mesure d'abolir les antinomies « de la veille et du sommeil, de la réalité et du rêve, de la raison et de la folie, de l'objectif et du subjectif, de la perception et de la représentation, du passé et du futur ».  C'est tout simplement l'anéantissement de l'être comme animal politique et les retrouvailles avec l'animal comme être humain, doué de raison autant que d'instinct, de science comme de spiritualité, où sa croyance est juste de la foi, ouverte à l'autre, rationnelle et émotionnelle.

Ainsi, notre esprit enfermé dans une subjectivité suicidaire se vitrifiera-t-il à la lueur du soleil de minuit du rêve de l'humanisme et de l'extase du spiritualisme; c'est la nature profonde de l'homme qui ouvre ainsi les profondeurs inexplorées de son côté nocturne et leurs « liens secrets avec le côté diurne ».

Ni islamique, ni laïque, une Tunisie authentique

Il nous faut, au plus vite, nous atteler à un dévoilement « adogmatique » de l'essence de nôtre être, ce principe spirituel qui est en nous, tantôt lumière qui illumine, tantôt feu qui nous consume. Il nous faut modifier notre habituelle manière de penser l’ordre des choses; il n'est que temps de procéder à une radicale déconstruction de ce « substantialisme » nous faisant croire que la Vérité est UNE. On doit comprendre que les formes de la vérité sont variables, que la Vérité est multiple; et la physique quantique démontre qu'elle varie en fonction du moment où elle se situe. C'est le relativisme tel que Georg Simmel l’a défini en sociologie, la relativisation d’une vérité jamais unique, qui est la mise en relation de ce qu'il peut y avoir de multiples singulières vérités dans ce qu'on prenait pour une réalité unique ou divine.

La Tunisie réelle, celle du peuple humble et des jeunes rêvant d'être des citoyens du monde, a toujours été en avance sur son temps, belle dans son ouverture à l'autre, rebelle aux concepts et idéologies réductionnistes, même si son hédonisme, sa nature épicurienne trompent parfois sur son identité; les apparences sont toujours trompeuses et il nous faut toujours aller en leur creux, délaisser leur écume.

Que cherchent aujourd'hui nos adeptes de la sécularité sinon singer une pratique de l'ancien protectorat qui est dénoncée même sur son territoire comme étant une assomption déguisée de la tradition chrétienne et un concept dépassé de la Modernité ? Ils croient à une laïcité qui n'a jamais existé selon la formule qu'ils présentent, soit une exclusion totale de la tradition religieuse du champ politique et social où elle a toujours été présente, mais comme un élément parmi d'autres du donné sociétal. Et que veulent nos islamistes sinon s'inspirer de la tradition judaïque au nom d'un islam altéré en ses principes mêmes? Ils n'ambitionnent qu'à établir en Tunisie une constante juive qui est celle du roi-grand prêtre. Il suffit de lire Flavius Josèphe, grand historien juif de l'Antiquité, pour comprendre qu'il s'agit là de ce qu'on appelle une monarchie de type hasmonéen, toujours rêvée par les Juifs comme la réponse idéale à tous les maux de la Judée.

Aux uns et aux autres, nous disons : la Tunisie n'a que faire des traditions des autres, elle a la sienne propre; et elle n'est ni séculariste, ni islamiste, elle est une pure authenticité. Jusqu'à présent, parlant d'islam, on s'est surtout préoccupé de le lire selon la grille des anciens ou celle des modernes, viciées toutes les deux par uneAntiquité islamique et une Modernité occidentale déjà trépassés. Il nous faut en faire désormais une lecture de son temps, qui soit postmoderne. Et en postmodernité, s'agissant de spiritualité, il s'agit d'un effort d'anamnèse, cette évocation volontaire du passé. Et c'est à faire en agissant pour la résurgence des traits essentiels de la mémoire collective oubliée à la faveur d'obstacles politiques et affectifs sur fond d'intérêts institutionnels de continuité entre des lectures qui n'ont eu de sens qu'en étant reliées à leur temps et à ses exigences.

Terminons ensignalant qu'un esprit aussi rationaliste que le docteur Osty n'hésitait pas d'entrevoir le futur de l'être humain, ce posthumain, en sa nature tout entière devenant translucide, finissant par transcender l'espace-temps, transperçant l'opacité des choses et le secret des êtres, comme ont pu le faire certains soufis chez nous, et qui fut le cas des somnambules étudiés selon les règles de l'art par ce scientifique.  Cela n'est pas hors de portée du Tunisien s'il veut aller au-delà de l'utopie, ainsi le génie qui l'habit sait le faire comme nous le racontent nos songes et nos contes, immortalisés par nos Mille et une nuits.
 

Tags : Tunisie  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.