Mon 1er patron - 25.12.2008

Ferjani Bel Haj Ammar

Le mois de janvier a vu à un an d’intervalle la naissance de l’UGTT (16 janvier 1946) et de l’UTICA (17 janvier 1947). Le fait que la naissance de la centrale patronale ait eu lieu le lendemain de la célébration du premier anniversaire de l’UGTT n’est pas fortuit : Farhat Hached y a joué  un rôle essentiel avec un autre chef historique du mouvement ouvrier tunisien Belgacem Gnaoui, devenu plus tard membre du Bureau exécutif de l’UTICA. A cela, il y avait deux raisons essentielles: D’abord , la répression coloniale ne pouvait que favoriser l’union sacrée entre toutes les couches de la population. Ensuite, les conditions sociales des ouvriers et  de la majorité des patrons étaient pratiquement identiques : entre un portefaix adhérent de l’UGTT et un poissonnier adhérent de l’UTICA, la différence était de degré et non de nature.

Ce sera donc Farhat Hached qui présidera le congrès constitutif de ce qui s’appelait alors l’UTAC (Union Tunisienne des Artisans et Commerçants). Mais la cheville ouvrière de la nouvelle organisation était un jeune militant destourien d’une trentaine d’années (il est né en 1916), propriétaire d’un petit café situé du côté de la rue des teinturiers: Ferjani Bel Haj Ammar.

Un ancien compagnon de route du parti communiste à la tête d’une organisation patronale : Un grand écart qui étonne jusqu’à aujourd’hui nombre des  anciens compagnons de si Ferjani. Ecoutons la réponse de l’intéressé à un jeune journaliste venu l’interviewer dans les années soixante-dix: «Il faut se placer dans le contexte de l’époque. Dans les années trente,  j’avais la vingtaine, le parti communiste tenait le haut du pavé. Je m’éveillais à peine à la conscience politique. Pour un jeune d’extraction sociale modeste, des termes comme égalité, fraternité, justice sociale rendaient un son  auquel il ne pouvait pas rester insensible. Je me rappelle qu’un jour, un vieux militant communiste juif tunisien, un certain Baranès me prit par la main et me dit: «Vous voyez, le communisme c’est ça : C’est lorsqu’un musulman et un juif se tiennent par la main comme deux frères.

Imaginez l’effet que de tels propos pouvaient avoir sur un jeune, révolté par les manifestations de racisme et de mépris contre les Arabes dont il était témoin tous les jours.  Bien qu’ayant été très impressionné par l’engagement des communistes, leur militantisme et leur attachement à leur idéaux, j’ai fini au bout de quelques mois par rejoindre le parti (le Néo Destour). Ne disait-on pas à l’époque qu’un jeune qui avait vingt ans ne pouvait être que communiste s’il avait un cœur et s’il le restait à trente ans c’est qu’il n’avait pas de raison »

Une explication limpide qui fait justice de tout ce qui a été dit sur «les sympathies procommunistes» de Ferjani Bel Haj Ammar.

L’UTAC n’était pas une création ex nihilo, mais l’aboutissement d’un long processus qui avait commencé dès la fin des années 20 du siècle dernier, lorsque les artisans et les commerçants ressentirent le besoin de se regrouper pour défendre leurs intérêts menacés par la crise de 1929 et le déferlement des produits étrangers sur le territoire national. Mais, ce qu’on appelait alors les prépondérants,  c'est-à-dire les membres françaisdu Grand Conseil, les grands propriétaires terriens français et les représentants des grands groupes industriels français s’y opposèrent. En 1934, un grand nombre de commerçants et d’artisans adhérèrent au Néo Destour, séduits par le projet dont il était porteur. Quatre années plus tard, le parti était dissous à la suite des évènements du 9 avril 1938. Il a  fallu  attendre mars 1945 pour qu’une Fédération  des artisans et des petits métiers soit créée au sein du parti…communiste tunisien. Vivement encouragés par les dirigeants nationalistes, Ferjani Bel Haj Ammar et ses amis y adhérèrent en masse dans un but précis : provoquer une  scission  et créer une organisation autonome une année plus tard. 

C’est  pendant cette période que le futur patron de l’UTICA  donnera la pleine mesure de ses talents d’organisateur et de fin manœuvrier alternant tantôt le bâton(les grèves), tantôt la carotte (jouer la carte de la légalité) pour aboutir finalement au congrès des 16 et 17 janvier 1947. La nouvelle organisation jouera un rôle de premier plan lors de la lutte de libération nationale, ensuite pendant la phase de construction du pays. Pendant cette période, Ferjani Bel Haj Ammar s’est contenté du poste de Secrétaire général confiant la présidence d’abord au regretté Mohamed Chammam ensuite au regretté Mohamed Ben Abdelkader, deux notables tunisois. Ce qui cadre bien avec le personnage qui a toujours cherché à éviter les feux de la rampe. Dans les années 60, fidèle parmi les fidèles, il préféra,  néanmoins, en bon militant destourien  se retirer de la vie politique dans  pour marquer son opposition à une politique qui menait le pays à la banqueroute. Après l’échec de la collectivisation, il reprit sa place à la tête de l’organisation. Secondé par son ami de quarante ans, Si Habib Majoul, il donnera une nouvelle impulsion à l’UTICA devenue, enfin le partenaire incontournable du Gouvernement.

A son actif, également, le maintien de l’unité de l’organisation. Dans les années 80, la montée de l’intégrisme la maladie du leader Habib Bourguiba et la crise économique résultat d’une conjoncture internationale difficile  et d’une politique économique nationale désastreuse ont accéléré la chute d’un régime  qui n’en finissait pas de finir. C’est le changement  du 7 novembre conduit par le président Zine El Abidine Ben Ali. Une nouvelle génération s’installe aux commandes de l’Etat. Si Ferjani prend part en juillet 1988 au  Congrès du PSD  qui  deviendra Rassemblement Constitutionnel Démocratique. Rassuré sur l'avenir de la Tunisie,  ce sera sa dernière apparition publique.

Quelques jours plus tard, il remet le flambeau à celui qu’il appellait affectueusement "mon fils": Hédi Djilani , qui le lui rendait bien, l’entourant de tous les égards après son départ. En un demi  siècle, l’UTICA n’aura connu que deux présidents, une stabilité remarquable et un exemple unique qui sont aussi la clé de son succès. Le regretté Ferjani Bel Haj Ammar n’y a pas peu contribué. Tous ceux  qui l’ont connu ou travaillé à ses côtés garderont de lui le souvenir d’un grand patriote doublé d’un  homme intègre, d’un commerce agréable, affable, bienveillant autant de qualités qu’on appelle l’urbanité .

B. A.

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
10 Commentaires
Les Commentaires
Abdelhamid - 25-12-2008 22:33

Vous reveillez en moi de vieux souvenirs. Merveilleux. Merci.

Bechir Mahmoudi - 25-12-2008 22:34

Si Ferjani, Ministro ou simple Amigo, a toujours ete un Grand Militant. Votre temoignage eclaire la voie de nos jeunes. Continuez.

Habib Rejeb - 25-12-2008 22:41

Il était d’une grande honnêteté. Comme ses disciples Habib Majoul, Abdelhamid Boukhris, Mrad Boukris, Abdelmalek Ben Achour.

M'hammed Ali - 25-12-2008 22:42

Si ferjani etait moderniste. Il avait appelé a ses cotes, Rue Charles de Gaulle, d’un Universitaires, Si Laroussi Guigna, Il a également fait confiance aux jeunes, si Hedi Djilani, Aziz Milad, Ahmed Sellami, Abdesalam Ben Ayed, et d’autres. Il doit être fier aujourd’hui de ses successeurs et du nouveau siège de l’Utica

Ali Brahimi - 25-12-2008 22:44

Merci pour les photos. Elles sont poignantes et completent l'excellent texte. J'y retrouve un parent qui m'est tres cher.

Mustapha B - 27-12-2008 23:21

Merci pour cet article. Si Ferjani était un grand patriote et l'UTICA lui doit beaucoup. Quant à si Habib Majoul que j'ai bien connu, il n'était pas le second de si Ferjani mais son alter ego. Il y avait d'ailleurs une grande complicité entre les deux hommes, une admiration réciproque et un respect mutuel. Si Habib était en quelque sorte l'éminence grise de l'UTICA. Un homme d'une grande qualité morale et intellectuelle. En ma qualité de responsable d'une chambre syndicale dans les années 70, j'ai assisté à un certain nombre de conseils nationaux qui se tenaient au premier étage du 32. Rue Charles De Gaulle. Les exposés que nous faisait alors si Habib sur la situation économique et sociale étaient un modèle de clarté et de concision. Je ne suis pas prés non plus, d’oublier le regretté Abdelhamid Boukhris, l’homme des missions difficiles ni si Laaroussi Guiga, l’homme qui a doté l’UTICA d’une administration moderne.

Abdallah Labidi - 23-02-2009 23:06

Si Mustapha B, il s’agit très probablement de si Mourad Boukhris, et non de Abdelhamid Boukhris. Si Mourad, qu’on voit sur la photo à l’extrême gauche habille d’un costume blanc, était la véritable éminence grise de Si Ferjani en particulier et de l’UTICA en général. Il était aussi très proche de Si Mongi Gilani, père de l’actuel président de l’UNTICA, un homme d’une grande noblesse, dont était à l’ami et le conseiller. Si Mourad Boukhris était courtois, fin, distingué et d’une très culture, servi par une plume, en arabe comme en français, digne des meilleurs écrivains que ces deux ont connus. Il pouvait se prévaloir d’un grand passe de militant pour l’indépendance, et faisait partie de l’entourage immédiat du combattant suprême Habib Bourguiba au cours de son exile cairote, fin des années quarante. Il était pendant de très longues années président de la Fédération Nationale des Textiles (FINATEX). Je l’ai comme la cheville ouvrière e nombreux congres de l’UTICA, et ne figure de proue d’innombrables rencontres entre industriels tunisiens et responsables d’organismes de coopération et investisseurs étrangers. Que Dieu bénisse les âmes de chers disparus, qui ont contribue avec abnégation et ferveur, chacun selon ses moyens a l’édification de notre nouvel Etat, et méritent tous notre reconnaissance et notre respect.

mustapha B. - 02-03-2009 17:47

Il s'agit bien de Si Abdelhamid Boukhris qui n'a pas, d'ailleurs, de lien de parenté avec son homonyme Si Mourad Boukhris. Je les ai bien connus tous les deux pour avoir travaillé avec eux et je partage tout à fait le jugement que vous portez sur Si Mourad. Lui et Si Abdelhamid avaient ceci de commun d'avoir servi l'UTICA et leur pays avec abnégation et désintéressement. Allah yarhamhoum

Abdallah Labidi - 10-03-2009 23:18

Si Mustapha B, il s’agit très probablement de si Mourad Boukhris, et non de Abdelhamid Boukhris. Si Mourad, qu’on voit sur la photo à l’extrême gauche habille d’un costume blanc, était la véritable éminence grise de Si Ferjani en particulier et de l’UTICA en général. Il était aussi très proche de Si Mongi Jilani, père de l’actuel président de l’UNTICA, un homme d’une grande noblesse, dont était à la fois l’ami et le conseiller. Si Mourad Boukhris était courtois, fin, distingué et d’une très grande culture, servi par une plume, en arabe comme en français, digne des meilleurs écrivains que ces langues deux ont connus. Il pouvait se prévaloir d’un grand passe de militant pour l’indépendance, et faisait partie de l’entourage immédiat du combattant suprême Habib Bourguiba au cours de son exile cairote, fin des années quarante. Il était pendant de très longues années président de la Fédération Nationale des Textiles (FINATEX). Je l’ai connu comme la cheville ouvrière de nombreux congres de l’UTICA, et une figure de proue d’innombrables rencontres entre industriels tunisiens et responsables d’organismes de coopération et des investisseurs étrangers. Que Dieu bénisse les âmes de nos chers disparus, qui ont contribue avec abnégation et ferveur, chacun selon ses moyens à l’édification de notre nouvel Etat, et méritent tous notre reconnaissance et notre respect.

ghassan - 29-04-2009 14:55

juste une question: quand est-il décedé?

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.