News - 09.01.2013

Le complot de 1962 s'invite dans l'actualité

Plusieurs manifestations commémoratives marquent le 50e anniversaire du procès des auteurs du complot avorté de 1962 ourdi contre le pouvoir bourguibien par un groupe d’anciens résistants, dont plusieurs le payèrent de leur vie.

L’enterrement solennel, la semaine dernière à Ksar Gafsa, des cendres de cheikh Abdelaziz Akremi, en présence du président de la République, sera suivi d’un autre évènement similaire. Une cérémonie d’enterrement des cendres des autres acteurs de cet épisode exécutés en janvier 1963 sera organisé jeudi 24 janvier au Carré des martyrs à Séjoumi par l’association « Les militants de 1962». La même association organisera, deux jours plus tard, une table ronde sur ce sujet à la Fondation Temimi.

Dans un document rendu public à cette occasion, l’association rappelle les circonstances historiques qui avaient précédé et accompagné la conspiration, de même que le déroulement du procès, qu’elle qualifie de « sommaire et expéditif » et le verdict, tombé le 17 janvier 1963, avec notamment 13 condamnations à mort, de « pur message de Bourguiba, un avertissement à tous ceux qui oseraient imaginer un jour tenter pareil acte de sédition ».
Ali Ben Salem, qui avait écopé de 10 ans de travaux forcés et qu’on voit souvent ces derniers temps témoigner sur les plateaux de télévision, est l’un des derniers survivants du groupe.

Le 24 janvier 1963, rappelle l’association dans le document en question, les condamnés à mort sont exécutés dans un lieu secret et jetés dans une fosse commune. Leur cauchemar prend fin. Commence alors celui des autres, les condamnés aux travaux forcés. Huit années durant, ils vécurent dans des conditions assimilées à la torture(…). Assis à même le sol, la cheville attachée à une chaîne de moins d’un mètre fixée au mur, réduits à l’état animal (…). A la huitième année, on les détache de leurs chaînes et à la onzième on les libère, le 1e juin 1973.

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
4 Commentaires
Les Commentaires
drmohamedsellam - 09-01-2013 18:37

Exhumer le complot de 1962 ?! Un conspirateur ayant été jugé selon la loi et exécuté ne peut plus prétendre à être réhabilité… Un conspirateur contre la sûreté de l’Etat,pour renverser le régime en place et le substituer à un autre régime dont les fondements des mécanismes sont inconnus .. est passible d’exécution capitale… Or ,la conspiration de 1962 qui englobait tout un groupe d’anciens combattants contre le colonisateur,fut tramé pour liquider physiquement le président Bourguiba..et installer à sa place un homme inculte et sauvage,issu des montagnes du Sud.. Un des conjurés,pris de remords,avait décidé de vendre la mèche et la conjuration fut découverte et avortée …Et tous les conjurés,mis sous les verrous,jugés et condamnés à des peines variables allant jusqu’à l’exécution capitale.. Je vois qu’aujourd’hui le pouvoir islamiste,hostile au souvenir du règne de Bourguiba ,avait entrepris de faire émerger ces événements malencontreux, pour ternir l’image du régime bourguibien,auquel par ailleurs les tunisiens semblent à juste titre rester fidèles … et pour toujours,indéfiniment.. ! Et ce qui m’a profondément horripilé,et chagriné au plus haut point,c’est que ces islamistes, sans scrupule et avec une effronterie cynique ,osent considérer les conjurés qui furent exécutés… comme des victimes, ayant droit à la réhabilitation posthume et aux dédommagements matériels … drmohamedsellam

ayaketfi - 10-01-2013 14:30

Ce que nous comprenons pas c'est que dans cette meme parution de leader, nous lisons que le gouvernement s'insurge contre le site Nawaat pour destabilisation du Pays concernant l'information parue sur le trafic actuel d'armes alors que dans cet article ci, le gouvernement veut réhabiliter ceux qui ont ourdi un complot en 1962 pour renverser le régime Bourguibien..?? Il s'agit donc bien de contradictions que nous vivons et qui ont pour but non seulement de critiquer le régime du Président défunt Bourguiba mais aussi de punir tous ceux qui colportent des informations concernant le régime actuel de la Troika...c.a.d : "Bahi lilna, mouch bahi likom"

militants 62 - 10-01-2013 19:50

Je vois beaucoup de haine dans votre message. Ce qui vous amène à parler de tout sauf du sujet en question. Il ne s'agit pas de bourguibisme, il ne s'agit pas d'islamisme (je n'en suis pas un), il s'agit de justice. Ces militants avaient une opinion, ils ont décidé d'agir pacifiquement - ils ne voulaient pas tuer Bourguiba. On leur a fait un procès injuste, et on les a torturés. Il s'agit de ça. Et aucun esprit esprit civilisé ne peut pas appuyer ces exactions.

fadhel - 11-01-2013 21:28

vous voulez que l'histoire s'adaptes à vos convictions,bourguiba est un dictateur,il élimine ses opposants,mais comme tout être humain il engendre le bien et le mal. lorsque tout sera dévoilé les générations futures le jugeront.mon pére etait Bourguibiste le jour de l'execution etait si triste et à même pleurait.Donc soyez objectifs,et ne defendez pas un despote

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.