News - 25.12.2012

ATCE: Une page se tourne

L’Agence Tunisienne de Communication Extérieure n’existe plus. Son sort a été définitivement scellé par un décret du Chef du gouvernement en date du 18 décembre  2012. Un comité ad hoc comprenant des représentants des ministères des Finances et des domaines de l’Etat assurera son démantèlement, y compris en ce qui concerne la situation des quelques agents survivants de son personnel.

Rarement un organisme public, en dehors du ministère de l’Intérieur des périodes sombres, n’aura peut-être cristallisé autant de haines et alimenté autant de fantasmes. L’ATCE était maintenue sous perfusion depuis février 2011, au lendemain de la révolution. Le temps que le liquidateur judiciaire livre le bateau-fantôme à la casse. C’est désormais chose faite avec le décret de dissolution.

L’officine était en charge de la communication, de la gestion de l’image mais aussi de la gestion de la manne de la publicité publique sous l’ancien régime. Depuis le  3 février 2011, un administrateur judicaire a été nommé à sa tête pour maintenir provisoirement en survie artificielle cet établissement à caractère industriel et commercial créé par la loi n°18-76 du 7 août 1990.

Au fil de sa vingtaine d’années d’existence, l’agence était certes devenue progressivement un outil de propagande en plus et parfois au détriment de la communication. Elle a, entre autres, distribué plus de 208 millions de dinars à divers médias dans le cadre de la gestion des budgets publicitaires des entreprises publiques et bien sûr la réalisation de ses objectifs propagandistes. (chiffre puisé dans le rapport de la Commission Abdelfattah Omar). Certes, aussi, elle a soudoyé des journalistes, hommes politiques et hommes de culture pour les besoins de sa mission. Mais elle remplissait une fonction importante au service de l’image du pays, qu’il s’agisse de promotion du tourisme à l’étranger, de la com des participations tunisiennes à des manifestations internationales (tourisme, foires, compétitions sportives et autres grandes conférences internationales).

La question qui se pose désormais est de savoir quelle nouvelle structure ou formule adopter pour assurer la cohérence de la communication et de l’image de la Tunisie.
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
3 Commentaires
Les Commentaires
jamila - 25-12-2012 20:27

"y compris en ce qui concerne la situation des quelques agents survivants de son personnel."...malheureusement ils sont 95 personnes dont 33 journalistes...qui n'ont aucun avenir !!!!!

candide - 25-12-2012 22:53

Quelle nouvelle structure pour assurer la cohérence et la promotion de la communication de la Tunisie à l'étranger? Les hordes d'Ennahdha ne sont elles pas suffisantes ? Pourtant, vu de l'étranger, il ne fait aucun doute que RG et ses brigades de protection de la révolution tirent les ficelles et sèment les troubles dans le pays. Que demander de plus ? Ils sont efficaces, demandez à BCE!

Dr. Néjib BOURAOUI (Politologue) - 26-12-2012 13:52

Bon débarras! Au sein de cette maudite institution (ATCE), on confondait parfois entre un journaliste et un agent de la police politique! Les régimes démocratiques n'ont pas besoin d'une institution publique pour défendre leur image de marque! Les principaux pseudo-journalistes et les responsables politiques et administratifs de cette institution méritent d'être poursuivis en justice. Ils ont dilapidé l'argent du peuple tunisien et donner de la Tunisie l'image d'une république bananière!

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.